Le vieillard qui faisait fleurir les arbres morts

Description

Ce watojihon (livre ayant une reliure japonaise traditionnelle) compact contient des images et des textes imprimés au bloc de bois sur papier non texturé appelé hiragami (papier lisse). Kobunsha, maison d'édition dirigée par Takejirō Hasegawa, commença en 1885 à traduire et à publier Nihon Mukashibanashi (série de fables japonaises), dont Hanasaki Jiji (Le vieillard qui faisait fleurir les arbres morts) est extrait. Cette fable raconte l'histoire d'un gentil couple de vieillards qui avait un chien. Un jour, ils creusèrent à l'endroit où leur chien avait gratté et trouvèrent une grande quantité de pièces d'or. Un voisin avide et envieux emprunta le chien. Il le força à trouver un tel endroit, mais lorsque le voisin creusa, il ne trouva que de la terre. Le vieil homme cupide se mit en colère, tua le chien et l'enterra sous un pin. L'arbre poussa si rapidement que le bon vieillard fit un mortier avec son bois. Lorsqu'il y pila de l'orge, le mortier lui rendit tellement de grains d'orge qu'ils débordaient. Lorsque son voisin avide s'en aperçut, il emprunta le mortier. Toutefois, lorsqu'il pila de l'orge, il n'obtint que des grains fissurés et pleins de parasites. Furieux, il brûla le mortier. Lorsque le bon vieillard répandit les cendres du mortier sur un arbre mort, celui-ci fleurit, ce qui lui valut d'être richement récompensé par le seigneur de la contrée. Cependant, lorsque le vieil homme avide répandit les cendres sur un arbre mort, le vent les souffla dans les yeux du seigneur. Le vieillard cupide fut arrêté et connut un terrible sort.

Dernière mise à jour : 9 décembre 2014