Une bataille sanglante contre les Allemands à Vítkovice

Description

Cette estampe, représentant une bataille entre les Russes et les Allemands à Vítkovice, est extraite de la collection d'affiches de style loubok de la Première Guerre mondiale, conservée à la British Library. La légende indique : « Le satané Kaiser Guillaume II avait promis depuis longtemps à ses hordes barbares qu'elles pilleraient un jour la belle Varsovie. Les Allemands attaquèrent la ville à deux reprises, mais ils furent repoussés à chaque fois avec de lourdes pertes. Une guerre de tranchées commença. Les rivières Bzoura, Rawka et Nida, ainsi que le cours supérieur de la Pilica, marquaient la ligne de contact entre nos troupes et les Allemands. Les Allemands voulaient briser nos positions sur la Bzoura et gagner à tout prix un accès dans Varsovie. Le 20 janvier 1915, ils lancèrent une attaque sans précédent. Ils positionnèrent 130 000 hommes et 600 canons le long de la ligne de front, de 16 kilomètres. Un soldat était posté tous les mètres, et ce, sur un total de 12 lignes consécutives. Après un terrible ouragan de feu, ces colonnes allemandes denses lancèrent l'assaut sur nos tranchées. Nos héros affrontèrent les tirs des mitrailleuses et des fusils, et les morts s'accumulaient. Grâce à une contre–attaque, nos hommes stoppèrent les Allemands, les repoussèrent et capturèrent deux lignes de tranchées. Simultanément, nos vaillants héros se déplacèrent vers la rive gauche de l'estuaire de la Bzoura (occupée par les Allemands), annihilèrent un détachement allemand et prirent Vítkovice, gain stratégique important. Les pertes ennemies s'élevèrent à plus de 40 000 soldats, avec une grande majorité de tués ». Le loubok, mot d'origine russe, est une estampe populaire créée à partir de gravures sur bois ou à l'eau-forte, ou plus tard à l'aide du procédé lithographique. Les estampes, qui pouvaient s'accompagner d'un texte, étaient souvent caractérisées par des images simples, colorées et narratives. Les loubki devinrent populaires en Russie à partir de la fin du XVIIe siècle. Les estampes, venant souvent illustrer le récit d'un événement historique, d'un conte littéraire ou religieux, permettaient de diffuser ces histoires auprès de la population analphabète. Le ton de ces images expressives était très varié, allant de l'humour à l'enseignement, en passant par le commentaire social et politique sévère. Clairs et faciles à comprendre, certains dessins étaient produits en série, ouvrant la voie à la bande dessinée moderne. Leur reproduction, peu coûteuse, fit entrer l'art dans les foyers des masses. Initialement, les classes supérieures n'accordèrent aucun crédit à ce style artistique, mais à la fin du XIXe siècle, la notoriété du loubok était telle que les artistes professionnels s'en inspirèrent. Pendant la Première Guerre mondiale, les loubki informaient les Russes des événements sur le front, remontaient le moral et servaient de propagande contre les combattants ennemis.

Date de création

Date du sujet

Informations d'édition

Société de lithographie et d'impression E. Konovalov & C., Moscou

Langue

Titre dans la langue d'origine

Кровопролитный бой с немцами у Вытковице

Type d'élément

Institution

Initiative IIIF pour l’interopérabilité des images Aide

Dernière mise à jour : 14 novembre 2017