Carte générale du gouvernement de Tchernigow : avec l'indication des chemins de poste et autres grands chemins praticables, des stations et des distances entre elles en verstes

Description

Cette carte de 1821 de la province de Tchernigov (ou Tchernigow) est extraite du vaste ouvrage intitulé Geograficheskii atlas Rossiiskoi imperii, tsarstva Pol'skogo i velikogo kniazhestva Finliandskogo (Atlas géographique de l'Empire russe, du Royaume de Pologne et du grand-duché de Finlande), contenant 60 cartes de l'Empire russe. Compilé et gravé par le colonel V.P. Piadyshev, il témoigne des travaux topographiques détaillés menés par les cartographes militaires russes durant le premier quart du XIXe siècle. La carte montre les centres de population (sept catégories classées par taille), les bureaux postaux, les routes (quatre types), les frontières des provinces, des districts et des états, ainsi que des usines, des monastères et des tavernes. Les distances sont indiquées en verstes, unité de mesure russe qui n'est plus utilisée aujourd'hui, équivalant à 1,07 kilomètre. Les légendes et les toponymes sont fournis en russe et en français. Le territoire représenté sur la carte est situé dans les régions actuelles du nord–est de la Biélorussie et du sud–ouest de la Russie. Tchernigov (également Tchernihiv), probablement fondée au IXe siècle, fut l'une des villes et l'un des centres de culture les plus importants de l'époque de la Rus de Kiev, du début du XIe siècle au début du XIIIe. Ses princes rivalisèrent parfois avec les grands princes de Kiev. Les Mongols, sous le commandement de Batu Khan, mirent à sac Tchernigov au début du XIIIe siècle, ce qui affaiblit le statut et l'influence de la ville. Les khans de Lituanie, de Moscovie, de Pologne et de Crimée tentèrent par la suite de prendre le contrôle de la région. La sitch zaporogue (Hetmanat cosaque) s'organisa comme une force politique autonome au XVIIe siècle, reposant sur sa contribution à la protection des terres frontalières du sud des invasions tatares. Si l'Hetmanat offrait une plus grande autorité locale, il continua d'être manipulé par les puissances voisines. L'hetman Bohdan Khmelnytsky chercha le soutien du tsar russe contre les Polonais, sous la forme d'une alliance militaire avec la Moscovie en 1654, concrétisée par l'accord de Pereïaslav. Après une guerre russo–polonaise, le traité d'Androussovo (1667) divisa essentiellement l'Hetmanat pour constituer l'Ukraine de la rive gauche et l'Ukraine de la rive droite sur les berges opposées du Dniepr. L'Ukraine de la rive gauche, qui devint le centre de la province de Tchernigov au sein de la Russie impériale, était davantage russifiée et orthodoxe que l'Ukraine de la rive droite, catholique et contrôlée par les Polonais. Après qu'une autonomie provisoire fut accordée, les tsars russes réduisirent peu à peu l'indépendance de l'armée cosaque. Catherine la Grande abolit l'Hetmanat en 1764 et le rasa en 1775.

Date de création

Date du sujet

Informations d'édition

Dépôt topographique militaire, Saint-Pétersbourg, en Russie

Titre dans la langue d'origine

Генеральная Карта Черниговской Губернiи Съ показанiемъ почтовыхъ и большихъ проѣзжихъ дорогъ, станцiй и разстоянiя между оными верстъ

Mots-clés supplémentaires

Type d'élément

Description matérielle

1 carte ; 40 x 38 centimètres

Notes

  • Échelle : 1:1 100 000

Initiative IIIF pour l’interopérabilité des images Aide

Dernière mise à jour : 30 octobre 2015