La défaite des Allemands sur la rivière Bzoura

Description

Cette estampe, représentant la défaite des Allemands sur la rivière Bzoura, est extraite de la collection d'affiches de style loubok de la Première Guerre mondiale, conservée à la British Library. La légende indique : « Lors des trois batailles précédentes, l'armée allemande vaincue ne parvint pas à mener une large offensive complète contre notre armée invincible le long de la ligne de front près de la rivière Bzoura. Comme les Allemands se limitèrent à des attaques séparées, leurs hordes restèrent sur la rive gauche de la Bzoura. Les sacrifices des Allemands sur la Bzoura sont énormes, mais certains jours, des milliers de nouveaux cadavres des hordes du satané Kaiser inondaient les rives de cette rivière désormais historique. En premier lieu, nos troupes laissèrent les Allemands traverser le cours d'eau, puis elles lancèrent une attaque rapide et défirent la section qui venait de passer sur l'autre rive. L'ensemble des régiments allemands essayèrent à plusieurs reprises de traverser la rivière, mais nous les repoussâmes à chaque fois dans l'eau, capturant de nombreux prisonniers de notre côté de la rivière. Après ces tentatives, les Allemands se replièrent et nos troupes commencèrent l'offensive avec une force implacable. Nous avons déjà fait d'importants progrès sur la totalité du front ». Le loubok, mot d'origine russe, est une estampe populaire créée à partir de gravures sur bois ou à l'eau-forte, ou plus tard à l'aide du procédé lithographique. Les estampes, qui pouvaient s'accompagner d'un texte, étaient souvent caractérisées par des images simples, colorées et narratives. Les loubki devinrent populaires en Russie à partir de la fin du XVIIe siècle. Les estampes, venant souvent illustrer le récit d'un événement historique, d'un conte littéraire ou religieux, permettaient de diffuser ces histoires auprès de la population analphabète. Le ton de ces images expressives était très varié, allant de l'humour à l'enseignement, en passant par le commentaire social et politique sévère. Clairs et faciles à comprendre, certains dessins étaient produits en série, ouvrant la voie à la bande dessinée moderne. Leur reproduction, peu coûteuse, fit entrer l'art dans les foyers des masses. Initialement, les classes supérieures n'accordèrent aucun crédit à ce style artistique, mais à la fin du XIXe siècle, la notoriété du loubok était telle que les artistes professionnels s'en inspirèrent. Pendant la Première Guerre mondiale, les loubki informaient les Russes des événements sur le front, remontaient le moral et servaient de propagande contre les combattants ennemis.

Date de création

Date du sujet

Informations d'édition

Société de lithographie et d'impression E. Konovalov & C., Moscou

Langue

Titre dans la langue d'origine

Разгром немцев на реке Бзуре

Type d'élément

Institution

Initiative IIIF pour l’interopérabilité des images Aide

Dernière mise à jour : 19 juillet 2017