Lhassa, palais du Potala vu depuis l'est

Description

Cette vue depuis l'est du Potala (palais du dalaï-lama) à Lhassa est extraite d'une collection de 50 photographies du Tibet central, acquise auprès de la Société géographique impériale de Russie à Saint-Pétersbourg par la Société américaine de géographie en 1904. Dans Le bouddhisme du Tibet ou lamaïsme (1899), L.A. Waddell aborde les origines du Potala : « Afin de consolider son règne récemment acquis, et celui de son Église au sein de la prêtrise, ce prélat [Ngawang Lobsang, chef du monastère de Drepung], comme nous l'avons vu, se fit passer pour la divinité Avalokita. Il inventa des légendes amplifiant les pouvoirs et les attributs de cette déité, et transféra sa résidence personnelle du monastère de Drepung à un palais qu'il se fit bâtir près de Lhassa, sur la " colline rouge ", désormais appelée mont Potala d'après la résidence indienne mythique de son modèle divin ». Deux lamas bouddhistes mongols, G.Ts. Tsybikov et Ovché (O.M.) Narzounof, prirent ces photographies lorsqu'ils voyagèrent au Tibet en 1900 et 1901. Les notes accompagnant les images furent écrites en russe pour la Société géographique impériale de Russie par Tsybikov, Narzounof et d'autres Mongols qui connaissaient bien le Tibet central. En avril 1904, Alexander Grigoriev, membre correspondant de la Société américaine de géographie, traduisit les notes russes en anglais.

Dernière mise à jour : 22 mars 2016