Copie du traité de paix et d'amitié entre les États–Unis et le Japon

Description

Après sa première visite en juillet 1853, le commodore Matthew C. Perry (1794–1858) retourna au Japon en mars 1854 pour entamer des discussions avec Hayashi Akira et d'autres représentants du bakufu (shogunat) à Yokohama. Les longues négociations aboutirent à la signature du traité de paix et d'amitié entre les États–Unis et le Japon par les représentants des deux pays. Composé de 12 articles, le traité, proclamant la paix et l'amitié éternelles entre ces deux nations, approuva l'ouverture des ports de Shimoda et de Hakodate, le ravitaillement en carburant et en eau, ainsi que l'établissement d'un consulat américain au Japon. Au mois de mai de la même année, une annexe de 13 articles amenda l'accord. Le traité, qui entra en vigueur le 21 février 1855 après l'échange des instruments de ratification, annonça la fin de la politique japonaise du Sakoku (pays fermé). Le document présenté ici est une copie de l'instrument de ratification du traité, produit par la délégation japonaise. Un instrument de ratification fut également préparé pour l'annexe du traité, bien qu'une autre ratification ne fût pas nécessaire. Perry fait référence à ces documents dans son Récit de l'expédition d'un escadron américain en mer de Chine et au Japon (1856).

Dernière mise à jour : 19 juin 2017