Le Bibliothécaire du Congrès James H. Billington, aux États-Unis, a proposé la création de la Bibliothèque numérique mondiale dans un discours prononcé devant la Commission américaine de l'UNESCO en Juin 2005. L'idée de base était de rassembler sur Internet, et de façon accessible, des richesses culturelles du monde entier afin de raconter l'histoire de tous les pays et toutes les cultures et d'en souligner les réalisations, favorisant ainsi la sensibilisation et l'entente inter-culturelles. L'UNESCO a accueilli cette idée favorablement, jugeant qu'elle contribuait à l'accomplissement des objectifs stratégiques de l'UNESCO, parmi lesquels figurent la promotion des sociétés du savoir, le renforcement des compétences dans les pays en voie de développement, et la mise en avant de la diversité culturelle sur le Web. Le Directeur général de l'UNESCO, Koichiro Matsuura, a nommé la Direction de la Communication et de l'Information de l'UNESCO, dirigé par le Dr Abdul Waheed Khan, pour travailler avec la Bibliothèque du Congrès sur l'élaboration du projet.

En décembre 2006, l'UNESCO et la Bibliothèque du Congrès ont convoqué une réunion d'experts pour discuter du projet. Les experts venus du monde entier ont identifié un certain nombre de défis que le projet devra surmonter pour être mené à bien. Ils ont noté que la numérisation des informations culturelles restait faible dans la plupart des pays et que les pays en voie de développement en particulier n'avaient pas la capacité de numériser et de mettre en avant leurs trésors culturels. Les sites Web existants sont souvent peu élaborés au niveau des fonctions de recherche et d'affichage. L'accès multilingue n'est pas bien développé. Beaucoup de sites Web mis à jour par les institutions culturelles sont difficiles à utiliser et, dans bien des cas, ne sont pas attirants pour les utilisateurs, notamment les plus jeunes.

La réunion d'experts a abouti à la création de groupes de travail pour définir les lignes directrices du projet, ainsi qu'à une décision prise par la Bibliothèque du Congrès, l'UNESCO, et les cinq institutions partenaires - la Bibliotheca Alexandrina, la Bibliothèque nationale du Brésil, la Bibliothèque et les Archives nationales de l'Égypte, la Bibliothèque Nationale de Russie, et la Bibliothèque d'État russe - où tous s'engagent à fournir un contenu et à l'enrichir afin qu'un prototype de la Bibliothèque numérique mondiale soit présenté à la Conférence générale de l'UNESCO en 2007. Les participations pour la conception du prototype ont été sollicitées lors d'une consultation qui a impliqué l'UNESCO, la Fédération internationale des associations et institutions de bibliothécaires (IFLA), ainsi que des particuliers et des institutions dans plus de quarante pays. 

Suite au succès de l'inauguration de ce prototype, plusieurs bibliothèques ont pris la décision de mettre au point une version de la Bibliothèque numérique mondiale en libre accès pour son lancement à l'UNESCO en avril 2009. Plus d'une vingtaine d'institutions ont apporté leur contribution à la version de lancement du site.

La version publique du site propose des articles numérisés de haute qualité reflétant l'héritage du patrimoine culturel de tous les pays membres de l'UNESCO. La Bibliothèque numérique mondiale va continuer d'ajouter du contenu au site et fera appel, pour le projet, à de nouveaux partenaires dans un panel aussi large que possible des membres de l'UNESCO.

Les grandes étapes de la Bibliothèque numérique mondiale

  • Juin 2005 : Le bibliothécaire du Congrès James H. Billington propose de mettre en place une Bibliothèque numérique mondiale de l'UNESCO.
  • Décembre 2006 : L'UNESCO et la Bibliothèque du Congrès co-parrainent une réunion d'experts avec des intervenants clés de toutes les régions du monde. Au terme de cette réunion, les experts décident de créer des groupes de travail pour définir des normes et des lignes directrices présidant au choix des contenus.
  • Octobre 2007 :La Bibliothèque du Congrès et cinq institutions partenaires présentent un prototype de la future Bibliothèque numérique mondiale à la Conférence générale de l'UNESCO.
  • Avril 2009 :La Bibliothèque numérique mondiale est présentée au public international, offrant des informations sur chaque État membre de l'UNESCO.

Principales caractéristiques

La Bibliothèque numérique mondiale représente un changement par rapport aux projets de bibliothèques numériques puisqu'au lieu de se concentrer sur la quantité dans son propre intérêt, elle met l'accent sur la qualité ; la quantité demeure une priorité, mais pas au détriment des normes de qualité établies au cours de la phase de démarrage.

