Le conte de Kiều

Description

Truyện Kiều (Le conte de Kiều), écrit par Nguyễn Du (1765−1820), est considéré comme le poème le plus important de la littérature vietnamienne. Composé en strophes appelées Lục-bát (6-8), le poème était à l'origine intitulé en vietnamien Ðoạn Trường Tân Thanh (Un nouveau cri d'un cœur brisé). Il est toutefois couramment appelé Truyện Kiều ou Kim Văn Kiều. L'histoire est inspirée d'un roman chinois Ming du XVIIe siècle, que Nguyễn Du découvrit alors qu'il était en mission d'ambassadeur en Chine en 1813. L'intrigue décrit les circonstances politiques et sociales chaotiques du Vietnam au XVIIIe siècle, causées par les querelles politiques internes. L'histoire prend pour thème la piété filiale, un des principes majeurs du confucianisme. Elle raconte la vie et les tourments d'une belle jeune femme talentueuse qui sacrifia son propre bonheur pour sauver sa famille de la disgrâce. L'héroïne dut traverser bien des épreuves. Elle fut notamment entraînée dans la prostitution, mariée à un homme qui l'était déjà et jetée hors d'un sanctuaire bouddhiste pour avoir finalement rejoint son premier amour. Cependant, cette réunion n'apporta pas la moindre joie à Kiều, qui choisit de dévouer sa vie à servir sa famille comme l'exigeait la piété filiale. Des critiques littéraires affirmèrent que le thème de l'histoire était une allégorie de la culpabilité et du conflit d'intérêt de Nguyễn Du, qui avait accepté de travailler pour le nouveau régime (la dynastie Nguyễn, 1802−1945), indirectement impliqué dans le renversement de son ancien maître. Ce comportement était inacceptable dans la société vietnamienne confucéenne traditionnelle, car il équivalait à trahir la piété filiale. Par conséquent, le thème de l'histoire était un rappel poignant pour Nguyễn Du, qui naquit dans une grande famille de Mandarins, et dont le père servit en tant que ministre de haut rang sous la dynastie Le. La copie du manuscrit de Truyện Kiều conservée à la British Library (cote : Or 14844) fut achevée en 1894 environ. Elle est écrite en chữ nôm (caractères sino-vietnamiens). Chaque page contient de magnifiques images illustrant des scènes de l'histoire. L'ouvrage est relié dans une couverture en soie jaune royal avec des motifs de dragon. Nguyễn Quang Tuấn, érudit vietnamien indépendant qui étudia le manuscrit, pense que ce dernier revêt une signification royale, car le dragon sur la couverture possède cinq griffes, caractéristique normalement réservée au seul usage impérial. Les annotations de Paul Pelliot (1878−1945), célèbre sinologue français qui acquit le manuscrit en 1929, constituent également une spécificité notable.

Date de création

Date du sujet

Titre dans la langue d'origine

傳新翹­雲金

Type d'élément

Description matérielle

72 feuillets ; 350 x 220 millimètres

Notes

  • Cote du manuscrit de la British Library : Or 14844

Institution

Références

  1. Sud Chonchirdsin, "Truyện Kiều-The Tale of Kieu at the British Library," Southeast Asia Library Group (SEALG) Blog, March 28, 2013, https://southeastasianlibrarygroup.wordpress.com/tag/vietnamese-manuscript.

Initiative IIIF pour l’interopérabilité des images Aide

Dernière mise à jour : 8 août 2014