Recueil sur les plantes médicinales essentielles de la pharmacopée

Description

Ben cao pin hui jing yao (Recueil sur les plantes médicinales essentielles de la pharmacopée) fut compilé et illustré sur ordre impérial de l'empereur Xiaozong (règne : 1487−1505) de la dynastie Ming. Le manuscrit fut achevé la 18e et dernière année de son règne, appelé Hongzhi (1505). Il s'agissait de l'unique publication officielle sur la pharmacopée. Après la mort de l'empereur Xiaozong, la cour impériale conserva le manuscrit, et plus de quatre siècles s'écoulèrent avant qu'il ne fût réimprimé. Toutefois, plusieurs manuscrits soigneusement copiés parurent avec des illustrations en couleur. Des histoires circulèrent au sujet du compilateur, le médecin Liu Wentai. Selon celles-ci, d'abord haut fonctionnaire médical à l'Académie impériale de médecine à l'époque de Xianzong (1465−1487), Liu fut été rétrogradé une première fois au poste d'assistant administratif médical pour avoir « prescrit un dosage inadéquat, nuisant à l'empereur », puis une seconde au poste de médecin de la cour. C'est Liu qui mena les travaux de compilation, et l'ouvrage fut présenté à la cour avec sa signature. De nombreux autres compilateurs, des médecins de l'académie pour la plupart et quelques érudits du Secrétariat, apportèrent également leur contribution. Huit artistes célèbres, dont Wang Shichang, réalisèrent les illustrations. Le contenu est inspiré de Zheng lei ben cao (Pharmacopée classée à partir des classiques historiques pour les cas urgents), Qin shan zheng yao (Principes d'un bon régime), Shao xing ben cao (Pharmacopée de Shaoxing), ainsi que par d'autres ouvrages, d'où le terme « essentielles » dans le titre. L'ouvrage, en 42 juan, répertorie 1 815 plantes médicinales regroupées en 10 catégories (le jade, l'herbe, les arbres, les hommes, les animaux, les oiseaux, les insectes et les poissons, les fruits, les céréales et les légumes). Il contient 1 367 illustrations de remèdes en couleur. La compilation s'appuie sur celle de Zheng lei ben cao, mais elle utilise également les règles stylistiques de Huang ji jing shi (Livre des principes suprêmes de l'ordre du monde) par Shao Yong (1011−1077), philosophe néoconfucianiste des Song du Nord. Les remèdes sont répartis en deux niveaux, en utilisant les 24 règles conventionnelles sur les descriptions et sans faire appel à la méthode traditionnelle consistant à insérer des couches d'annotations. Le contenu aborde l'authentification, la production, la composition et la pharmacodynamique des ingrédients médicinaux, ainsi que des thèmes connexes, tels que la culture folklorique, les théories sur la santé et les environnements géographiques. Le savoir médical des compilateurs et des graveurs étant limité, l'ouvrage fut compilé et illustré rapidement, au cours d'une période d'un an et demi. Par conséquent, la clarté de la recherche textuelle et des informations sur les médicaments supplémentaires est peu louable. Dans certains cas, les illustrations et les textes ne concordent pas. Par exemple, un kiwi sur une image est identifié comme une pêche. Ces défauts affectèrent la valeur scientifique du livre, même s'il s'agissait de la plus grande encyclopédie illustrée en couleur et qu'elle utilisait des images de Zheng lei ben cao. Les 668 nouvelles illustrations constituent son plus grand intérêt. En outre, 144 illustrations révisées offrent d'autres détails sur les choses courantes familières des peintres, telles que les légumes, les poissons, les crustacés, les oiseaux, les animaux, les insectes et les remèdes populaires. Les peintres de l'académie s'inspiraient également des êtres vivants, particulièrement les animaux exotiques, dont les lions, les élans et les paons. Ces images réalistes splendides, avec des coups de pinceau colorés, sont l'essence de cet ouvrage.

Dernière mise à jour : 24 mai 2017