Adhésion de l'Allemagne à la Société des Nations. Lettre de Gustav Streseman

Description

En 1924, le ministre allemand des Affaires étrangères récemment nommé, Gustav Stresemann, adopta une nouvelle politique envers la Société des Nations, que les gouvernements de Berlin avaient jusque-là rejetée, la considérant comme un instrument créé par les pays victorieux de la Première Guerre mondiale pour écraser les Allemands vaincus. En décembre 1924, Stresemann envoya à la Société une demande d'admission pour l'Allemagne, à condition toutefois qu'elle fût également membre du Conseil de la Société. Cette demande fut refusée, mais Stresemann la renouvela en 1925. L'adhésion de l'Allemagne à la Société devint possible grâce à la Conférence de Locarno en octobre 1925, qui donna lieu à plusieurs traités devant prendre effet le 14 septembre 1926. Dans le plus important de ces accords, souvent appelés Pacte de Locarno, la France, l'Allemagne, la Belgique, la Grande-Bretagne et l'Italie garantirent la frontière occidentale de l'Allemagne, qui fut déclarée inviolable. Le Pacte devait entrer en vigueur uniquement lorsque l'Allemagne serait admise à la Société des Nations, avec un siège au Conseil. Dans cette lettre adressée au Secrétaire général sir Eric Drummond, datée du 8 février 1926, Stresemann fait le bilan des efforts de l'Allemagne pour rejoindre la Société. En outre, en soulignant que toutes les conditions d'adhésion avaient été remplies, il demande à Drummond de remettre son admission à l'ordre du jour de l'Assemblée de la Société dès que possible. L'Allemagne devint officiellement membre le 8 septembre de la même année, avec un siège permanent au Conseil. Cette lettre provient des archives de la Société des Nations, qui furent transférées aux Nations Unies en 1946 et qui sont désormais conservées à l'Office des Nations Unies à Genève. Elles furent inscrites au Registre de la Mémoire du monde de l'UNESCO en 2010.

Date de création

Langue

Type d'élément

Description matérielle

1 page : dactylographiée

Références

  1. Raymond J. Sontag, A Broken World, 1919-1939 (New York: Harper & Row, 1971).

Initiative IIIF pour l’interopérabilité des images Aide

Dernière mise à jour : 16 février 2017