Une concession de territoire amérindien des Creeks supérieurs, des Creeks inférieurs et des Séminoles au colonel Thomas Brown, surintendant des affaires indiennes du district sud d'Amérique du Nord

Description

Ce document est une pièce jointe qui fut à l'origine soumise par Henry Lee IV au juge territorial de Floride Augustus Brevoort Woodward en septembre 1824. Lee demanda l'aide de Woodward pour garantir le transfert de la propriété achetée par son père, le général Henry Lee, auprès de Thomas Brown en 1817. Le 1er mars 1783, un groupe « de rois et de guerriers » représentant les villes des Creeks supérieurs, des Creeks inférieurs et des Séminoles apposèrent leurs noms et le symbole de leurs familles sur un document accordant à Thomas Brown, surintendant britannique des Affaires indiennes, un vaste territoire à l'ouest de Saint-Augustine, dans ce qui était à l'époque la Floride orientale britannique. Brown quitta l'Angleterre et arriva en Amérique du Nord en 1774 pour établir une plantation dans l'arrière-pays de la Géorgie. Loyaliste, il commanda durant la guerre d'indépendance une patrouille montée appelée « King's Rangers », ou Rangers du roi, lançant des raids contre les Américains le long de la frontière sud. Brown parvint à gagner l'appui et l'assistance de plusieurs chefs indiens creeks et séminoles, qui fournirent des guerriers afin de combattre leur ennemi commun, les Américains. En retour, Brown s'assura que leurs villes étaient bien armées et approvisionnées. Alors que la guerre touchait à sa fin en 1783, Brown et ses hommes se replièrent en Floride. Peu avant le 1er mars, une délégation représentant les villes des Creeks et des Séminoles se rendit à Saint-Augustine, et se réunit avec Brown et d'autres fonctionnaires britanniques. La concession de terre présentée ici est le résultat de cette rencontre. La délégation amérindienne s'acquitta de sa dette envers son « père et ami », qui l'avait guidé dans la bataille contre les Américains, et lui octroya un territoire s'étendant de la rivière Amajura, aujourd'hui appelée la Withlacoochee, au fleuve Saint Johns. Ce document est une copie de l'original, réalisée le 20 juin 1820, lorsque Brown vivait à Saint-Vincent, dans les Caraïbes. Il contient des illustrations rares de symboles de clans indiens du Sud-Est. De nombreux Indiens du Sud-Est pratiquaient une forme d'organisation sociale reposant sur des clans matrilinéaires, au sein desquels ils retraçaient leurs ancêtres par les familles des mères, et ils naissaient dans le même clan que leurs mères. Différents symboles de clan figurent sur ce document. Si l'on peut en identifier certains grâce à leur ressemblance avec des animaux connus, tels qu'un alligator et un oiseau, d'autres ne sont pas reconnaissables. Les noms de clan désignaient des ancêtres mythiques, prenant souvent la forme d'animaux, de plantes ou de forces de la nature. Des douzaines de clans existaient parmi les Creeks et les Séminoles à l'époque où ce document fut créé. Ce dernier inclut également les titres des chefs des villes des Creeks et des Séminoles. Les hommes de haut rang portaient un titre de guerre ou diplomatique, et ils étaient identifiés en relation avec une ville ; par exemple, Tallassee Mico était mico, ou chef, de la ville de Tallassee.

Date de création

Date du sujet

Langue

Titre dans la langue d'origine

A Grant of Indian Territory from the Upper Creek Indians as also the Lower Creeks and Seminoles to Colonel Thomas Brown Superintendent of Indian Affairs for the Southern District of North America

Type d'élément

Description matérielle

1 page

Initiative IIIF pour l’interopérabilité des images Aide

Dernière mise à jour : 17 octobre 2014