Carte d'Ezo

Description

Au cours de la période Edo (1603–1867), craignant l'affluence du christianisme et des forces étrangères, le Japon interdit à son peuple de voyager à l'étranger, ainsi que de faire du commerce avec d'autres pays et de s'y rendre, à l'exception de la Corée, de la Chine et de la Hollande. En 1828, Philipp Franz Balthasar von Siebold, un Allemand venu au Japon pour travailler en tant que docteur au poste de traite néerlandais, tenta de rapporter en Hollande des biens prohibés, y compris des cartes du Japon, à la fin de son affectation. Siebold fut déporté et banni de retour au Japon, tandis que Takahashi Kageyasu (1785−1829, plus connu sous le nom de Sakuzaemon), fonctionnaire japonais du Bureau d'astronomie du shogunat, qui avait donné les cartes à Siebold, fut exécuté. Au total, 50 personnes furent punies pour l'incident. Cette carte d'Ezo (aujourd'hui Hokkaido, ou Yezo) est considérée comme l'original que Takahashi remit à Siebold. Elle est presque identique à « Die Insel Jezo und die Japanischen Kurilen, nach einer Originalkarte von Takahasi Sakusaimon, Hofastronomen zu Jedo » (Ezoshima et les îles Kouriles japonaises, reposant sur une carte originale par Takahashi Sakuzaemon, astronome de la cour à Edo), qui fut publiée comme carte accompagnant Nippon, ouvrage de Siebold en sept volumes sur le Japon. Une étiquette, qui remonterait à l'enquête de l'incident, porte une inscription affirmant que la carte (remise à Siebold par Takahashi) était une copie exacte de celle-ci. La carte est munie d'un sceau de propriétaire de l'Académie Shōheizaka, qui était l'établissement d'enseignement du shogunat Edo.

Dernière mise à jour : 9 décembre 2014