Maïa Plissetskaïa dans le rôle de la merveilleuse danseuse aux pieds nus

Description

Cette photographie fut prise en 1977 par le photographe Leonid Zhdanov (1927−2010) dans le cadre de la série « Grandes danseuses du XXe siècle. Isadora Duncan−Maïa Plissetskaïa ». Cette même année qui marqua le 100e anniversaire de la naissance de la danseuse américaine Isadora Duncan (1877−1927), en l'honneur de laquelle le chorégraphe français Maurice Béjart (1927−2007) créa le ballet Isadora au théâtre Bolchoï à Moscou. À cette époque, le nom et l'œuvre de la « merveilleuse danseuse aux pieds nus, » nom donné à Isadora Duncan par ses contemporains, étaient presque un mythe. Isadora de Béjart, chorégraphié pour Maïa Plissetskaïa (née en 1925), danseuse étoile du théâtre Bolchoï et l'une des plus grandes ballerines du XXe siècle, a réhabilité la réputation d'Isadora Duncan. La première d'Isadora connut un énorme succès. Plissetskaïa sut recréer le style et l'esprit de la danse libre d'Isadora Duncan, qui avait pris forme au tournant du XXe siècle, au mépris des règles du ballet classique. Formée à Moscou, élève d'Elizaveta Gerdt et plus tard d'Agrippina Vaganova (1879-1951), Plissetskaïa arriva au théâtre du Bolchoï en 1943, alors que Galina Oulanova était considérée comme le modèle de la ballerine classique. La bravoure de Plissetskaïa, sa force de vie et la virtuosité de sa danse contrastaient avec le style, tout de lyrisme et d'émotion, d'Oulanova. Plissetskaïa a modifié l'esthétique du ballet au cours de la seconde moitié du XXe siècle, introduisant une nouvelle perception de la beauté et des formes du mouvement. À l'âge auquel la plupart des danseurs classiques quittent la scène, elle a adopté un nouveau style. Elle a abandonné la danse classique en faveur de la chorégraphie moderne. Certains des meilleurs chorégraphes du XXe siècle — de Kasian Goleizovsky à Roland Petit et Maurice Béjart — ont créé des œuvres pour elle. Zhdanov, ancien danseur du Bolchoï et professeur de chorégraphie pendant 50 ans, fut également photographe de danse professionnel durant la majeure partie de sa carrière. Ses photos sont spontanées et fixent sur la pellicule les mouvements, les humeurs et les émotions des danseurs capturés sur le vif. L'œuvre de bienfaisance Renaissance de l'art à Moscou détient cette image et le reste des archives de Zhdanov.

Dernière mise à jour : 3 février 2015