L'exploit du cosaque du Don Kozma Kryuchkov lors d'un combat contre des cavaliers allemands

Description

Cette estampe, représentant un combat de cavalerie, est extraite de la collection d'affiches de style loubok de la Première Guerre mondiale, conservée à la British Library. La légende indique : « Une petite patrouille de six cosaques traversa la frontière prussienne et tomba à sa grande surprise sur une cavalerie ennemie constituée de 30 cavaliers. Deux de nos cosaques partirent pour avertir leurs supérieurs, tandis que les quatre autres, Ostakhov, Shchegolkov, Ivankov et Kozma Kryuchkov, restèrent. Ils montèrent sur leurs chevaux et se précipitèrent sur les Allemands en hurlant des cris de guerre. Les Prussiens, en pleine confusion, s'exclamèrent : " Kashlany, kashla ! ", nom donné aux cosaques russes par les Allemands. Les 30 cavaliers, terrorisés, s'enfuirent. Sur son cheval fougueux, Kozma Kryuchkov s'élança à l'avant de ses compagnons et affronta l'unité ennemie au loin. Il transperça les Allemands de sa lance, les taillada de son épée et son cheval piétina l'ennemi. Le courageux cosaque Kozma Kryuchkov tua 11 ennemis à lui seul et les autres périrent aux mains de ses camarades qui arrivèrent sur les lieux. Kozma souffrit de 13 blessures légères, mais il guérit rapidement et retourna au combat. Kryuchkov fut le premier soldat à recevoir la Croix de Saint–Georges pendant cette guerre ». Le loubok, mot d'origine russe, est une estampe populaire créée à partir de gravures sur bois ou à l'eau-forte, ou plus tard à l'aide du procédé lithographique. Les estampes, qui pouvaient s'accompagner d'un texte, étaient souvent caractérisées par des images simples, colorées et narratives. Les loubki devinrent populaires en Russie à partir de la fin du XVIIe siècle. Les estampes, venant souvent illustrer le récit d'un événement historique, d'un conte littéraire ou religieux, permettaient de diffuser ces histoires auprès de la population analphabète. Le ton de ces images expressives était très varié, allant de l'humour à l'enseignement, en passant par le commentaire social et politique sévère. Clairs et faciles à comprendre, certains dessins étaient produits en série, ouvrant la voie à la bande dessinée moderne. Leur reproduction, peu coûteuse, fit entrer l'art dans les foyers des masses. Initialement, les classes supérieures n'accordèrent aucun crédit à ce style artistique, mais à la fin du XIXe siècle, la notoriété du loubok était telle que les artistes professionnels s'en inspirèrent. Pendant la Première Guerre mondiale, les loubki informaient les Russes des événements sur le front, remontaient le moral et servaient de propagande contre les combattants ennemis.

Date de création

Date du sujet

Informations d'édition

Chromolithographie I. A. Morozov, Moscou

Langue

Titre dans la langue d'origine

Геройский подвиг донского казака Кузьмы Крючкова во время схватки с немецкими кавалеристами

Type d'élément

Institution

Initiative IIIF pour l’interopérabilité des images Aide

Dernière mise à jour : 14 novembre 2017