L'Album Amicorum de Jacob Heyblocq

Description

À l'époque de Jacob Heyblocq (1623−1690), les livres d'amitié (appelés en latin alba amicorum) étaient populaires parmi les étudiants voyageant d'une université à l'autre. Les érudits itinérants emportaient ces livres avec eux durant leurs tournées universitaires. Lorsqu'ils rencontraient des personnages notables dont ils voulaient se souvenir, ils leur demandaient d'y écrire une courte inscription. Les inscriptions étaient généralement des brèves citations et expressions d'amitié, accompagnées de la date et d'une signature. Les portraits et les armoiries de la famille des élèves étaient parfois dessinés dans le livre. L'album amicorum accompagnait l'étudiant tout au long de sa carrière académique et disparaissait généralement dans un tiroir une fois que ses études étaient terminées. Jacob Heyblocq prit une approche différente. Il étudiait la théologie à Leyde lorsqu'il commença son livre en 1645, déclarant clairement dès le départ, sur la première page, qu'il souhaitait qu'il s'agît de bien plus qu'un simple livre d'amitié. Écrivant en latin, Heyblocq s'adressa aux personnes « les plus éminentes, les plus érudites et les plus nobles » de son temps et affirma que son premier plaisir dans la vie, outre s'acquitter de ses obligations, était de lire les contributions apportées dans les albums. Il demanda « aux plus grands penseurs de ce siècle et à la royauté de haut rang » d'écrire leurs « brillantes contributions » dans ce « livre audacieux ». Il promit que les mots inscrits survivraient à leurs auteurs. Heyblocq poursuivit ses ambitions avec enthousiasme. Après ses études, il enseigna à l'école de latin sur le Nieuwezijds (nouvelle rive), canal d'Amsterdam. Amsterdam connut un âge d'or au XVIIe siècle, époque d'essor des sciences, de la culture et des arts dans cette ville de classe mondiale. En 1660 environ, Heyblocq devint le directeur de son école de latin, poste qui lui permit d'établir des relations avec l'élite culturelle d'Amsterdam, notamment des poètes, des professeurs, des artistes et des peintres, à qui il demanda de contribuer à son album amicorum. L'index répertorie les noms de tous ceux ayant accepté sa requête. La plupart des contributions sont bien plus que les effusions d'amitié habituelles. De nombreux poèmes furent composés en totale improvisation, spécialement pour l'album, généralement en néerlandais ou en latin. Le livre contient également des aphorismes et des versets de la Bible, en latin, en grec et en hébreu. Ces fameuses contributions font de ce volume l'exemple illustré le plus riche et le plus beau des libri amicorum de l'histoire néerlandaise.

Dernière mise à jour : 19 août 2015