Insurgé des journées de février 1848

Description

Ce daguerréotype est un portrait d'insurgé, réalisé à l'issue des journées d'émeutes de février 1848 à Paris. L'auteur resté anonyme du daguerréotype était sans doute peu expérimenté, car l'inscription « République Liberté Égalité Fraternité 22, 23 et 24 février » sur le drapeau se lit à l'envers. Un photographe professionnel aurait usé du système de miroir inventé plus tôt pour corriger l'image dans la chambre noire. Toutefois, au-delà de cette maladresse, ce portrait manifeste l'impérieuse nécessité de conserver le visage même de la révolte sous les traits de ce garçon qui rappelle le Gavroche imaginé par Victor Hugo pour son roman de 1862 Les Misérables. Le procédé du daguerréotype, inventé par Louis-Jacques-Mandé Daguerre (1787–1851) et utilisé dès 1839, fut rapidement concurrencé par une technique alternative conçue par l'inventeur britannique William Henry Fox Talbot. Les daguerréotypes permettaient dans les années 1840 de fixer des scènes historiques, dont les révoltes de 1848. Le règne du roi Louis-Philippe Ier fut marqué par une forte agitation sociale, particulièrement à Paris, dont la population franchit le million d'habitants avec la révolution industrielle. L'autoritarisme du chef du gouvernement, François Guizot, fit office de détonateur. L'abdication de Louis-Philippe en février 1848 fut suivie par l'établissement de la Seconde République, que Napoléon III remplaça rapidement en instaurant le Second Empire en 1852. Cette instabilité politique témoigne de la vivacité des idéaux de 1789 parmi la population, consacrant Paris comme ville révolutionnaire, comme le prouva, une fois encore, la Commune en 1871.

Dernière mise à jour : 31 juillet 2014