Croquis cartographique de la Guyana britannique

Description

Naturaliste et topographe britannique, Robert Hermann Schomburgk (1804-1865) fut connu pour ses études pionnières de la Guyana britannique (aujourd'hui Guyana). Né et formé en Allemagne, il voyagea aux Antilles en 1830, où il effectua une étude de l'une des îles Vierges qui fut publiée dans le Journal de la Société royale de géographie. En 1835-1839, sous la direction de la Société royale de géographie, il explora les rivières Essequibo et Berbice, dans le nord de l'Amérique du Sud, et réalisa une étude de la Guyana britannique. À son retour en Europe, il convainquit le gouvernement britannique de la nécessité de délimiter les frontières de la Guyana britannique. En avril 1840, il fut nommé commissaire pour effectuer un relevé topographique et délimiter les frontières, mission qu'il acheva en 1841-1843. Ses propositions, appelées « ligne Schomburgk », servirent de fondements aux débats qui se déroulèrent à la fin du XIXe siècle entre la Grande-Bretagne, le Brésil et le Venezuela au sujet des frontières de la Guyana britannique. Ce « croquis cartographique » de Schomburgk, publié à Londres en 1840, montre les revendications concurrentes de la Grande-Bretagne, du Brésil et du Venezuela. Des esquisses du port et du phare de Georgetown et de New Amsterdam (capitale de l'ancienne colonie néerlandaise de Berbice, passée sous le contrôle britannique en 1815), au Guyana, occupent la partie supérieure de la carte.

Date de création

Date du sujet

Informations d'édition

John Arrowsmith, Londres

Langue

Titre dans la langue d'origine

Sketch Map of British Guiana

Mots-clés supplémentaires

Type d'élément

Description matérielle

1 carte : couleur ; 28 x 50 centimètres

Références

  1. G. C. Boase, “Schomburgk, Sir Robert Hermann (1804–1865),”Oxford Dictionary of National Biography (Oxford: Oxford University Press, 2004).

Initiative IIIF pour l’interopérabilité des images Aide

Dernière mise à jour : 12 février 2016