La Bibliothèque numérique mondiale innove dans les domaines suivants, chacun représentant des investissements importants en temps et en travail :

  1. Métadonnées cohérentes : chaque élément est décrit par un ensemble cohérent d'informations bibliographiques (ou métadonnées) relatives à sa situation géographique, temporelle, et sa couverture d'actualité, entre autres exigences. Les métadonnées cohérentes sont la base d'un site facile d'accès et intéressant à explorer, et contribuent à souligner les connexions entre les articles. Les métadonnées améliorent également l'exposition aux moteurs de recherche externes.
  2. Description : les caractéristiques les plus impressionnantes de la Bibliothèque numérique mondiale sont des descriptions de chaque article permettant de répondre à la question : « Quel est cet article, et pourquoi est-il important ? » Cette information, rédigée par des conservateurs de musée et autres experts, fournit des éléments essentiels aux utilisateurs et est conçue pour éveiller chez les étudiants et le grand public la curiosité d'en apprendre davantage sur le patrimoine culturel de tous les pays.
  3. Multilinguisme : les métadonnées, la navigation, et le contenu de l'aide (par exemple, les vidéos de conservateurs) sont traduits en sept langues : arabe, chinois, anglais, français, portugais, russe et espagnol. Cette caratéristique a ralenti le développement du site et compliqué la maintenance, mais permet la Bibliothèque numérique mondiale de se rapprocher de son objectif qui est d'être véritablement universelle.
  4. Développement technique de la Bibliothèque numérique mondiale : l'utilisation d'outils et de technologies de pointe par l'équipe de la Bibliothèque numérique mondiale ont conduit à des progrès dans le catalogage et le développement de sites Web multilingues : 
    • Une nouvelle application de catalogage a été mise au point en accord avec les besoins liés aux métadonnées.
    • Un outil centralisé avec mémoire de traduction a été utilisé, ce qui permet d'éviter aux traducteurs de traduire le même mot ou la même phrase à deux reprises.
    • Une interface a été développée, qui expose le contenu de la Bibliothèque numérique mondiale d'une manière attrayante pour les utilisateurs non traditionnels, et qui encourage l'exploration des sources nationales.
    • De nouvelles technologies continueront à être développées pour améliorer le flux de travail et réduire le laps de temps écoulé entre le choix du contenu et la disponibilité sur le site.
  5. Réseau de collaboration : la Bibliothèque numérique mondiale  met l'accent sur la transparence dans tous les aspects du projet : l'accès au contenu, le transfert de technologie pour le renforcement des compétences ; la participation des partenaires, des intervenants, et des utilisateurs. Les réseaux techniques et programmatiques sont considérés comme vitaux pour la Bibliothèque numérique mondiale en termes de durabilité et de croissance.

Partenaires

Voir la liste actuelle des partenaires.

Les partenaires sont principalement les bibliothèques, les archives, ou d'autres institutions possédant des collections qui contribuent à enrichir le contenu culturel de la Bibliothèque numérique mondiale. On trouve également parmi les partenaires des institutions, des fondations et des entreprises privées qui contribuent au projet par d'autres moyens, par exemple par un partage des technologies, par la convocation ou le co-parrainage de réunions de groupes de travail, ou par une participation financière.

Centres de numérisation

Même si bon nombre de partenaires ou futurs partenaires qui souhaitent contribuer au contenu de la Bibliothèque numérique mondiale ont déjà établi des programmes de numérisation avec du personnel et de l'équipement spécialisés, d'autres, en particulier dans les pays en voie de développement, n'ont pas accès à ces compétences. Au fil des ans, la Bibliothèque du Congrès a travaillé avec des partenaires au Brésil, en Égypte, en Irak et en Russie pour implanter des centres de conversion numérique afin de produire des images numériques de haute qualité. Une grande partie du contenu de la Bibliothèque numérique mondiale a été produite à partir de ces centres.  

La Bibliothèque numérique mondiale s'implique dans la mission de l'UNESCO qui consiste à renforcer les compétences dans les pays en voie de développement, et elle a l'intention de travailler avec l'UNESCO, les partenaires dans ces pays, les contributeurs de fonds externes, et de créer d'autres centres de conversion numérique à travers le monde. Ces centres fourniront du contenu non seulement pour la Bibliothèque numérique mondiale, mais également pour d'autres projets nationaux et internationaux.

Les Groupes de Travail de la Bibliothèque numérique mondiale

Les Groupes de Travail de la Bibliothèque numérique mondiale mis en place après la réunion d'experts du mois de décembre 2006 comprennent le Groupe de Travail pour la Sélection du Contenu et le Groupe de Travail sur l'Architecture Technique. Ces groupes sont composés principalement de représentants des institutions partenaires.

La Fédération internationale des associations et institutions de bibliothécaires (IFLA) et la Bibliothèque du Congrès ont co-parrainé un groupe de travail chargé d'élaborer des lignes directrices pour les bibliothèques numériques, y compris la Bibliothèque numérique mondiale.

L'Université des sciences et technologies du roi Abdullah, en collaboration avec la Bibliothèque du Congrès et l'UNESCO, apportent leur soutien à un comité consultatif international sur l'histoire de la science arabe et islamique destiné à identifier les livres et les manuscrits scientifiques importants du monde arabe et islamique, et à faciliter l'insertion de ces documents Bibliothèque numérique mondiale.