La prise de Yaroslav

Description

Cette estampe, représentant une bataille en dehors des murs de la ville de Yaroslav (aujourd'hui Jarosław, en Pologne), est extraite de la collection d'affiches de style loubok de la Première Guerre mondiale, conservée à la British Library. La légende, qui reprend directement les termes du quartier général de l'état–major général russe, indique : « Nos troupes prirent les fortifications d'assaut sur la rive droite de Yaroslav, capturèrent 20 canons et continuèrent l'offensive. L'ennemi tenta en vain de nous arrêter en faisant exploser le pont sur la rivière San. Nous nous emparâmes rapidement de Yaroslav, créant un afflux massif de prisonniers et de canons capturés. La désintégration des forces ennemies est manifeste de par le pillage qu'elles commettent, ajoutant à la confusion lors de leur repli. Les prisonniers de guerre témoignent de façon unanime qu'il ne reste presqu'aucun officier parmi les troupes autrichiennes. Nos régiments récemment formés combattent avec bravoure aux côtés des unités expérimentées contre les Autrichiens. Ces nouveaux régiments se sont renforcés durant nos batailles victorieuses et bon nombre d'entre eux ont déjà acquis une grande renommée dans l'armée ». Le loubok, mot d'origine russe, est une estampe populaire créée à partir de gravures sur bois ou à l'eau-forte, ou plus tard à l'aide du procédé lithographique. Les estampes, qui pouvaient s'accompagner d'un texte, étaient souvent caractérisées par des images simples, colorées et narratives. Les loubki devinrent populaires en Russie à partir de la fin du XVIIe siècle. Les estampes, venant souvent illustrer le récit d'un événement historique, d'un conte littéraire ou religieux, permettaient de diffuser ces histoires auprès de la population analphabète. Le ton de ces images expressives était très varié, allant de l'humour à l'enseignement, en passant par le commentaire social et politique sévère. Clairs et faciles à comprendre, certains dessins étaient produits en série, ouvrant la voie à la bande dessinée moderne. Leur reproduction, peu coûteuse, fit entrer l'art dans les foyers des masses. Initialement, les classes supérieures n'accordèrent aucun crédit à ce style artistique, mais à la fin du XIXe siècle, la notoriété du loubok était telle que les artistes professionnels s'en inspirèrent. Pendant la Première Guerre mondiale, les loubki informaient les Russes des événements sur le front, remontaient le moral et servaient de propagande contre les combattants ennemis.

Dernière mise à jour : 19 juillet 2017