Peintures flamandes sur des panneaux

Description

À la fin du XVe siècle et durant la première moitié du XVIe, la culture, le raffinage et la commercialisation du sucre jouèrent un rôle majeur dans l'économie en plein essor des îles Canaries. Les principaux moteurs de l'économie sucrière étaient les propriétaires, les agents et les commerçants des Flandres, qui faisaient partie à cette époque de l'Empire espagnol. Anvers devint le grand centre de réception et de distribution du sucre des îles Canaries en Europe. Cette activité économique permit d'introduire l'art flamand dans l'archipel. Ce fut grâce à l'art que les nouveaux colons, qui firent partie de la culture sucrière de l'Atlantique, affirmèrent leur identité et leur prestige social. Les images présentées ici montrent des peintures flamandes sur panneaux, qui provenaient vraisemblablement d'un retable. Ces œuvres, reflétant l'iconographie et l'esthétique flamandes, sont peintes des deux côtés. Les contrastes de lumière accentués, et la qualité de l'exécution de la peau et des vêtements des personnages, ainsi que des paysages en arrière-plan, constituent des particularités remarquables. Sur le devant du premier panneau, Jean le Baptiste tient l'agneau pascal mystique et, en arrière-plan, il baptise le Christ dans le fleuve Jourdain. Au dos, une scène représente le martyre de saint Jean l'Évangéliste. Le devant du second panneau est consacré à sainte Lucie, reconnaissable aux attributs de son martyre. Sur le dos du panneau, consacré à la Messe de saint Grégoire, le Christ émerge miraculeusement d'un sarcophage et apparaît à Grégoire pendant l'Eucharistie. Ces œuvres sont conservées dans les collections de la Maison-musée de Christophe Colomb, à Grande Canarie.

Dernière mise à jour : 13 juin 2016