Trois contes

Description

À la fin des années 1870, alors qu'il se trouvait dans des difficultés matérielles, Gustave Flaubert produisit une série de textes plus courts, avant de reprendre la rédaction difficile de Bouvard et Pécuchet. Un cœur simple fut publié en feuilleton dans le journal Moniteur universel en avril 1877, tandis que La légende de saint Julien l'Hospitalier et Hérodias paraissent le même mois dans Le Bien public. Ces récits furent ensuite réunis en recueil par l'éditeur Charpentier sous le titre Trois contes. Le premier conte se déroule à l'époque de Flaubert, le deuxième au Moyen Âge et le troisième est contemporain de Jésus-Christ. Sous l'apparence très diversifiée des contes (époques différentes, personnages variés, de la simple servante à l'épouse royale, styles d'écriture simples ou relevant de l'épopée) se cache une cohérence qui s'exprime par une inspiration visuelle omniprésente, dans une exploration du religieux ou plus particulièrement de la croyance. Le manuscrit présenté ici offre un aperçu de la méthode de travail unique de Flaubert, styliste hors-pair dont le rêve était d'écrire un livre « qui se tiendrait de lui-même par la seule force de son style ». L'ébauche présentée ici révèle comment les phrases furent remaniées, raturées, les mots soustraits, changés et rajoutés, jusqu'à trouver le terme parfait jugé indispensable. Elle inclut également certains des textes préparatoires de Flaubert, entre autres des brouillons et des notes de lecture.

Dernière mise à jour : 11 mai 2015