Nouvelle édition avec annotations supplémentaires du Canon interne de l'Empereur Jaune. Su wen

Description

L'ancien texte médical Huangdi nei jing (Canon interne de l'Empereur Jaune) était déjà répertorié dans Yi wen zhi (Traité de littérature) de Han shu (Livre des Han), livre classique d'histoire chinoise achevé en l'an 111 après J.-C. Il comportait deux textes, Su wen (Questions de base) et Ling shu (Pivot de l'esprit), chacun en neuf juan. Su wen traite des fondements théoriques de la médecine chinoise et de ses méthodes de diagnostic, tandis que Ling shu aborde en détail la thérapie par l'acupuncture. Le titre Huangdi nei jing fait souvent référence uniquement au texte plus influent, à savoir Su wen. Au fil des siècles, une partie du contenu fut perdue, notamment le 7e juan de Su wen. La structure de l'ouvrage est semblable à un dialogue, principalement entre l'Empereur Jaune et Qibo, un des médecins impériaux. Le nei jing énonce les théories fondamentales de la médecine traditionnelle chinoise, et il aborde les organes internes, ainsi que les canaux principaux et collatéraux du corps humain, les causes des maladies, la pathologie, le diagnostic, l'entretien de la santé et de nombreux autres thèmes. Il propose la théorie selon laquelle l'univers est composé de différents principes et forces, tels que le yin et le yang, le qi et les cinq éléments (ou phases). Ces forces peuvent être comprises de façon rationnelle, et chacun peut maintenir son équilibre, ou retrouver l'équilibre et la santé, s'il comprend les lois de ces forces naturelles. Canon interne fut à l'origine compilé pendant la période des Royaumes combattants (475–221 av. J.-C.). Par la suite, Su wen et Ling shu furent publiés séparément. La plupart des éditions de Su wen parurent avec des annotations. L'une des éditions les plus anciennes, annotée par Quan Yuanqi, remontait au VIe siècle, lors de la période des six dynasties (220–589). En 762, pendant la dynastie Tang, Wang Bing réorganisa et annota Canon interne en s'inspirant du travail de Quan Yuanqi, développant l'ouvrage de 9 juan initiaux à 24. Au XIe siècle, au cours de la dynastie Song, l'ouvrage fut réimprimé sur ordre impérial. Le médecin Lin Yi supervisa cette réimpression, qui reposait sur l'ouvrage de Wang Bing. La majeure partie des éditions ultérieures utilisèrent la version Song révisée. Cet exemplaire est une édition, en 12 juan, de la dynastie Yuan, mais le contenu est essentiellement le même que celui de la version Song. À la fin de l'ouvrage, une note manuscrite fut ajoutée par un érudit Ming s'identifiant comme « le modeste érudit de Qinshui ». L'exemplaire présenté ici fit auparavant partie de la collection privée de Zhang Xie (1753–1808), célèbre bibliophile de la dynastie Qing, et de son petit-fils Zhang Rongjing (né en 1803).

Date de création

Informations d'édition

Gulin Shutang

Langue

Titre dans la langue d'origine

新刊補註釋文黃帝內經素問

Mots-clés supplémentaires

Type d'élément

Description matérielle

12 juan, 6 volumes ; 20,4 x 12,3 centimètres

Notes

  • Seuls la préface et la table des matières sont présentées ici par la Bibliothèque numérique mondiale.

Initiative IIIF pour l’interopérabilité des images Aide

Dernière mise à jour : 26 avril 2017