Possessions britanniques en Océanie

Description

En préparation à la conférence de paix qui devait suivre la Première Guerre mondiale, au printemps 1917, le ministère des Affaires étrangères britannique établit une section spéciale chargée de préparer les informations de synthèse utiles aux délégués britanniques. Possessions britanniques en Océanie est le numéro 144 d'une série de plus de 160 études produites par cette section, dont la plupart furent publiées après la conclusion de la conférence de paix de Paris en 1919. Ce livre est consacré à 14 îles ou groupes d'îles du Pacifique Sud appartenant à la Grande–Bretagne, ou à l'Australie et à la Nouvelle-Zélande, dominions de l'Empire britannique. La plupart de ces îles sont très petites et situées au sud de l'équateur. L'étude contient des parties sur la géographie physique et politique, l'histoire politique, et les conditions sociales, politiques et économiques, où ces thèmes sont abordés séparément pour chaque groupe d'îles. Ces îles étaient administrées comme des protectorats ou des colonies britanniques : la colonie de la Couronne des Fidji (l'actuelle République des Fidji), la colonie de la Couronne des îles Gilbert et Ellice (par la suite des entités distinctes, les îles Gilbert devenant l'actuelle République des Kiribati, et les îles Ellice l'État des Tuvalu), le protectorat des îles Salomon britanniques (aujourd'hui les îles Salomon), le protectorat des Tonga, ou îles des Amis (aujourd'hui le Royaume des Tonga), ainsi que différentes petites dépendances périphériques (dont certaines étaient administrées par l'Australie ou la Nouvelle–Zélande, et demeurent aujourd'hui encore sous leur souveraineté). La taille des populations de ces îles était variable, pouvant aller de quelques centaines à plusieurs milliers. Les habitants étaient de descendance polynésienne, mélanésienne, micronésienne, papoue, européenne, etc. L'étude se termine par des remarques d'ordre général, mais signale que les « groupes qui composent l'Océanie britannique diffèrent tellement qu'il est difficile d'émettre une déclaration qui soit applicable à tous ».

Dernière mise à jour : 19 juillet 2017