Le livre fiable des décisions judiciaires islamiques et Quarante hadiths sur les vertus des ascètes et des soufis

Description

Le volume présenté ici contient deux copies manuscrites de deux traités reliés ensemble. Le premier, Al–'Umdah fī al–aḥkām (Le livre fiable des décisions judiciaires islamiques), est un recueil de hadiths que Mouhammad al–Boukhârî (810–870) et Muslim ibn al–Hajjaj (821–875 env.), généralement considérés en Islam sunnite comme les deux plus grands érudits hadithiques faisant autorité, détenaient dans leurs collections. Son auteur est le lettré hanbalite 'Abd al–Ghani ibn 'Abd al–Wahid (1146–1203), mieux connu sous le nom d'Abd al–Ghani al–Maqdisi. Le traité est divisé en 17 « livres », contenant chacun des hadiths stipulant la conduite prophétique à adopter pour un aspect particulier de la vie musulmane. Ces livres abordent la pureté rituelle, les prières, les enterrements, l'aumône, le jeûne, le pèlerinage, les transactions financières, le divorce, les allégations sous serment d'adultère, l'allaitement, les récompenses, les hudud (bornes de Dieu), ou punitions, les aliments, les boissons, les vêtements, le jihad et l'émancipation (d'un esclave). Al–Maqdisi ne fournit pas de commentaire, excepté pour expliquer certains mots de vocabulaire inhabituels contenus dans les hadiths qu'il choisit. La page de titre est ornée d'un 'unwan (panneau d'ouverture décoratif) sophistiqué à l'encre dorée, bleue et rouge foncé. Cette copie d'Al–'Umdah, en écriture naskh entièrement vocalisée, fut produite en 1401, probablement en Égypte. La deuxième copie manuscrite renferme Arba'ūn ḥadīthan fī faḍā'il al–fuqarā' wa–al–Ṣūfīyah (Quarante hadiths sur les vertus des ascètes et des soufis), traité d'Ahmad ibn Abi al–Hasan al–Tusi, érudit soufi qui fut imam de la Grande mosquée de La Mecque. Le traité appartient au genre des « quarante hadiths », dont plus de 500 ouvrages portèrent sur différents thèmes au fil des époques, et ce, dès le IIIe siècle après l'Hégire (Xe siècle). Ce genre s'appuie sur un hadith qui encourage les musulmans à apprendre et à mémoriser quarante hadiths profitant à la communauté islamique. Al–Tusi choisit d'omettre l'isnad (chaîne de transmetteurs) de ses hadiths afin de « faciliter la lecture […] et la mémorisation ». Il affirme toutefois que leur chaîne de transmission est sahih (authentique), niveau d'autorité le plus élevé dans la classification des hadiths. Cette copie manuscrite fut également produite en 1541, en écriture naskh entièrement vocalisée, probablement en Égypte.

Dernière mise à jour : 14 avril 2017