Défaite des troupes allemandes à Gumbinnen

Description

Cette estampe, qui représente une bataille de cavalerie à Gumbinnen (aujourd'hui Goussev, en Russie), est extraite de la collection d'affiches de style loubok de la Première Guerre mondiale, conservée à la British Library. La légende indique : « Une bataille féroce se déroula en Prusse–Orientale les 4, 5, 6 et 7 août 1914. Elle culmina avec la brillante victoire des troupes russes sur les rives de la Rominte. Les forces allemandes comptaient 100 000 hommes et 384 canons, mais notre armée prit rapidement l'offensive. Après une lutte féroce le 7 août, nous saisîmes Gumbinnen malgré les tirs désespérés de l'ennemi depuis les collines du Zeesker, d'où il fut délogé le 9 août, puis repoussé jusqu'à l'Angrapa. Les Allemands reculèrent de la rive droite de cette rivière jusqu'à la Pregolia. Leur retraite, durant laquelle ils abandonnèrent de nombreux canons et prisonniers, s'acheva en débâcle. Les Allemands demandèrent une trêve afin d'emporter les blessés, mais elle fut refusée. Notre cavalerie poursuit désormais l'ennemi, qui se replie ». Le loubok, mot d'origine russe, est une estampe populaire créée à partir de gravures sur bois ou à l'eau-forte, ou plus tard à l'aide du procédé lithographique. Les estampes, qui pouvaient s'accompagner d'un texte, étaient souvent caractérisées par des images simples, colorées et narratives. Les loubki devinrent populaires en Russie à partir de la fin du XVIIe siècle. Les estampes, venant souvent illustrer le récit d'un événement historique, d'un conte littéraire ou religieux, permettaient de diffuser ces histoires auprès de la population analphabète. Le ton de ces images expressives était très varié, allant de l'humour à l'enseignement, en passant par le commentaire social et politique sévère. Clairs et faciles à comprendre, certains dessins étaient produits en série, ouvrant la voie à la bande dessinée moderne. Leur reproduction, peu coûteuse, fit entrer l'art dans les foyers des masses. Initialement, les classes supérieures n'accordèrent aucun crédit à ce style artistique, mais à la fin du XIXe siècle, la notoriété du loubok était telle que les artistes professionnels s'en inspirèrent. Pendant la Première Guerre mondiale, les loubki informaient les Russes des événements sur le front, remontaient le moral et servaient de propagande contre les combattants ennemis.

Date de création

Informations d'édition

Société de lithographie en partenariat I. D. Sytin, Moscou

Langue

Titre dans la langue d'origine

Поражение германских войск у Гумбинена

Type d'élément

Institution

Initiative IIIF pour l’interopérabilité des images Aide

Dernière mise à jour : 11 septembre 2017