Charte officielle de l'Association des brodeurs

Description

L'organisation des différents corps de métier en guildes était l'un des aspects caractérisant les échanges commerciaux dans la ville de Valence au Moyen‑Âge. Ces guildes devinrent des associations de commerçants au XIVe siècle. Ces dernières étaient des entités formées d'artisans regroupés selon leur activité artistique et commerciale. Elles géraient et régulaient la production excédentaire et fixaient les prix. Elles rédigeaient des ordonnances et des contrats ayant trait aux exigences requises pour pouvoir en faire partie, et établissaient le cadre réglementaire relatif à chaque corps de métier. Ces ordonnances très détaillées, nécessitant l'aval de la municipalité ou du roi, devaient être respectées par tous les membres de l'association concernée. Cette œuvre inclut les chapitres concernant les passamaners i cordoners (artisans brodeurs créateurs de somptueuses petites pièces de soie comme des galons, des sacs et des boutons, réalisant également des travaux d'aiguille). Cet artisanat connut son apogée à Valence aux XVIe et XVIIe siècles. Ce document, rédigé en valencien, est un parchemin relié agrémenté de bordures ornementales. La page 5 comporte une illustration de Notre Dame du Rosaire tenant l'Enfant Jésus, sainte patronne de cette association.

Dernière mise à jour : 5 septembre 2017