IntervenantSreten Ugričić

Institution Bibliothèque nationale de Serbie

Sujet Larevue d'avant-garde Zenit 1921-1926

Zenit, une revue internationale d'art et de culture, fut créée par Ljubomir Micić, à Zagreb en février 1921. La publication mensuelle cessa avec le N° 24 en mai 1923 lorsque, après une intense polémique, le bureau éditorial fut contraint de déménager à Belgrade. La période de Belgrade fut marquée par une parution ralentie et inégale, par des changements fréquents du format et de la vocation de l'ensemble de la publication. Cette tentative de publication courageuse et inhabituelle, qui se poursuivit avec le N° 25 en février 1824, après une pause de plusieurs mois, se termina, en dépit de la volonté de l'éditeur, avec une interdiction en décembre 1926, incluant le N° 43. Le bureau éditorial tenta de résoudre le problème de la parution irrégulière en fusionnant plusieurs numéros en un, différant parfois du rythme de parution habituel, avec des numéros doubles (17/18, 19/20) devenant des ensembles de huit parutions (26/33) adaptés de façon formelle au rythme calendaire de périodicité. Par ailleurs, la stratégie de publication s'exprimait elle-même à la fois dans le niveau formel et concernant le choix des types de revue. Lorsque la revue adopta certaines attitudes quant aux aspects théoriques et pratiques, Zenit, auparavant une revue almanach, devint l'organe d'un programme - après la sortie du manifeste international du Zénithisme (juin 1921). L'évolution vers une œuvre de propagande en Allemagne se manifesta par la publication d'une affiche, tandis que l'impression de Zenit in-folio (1922) peut être reliée à la devise de l'avant-garde russe à propos de l'art sortant dans les rues. Le numéro sous la forme d'un catalogue d'exposition (1924) ou celui avec un supplément incluant seulement le programme du service zénithiste des vêpres tenu à Zagreb (1823) peuvent être considérés comme des genres de revue extrêmement innovants.

Zenit est issue de l'époque de l'État nouvellement créé des Serbes, des Croates et des Slovènes - et de l'Europe d'après-guerre, épuisée par la guerre mondiale, lorsqu'elle fut placée pour la première fois devant le thème principale de son histoire - la croyance dans l'espoir, le salut et le renouveau. En même temps on pensait que c'était la fin de la vieille Europe, qui eut durant longtemps le monopole sur la culture, et que l'apparition des valeurs nationales négligées sur la scène européenne étaient inévitable et possible.

La revue d'avant-garde Zenit est d'intérêt national et européen, avec un programme original et poétique, en général opposé à la tradition européenne rejetée et ses échos encore très forts dans la vie contemporaine, ses systèmes politique et économique, développés sur le renforcement de la puissance du capital - au nom de l'acceptation des valeurs bâties sur la présomption du renouvellement interne de l'homme, du dépassement de la matérialité extérieure par le contenu intérieur. Avec son programme immanent, Zenit est essentiellement internationale : elle vise à la création d'une Europe entièrement nouvelle et unie, indépendamment des races, des nationalités, des langues, ainsi que des orientations idéales et idéologiques. Il s'agissait d'une tentative de construire une nouvelle tour de Babylone, en dépit du mélange des nations.

Par son origine, Zenit se rapproche, en penchant en faveur de Dimitrije Mitrinović et Jovan Cvijić, de la nouvelle thématique balkano-centrique réactivée, résultant du déplacement de l'intérêt en faveur de l'esthétique des formes de pensée et des représentations pré-culturelles, primitives, et archaïques. L'accent sur cette identité et cet esprit incluait la séparation d'autres sphères culturelles d'Europe, qui devaient être balkanisées.Zenit partaga cette idée avec beaucoup de futuristes russes. Ils affirmèrent notamment qu'ils devaient être considérés comme des asiatiques afin de se libérer du joug européen.

Ce n'est pas par hasard si Zenit donna la priorité à plusieurs publications répétées de la revue, comme pour rappeler chaque année, avec son numéro de février, le début du futurisme italien, ou pour marquer l'Octobre russe avec le numéro d'octobre.

Quant à la position de l'éditeur, il n'existait pas de contradictions internes, puisque le titre appartenait exclusivement à Ljubomir Micic, avec une petite participation de Boško Tokin, Rastko Petrovic et Branko Ve Poljanski ; à l'exception de plusieurs numéros à la fin de 1921 et au début de 1922, lorsque Ivan Gol participa au projet éditorial de Zenit.

Il est nécessaire, pour finir, de souligner que l'initiative de Zenit coïncida étroitement avec les initiatives d'autres revues européennes de l'époque, même si dans certains cas, elle les surpassa, et qu'en termes de programme spécifique et de plateforme esthétique, elle réussit à rassembler un grand nombre de représentants modernes et d'avant-garde de Yougoslavie, de Russie et d'Occident.