IntervenantBarbara A. Tenenbaum

Institution Bibliothèque du Congrès

SujetCodex Huexotzingo (pièce de la Collection Harkness, Division des Manuscrits)

Ce manuscrit est considéré par la Bibliothèque du Congrès comme l'un de ses plus précieux trésors. Les chercheurs appellent "codex" ou au pluriel "codices" les "livres"  façonnés par les Méso-Américains. Un codex est habituellement un manuscrit dessiné qui s'ouvre comme une feuille de paravent plutôt que relié à la façon dont les Européens étaient habitués.

Ce manuscrit particulier, 8 feuilles en papier d'amatl fabriqué à partir d'écorce d'arbre, fut créé par le peuple de la ville de Huexotzingo dans l'état actuel de Puebla, au Mexique, aux environs de 1531. Il fut réalisé à la demande du Conquistador Hernán Cortés dans le cadre d'un procès qu'il intenta contre la Première Audiencia de la Nouvelle-Espagne. Cortes s'appuya largement sur des guerriers indigènes tels que ceux de Huexotzingo dans sa lutte contre le régime aztèque haï . Après la défaite des Aztèques dans la ville de Mexico, Cortes prit la responsabilité de convertir le peuple de Huexotzingo au christianisme, ce pour quoi il était censé recevoir leur tribut. Mais alors qu'il se trouvait en Espagne durant les années 1528-1530, l'Audiencia collecta le tribut, et, selon les peuples autochtones, leur demanda beaucoup plus qu'auparavant.

Ce qui rend ce Codex Huexotzingo si extraordinaire est qu'il contient ce que les chercheurs considèrent comme la première représentation picturale de la Vierge et l'Enfant dans le Nouveau Monde. Peut-être fut-elle placée là délibérément par les artistes indiens pour les aider à défendre leur cause en montrant à la Couronne et aux législateurs espagnols à quel point ils étaient civilisés ainsi que des chrétiens dévots. En d'autres termes, que Cortes avait bien agi selon eux. Le Codex contient des représentations picturales du tribut exact demandé afin que ceux jugeant l'affaire puissent décider de la validité de leurs arguments.

Cortes et le peuple de Huexotzinco furent victorieux tant au Mexique qu'en Espagne et en 1538 le roi Charles approuva cette décision et ordonna que les deux tiers de tous les tributs accordés fussent retournés.