Corée du Sud, statue en pierre du bouddha Maitreya debout, dans le temple Gwanchoksa

Description

Cette image, montrant une grande statue en pierre de bouddha, est l'une des 43 photographies prises en Corée par George Clayton Foulk entre 1883 et 1886, aujourd'hui conservées à la bibliothèque de la Société américaine de géographie à l'Université du Wisconsin à Milwaukee. Les cinq personnes debout au pied de la statue, donnant une idée de l'échelle, paraissent toutes petites. S'élevant à 18 mètres, il s'agit de la statue de bouddha la plus haute de Corée. Souvent appelée « Eunjin Mireuk », ou « Bouddha Maitreya de Eunjin », la statue remonte à la fin du Xe siècle et à la dynastie Goryeo à Eunjin, à Nonsan, en Corée. Elle fut classée trésor national de la Corée du Sud. Foulk ajouta sous l'image la légende : « Représentation de bouddha à Unchiu, 64 pieds de hauteur, sculptée dans la roche dure. » Foulk, jeune officier de la marine, servit dans les années 1880 en tant que diplomate américain en Corée, où il fut initialement envoyé en 1883, accompagné d'une délégation coréenne, comme seul interprète qualifié au service du gouvernement des États-Unis. Bien qu'il ne parlât pas couramment le coréen, il était capable de communiquer en japonais et il apprit rapidement la langue coréenne. À son arrivée en Corée, Foulk entreprit un voyage de 1 450 kilomètres en chaise à porteurs à travers le pays. Durant ce périple, il tint un journal détaillé et prit des photographies. Un coup d'État, qui échoua, dans la capitale coréenne en décembre 1884 écourta le voyage de Foulk. Bon nombre de ses clichés furent détruits pendant les émeutes et la précipitation confuse pour sa protection. Foulk demeura en Corée en qualité d'administrateur, puis d'attaché de la marine. S'étant lié d'amitié avec le roi Sunjong, membre de la famille royale (et empereur de Corée de 1907 à 1910), il put l'accompagner dans ses visites quotidiennes et bénéficier des opportunités uniques de photographier la vie coréenne. Foulk quitta la Corée en 1887 et passa le restant de sa vie au Japon, travaillant comme professeur de mathématiques à la faculté missionnaire de Doshisha (université de Doshisha). Il mourut en 1893 à l'âge de 37 ans, lors d'une randonnée avec son épouse japonaise et des amis.

Dernière mise à jour : 22 mars 2016