Demande de passeport, Office international Nansen à Berlin

Description

L'Office international Nansen pour les réfugiés, autorisé par la Société des Nations durant l'automne 1930, commença ses activités le 1er avril 1931. Il succédait à la Haute Commission pour les réfugiés, première agence internationale chargée des réfugiés fondée en juin 1921 par la Société des Nations sous la direction de l'explorateur et homme d'État norvégien Fridtjof Nansen (1861–1930). Le Secrétariat de la Société avait la responsabilité des apatrides et des réfugiés internationaux, et il chargea l'Office international Nansen d'exercer ses responsabilités dans ce domaine. L'Office fournissait une assistance matérielle, juridique et financière à près d'un million de réfugiés, notamment les Arméniens en Syrie et au Liban, et les réfugiés de la Sarre réinstallés au Paraguay. Après la prise du pouvoir par les nazis en Allemagne en 1933, l'Office international Nansen s'impliqua grandement pour venir en aide aux juifs et aux autres peuples persécutés cherchant à quitter l'Allemagne. L'Office émit le « passeport Nansen », document international remplaçant le passeport, qui permettait aux apatrides ou à ceux privés de leur passeport national d'entrer et de circuler dans les autres pays. La photographie présentée ici, provenant des archives de la Société des Nations, montre le traitement d'une demande de certificat à l'Office international Nansen à Berlin, en Allemagne. L'Office international Nansen pour les réfugiés reçut le prix Nobel de la paix en 1938. Les archives de la Société des Nations furent transférées aux Nations Unies en 1946. Aujourd'hui conservées à l'Office des Nations Unies à Genève, ses archives furent inscrites au Registre de la Mémoire du monde de l'UNESCO en 2010.

Dernière mise à jour : 24 mai 2017