Édition réimprimée de l'introduction générale à l'astronomie calendaire

Description

Cet ouvrage, à l'origine écrit par Wang Yingming (mort en 1614), fut considéré comme la première œuvre d'un érudit chinois influencée par le savoir occidental, car Wang s'inspira fortement de Li Zhizao (1565–1630), fonctionnaire et érudit qui réalisa la traduction de plusieurs ouvrages de missionnaires jésuites européens en Chine. Le manuscrit fut terminé en 1612, et publié pour la première fois en 1639 par le fils de Wang, Wang Yang. Il s'agit ici d'une édition réimprimée publiée en 1646 par Jiguge, la plus grande maison d'édition établie à Changshu à la fin de la dynastie Ming. Diplômé de l'examen provincial, Wang Yingming collecta et étudia de nombreuses œuvres sur l'astronomie. L'ouvrage de Wang résumait les principes fondamentaux des premières écoles de pensée, faisait référence aux calendriers occidentaux, et évitait de mentionner les bons et les mauvais présages. L'édition réimprimée contient sept préfaces, dont trois sont datées, écrites par Zhao Shichun, Wang Yueyu, Weng Hanlin, Qian Mingyin, Tu Xiangmei (datée de 1639), Wang Yang (datée de 1639) et l'auteur lui-même (datée de 1612). Cinq illustrations représentant le corps céleste, le paradis et ses neuf niveaux, les 24 termes solaires et les éclipses du Soleil et de la Lune précèdent le texte. En outre, un court essai indique que la Terre se trouve au centre des six harmonies, comme le jaune d'œuf au cœur du blanc d'œuf, et que lorsque la face ouest de la Terre est tournée vers le Soleil, la face est reste dans l'ombre, et vice versa. Cette affirmation reflète le mélange de la cosmologie chinoise de la couverture céleste et de la théorie astronomique occidentale. Le premier juan contient six essais sur la sphère ou le corps céleste, le Soleil et la Lune, les cinq planètes (Jupiter, Mars, Saturne, Mercure et Vénus), les périodes du jour, les registres de clepsydre, et bien d'autres encore. Tout en reconnaissant le concept chinois du paradis à neuf niveaux, l'auteur s'inspire de l'astronomie occidentale. Le second juan compte trois essais abordant le palais extrême, le mouvement des corps célestes et de la Voie lactée, et le Zi wei gong (palais interdit pourpre). Les essais présentent plusieurs étoiles et les 28 constellations chinoises à l'aide de références à Bu tian ge (Chanson des marches du paradis). Le troisième juan comporte sept essais qui traitent des degrés des corps célestes, des planètes et des étoiles, des 12 palais célestes, de l'équateur céleste et des prévisions météorologiques. Dans l'essai sur les 12 corps célestes, l'auteur définit les positions des 12 corps du système occidental et leurs relations avec les 28 constellations chinoises, combinant à nouveau les approches de l'astronomie de l'Est et de l'Ouest. L'ouvrage contient également une annexe, qui est un essai sur les éclipses solaires et lunaires avec des marques de ponctuation en rouge et en noir.

Dernière mise à jour : 13 mars 2014