La « Mazurka » d'Ekaterina Maximova

Description

Leonid Zhdanov (1927-2010) prit cette photographie en 1968. On y voit Ekaterina Maximova (1939-2009), ballerine du théâtre Bolchoï, danser la mazurka (extraite du ballet Skryabiniana) créé par Kasyan Goleizovsky (1892-1970). Chorégraphiée spécialement pour Maximova, cette danse a été créée en 1960 dans un programme de concert. Maximova obtint en 1958 le diplôme de l'École de ballet de Moscou du théâtre Bolchoï (aujourd'hui l'Académie chorégraphique d'État de Moscou), où elle reçut l'enseignement d'Elizaveta Gerdt. Elle fut acceptée au théâtre Bolchoï. Un an plus tard, lors d'une tournée aux États-Unis et au Canada, elle fut adulée par le public et la presse, qui délirait sur le sourire charmant et dansant de cette « merveilleuse elfe » et « poupée ballerine ». Galina Oulanova fut pendant de nombreuses années, le professeur de Maximova au Bolchoï. Elle lui fit travailler les rôles de Giselle et de Juliette, qui furent à une époque les meilleurs rôles de son répertoire. La radieuse Maximova a également brillé dans le rôle comique de Kitri dans Don Quichotte. Elle et son partenaire Vladimir Vassiliev étaient appelés le « Duo en or du théâtre Bolchoï » et beaucoup de chorégraphes créèrent des danses spécialement à son intention. Iouri Grigorovitch, Tom Schilling et Maurice Béjart avaient tous beaucoup d'estime pour son talent. Maximova, révéla pleinement ses dons dans des ballets produits pour la télévision, notamment Galatea, le Tango d'autrefois, Chapliniana (réalisation d'Alexander Belinsky, chorégraphie de Dmitry Bryantsev) et Anyuta (mise en scène et chorégraphie de Vladimir Vassiliev). Elle fut reconnue non seulement comme danseuse, mais comme une grande actrice dramatique, capable de jouer toutes sortes de rôles, depuis la comédie ironique jusqu'aux grandes tragédies. Zhdanov, ancien danseur du Bolchoï et professeur de chorégraphie pendant 50 ans, fut également photographe de danse professionnel durant la majeure partie de sa carrière. Ses photos sont spontanées et fixent sur la pellicule les mouvements, les humeurs et les émotions des danseurs capturés sur le vif. L'œuvre de bienfaisance « Renaissance de l'art » à Moscou détient cette image et le reste des archives de Zhdanov.

Dernière mise à jour : 3 février 2015