Mandchourie

Description

En préparation à la conférence de paix qui devait suivre la Première Guerre mondiale, au printemps 1917, le ministère des Affaires étrangères britannique établit une section spéciale chargée de préparer les informations de synthèse utiles aux délégués britanniques. Mandchourie est le numéro 69 d'une série de plus de 160 études produites par cette section, dont la plupart furent publiées après la conclusion de la conférence de paix de Paris en 1919. Le livre présenté ici est consacré à la géographie physique et politique, à l'histoire politique et aux conditions économiques. Une note indique que la partie sur l'histoire politique doit être lue en association avec le numéro 67 de cette série, intitulé Chine. L'étude décrit la Mandchourie comme « la dépendance la plus septentrionale et orientale de la Chine ». Elle souligne que la dynastie Qing fut fondée par les Mandchous en 1644, marquant le début de son règne sur la Chine, qui dura jusqu'au renversement de l'empire en 1911. Toutefois, à partir du XIXe siècle, le ventre mou de la Chine fit de la Mandchourie la cible des ambitions impérialistes des puissances extérieures, en particulier la Russie et le Japon. Durant cette période, sous la pression des nations étrangères, la Chine céda des territoires et accorda des concessions commerciales en Mandchourie. La partie sur l'histoire de la région évoque les développements pendant la Première Guerre mondiale, notamment les nouvelles exigences du Japon qui venait de prendre Kiautschou (aujourd'hui Jiaoxian) à l'Allemagne au début de la guerre. La partie sur l'économie traite des trois principaux réseaux de voies ferrées de Mandchourie et de leur importance politique et commerciale : la Compagnie impériale des chemins de fer du nord de la Chine, la Compagnie des chemins de fer de l'Est chinois et la Société des chemins de fer de Mandchourie du Sud. Les thèmes abordés incluent les intérêts étrangers engagés dans la construction et le financement de ces chemins de fer, les écartements de leurs rails, ainsi que leur matériel roulant, leurs capacités de charge et leurs revenus annuels. Selon l'étude, la population de la Mandchourie s'élevait à 17,8 millions d'habitants (1918). L'annexe contient des tables comportant des statistiques sur le transport maritime et le commerce extérieur.

Dernière mise à jour : 4 mai 2017