Livre des heures canoniales

Description

Ce livre d'heures de Slovaquie est originaire de France. L'influence et la provenance françaises se manifestent ici dans l'écriture, la décoration, la lettrine « D » (Domine) ornée du motif de la Vierge Marie tenant un livre, et le bouclier héraldique aux armes de la croix blanche, dont l'écu (avec les armoiries de l'ordre de Crucigeri) est porté par deux anges. De même, le contenu du codex, notamment la structure de son calendarium, suggère qu'il provient d'un milieu des monastères augustins ou des frères Crucigeri. Les fêtes de certains saints, dont sainte Élisabeth, furent ajoutées au calendarium à une date ultérieure, indiquant que le livre fut également utilisé en Slovaquie. La reliure en vermeil révèle qu'il fut produit en Europe de l'Ouest au XVe ou au XVIe siècle. Ses deux planches ne forment pas un ensemble cohérent. Issues de deux sources différentes, elles furent associées uniquement pour relier ce livre. Sur la planche avant, les quatre Évangélistes apparaissent dans les angles, et le médaillon central, dans un cadre filigrané, contient une représentation de la résurrection du Christ. La planche arrière représente la crucifixion du Christ. Seuls la Vierge Marie et saint Jean sont généralement inclus dans cette scène, mais ici une ville est visible à l'horizon. Un crâne (la tombe d'Adam) est également gravé au pied de la croix, ainsi que les symboles du Soleil et de la Lune (représentant la promesse du salut du Christ) au-dessus des bras de Jésus. Les inscriptions sont une combinaison des acronymes latins INRI (pour Jésus de Nazareth, roi des Juifs) et MP (pour signé de sa propre main), et des noms grecs (OX, Joannos). Le dos de la reliure est décoré de motifs floraux sculptés.

Langue

Titre dans la langue d'origine

Liber horarum canonicarum

Lieu

Mots-clés supplémentaires

Type d'élément

Description matérielle

164 feuillets : parchemin ; 112 x 75 millimètres

Initiative IIIF pour l’interopérabilité des images Aide

Dernière mise à jour : 5 janvier 2017