Affiner les résultats:

Lieu

Période

Thème

Mots-clés supplémentaires

Type d'élément

Langue

Institution

77 résultats
Atlas de Joan Martines
Cet atlas manuscrit, daté de 1587 et réalisé par Joan Martines, cosmographe du roi Philippe II d'Espagne, constitue un mélange des deux écoles cartographiques existantes lors de sa création. La plus ancienne, l'école traditionnelle de Majorque, était spécialisée dans les cartes-portulans décoratives qui, à cette époque, transmettaient des informations géographiques obsolètes. La plus récente, l'école cartographique des Pays-Bas bourguignons, appliquait les principes de la Renaissance et utilisait différentes formes de représentation cartographique basées sur de nouveaux concepts d'astronomie, de mathématiques et de géographie afin de produire ...
Contribution
Bibliothèque nationale d'Espagne
Les merveilles de la création
Érudit iranien distingué, Zakarīyā ibn Muhammad al-Qazwīnī (1203–1283 env.) fut très versé en poésie, en histoire, en géographie et en histoire naturelle. Il exerça en tant que juriste et juge dans différentes localités d'Iran et à Bagdad. Après avoir voyagé en Mésopotamie et en Syrie, il écrivit son ouvrage de cosmographie le plus célèbre en langue arabe, 'Aja'eb ol-makhluqat wa qara'eb ol-mowjudat (Les merveilles de la création, ou littéralement, Les merveilles des choses créées et les curiosités des choses existantes). Souvent accompagné d'illustrations, ce traité ...
Contribution
Bibliothèque et archives nationales de la République islamique d'Iran
Étymologie
Etymologiae (Étymologie) est l'œuvre la plus connue de saint Isidore de Séville (560–636 env.), érudit et théologien aujourd'hui considéré comme le dernier des grands Pères latins de l'Église. Elle tire son nom d'une méthode d'enseignement s'appuyant sur l'explication des origines et de la signification de chacun des mots associés à un thème. Saint Isidore fit appel à de nombreuses sources variées pour résumer l'ensemble des anciennes connaissances et les sauvegarder pour la postérité. D'une grande renommée, l'œuvre fut largement ...
Contribution
Bibliothèque nationale d'Espagne
Géographie
Astronome, mathématicien et géographe d'origine grecque, Claudius Ptolemaeus (100–170 env.), communément appelé Ptolémée, vécut et travailla dans la ville égyptienne d'Alexandrie. Dans son œuvre intitulée Géographie, Ptolémée compila l'ensemble des connaissances géographiques du monde gréco-romain. Il utilisa un système de quadrillage pour tracer les latitudes et les longitudes de près de 8 000 lieux sur une carte du monde tel qu'il était connu à l'apogée de l'Empire romain. Cet ouvrage de Ptolémée était inconnu en Europe au Moyen Âge, mais en 1300 environ ...
Contribution
Bibliothèque universitaire de Naples
Calendrier impérial de la troisième année du règne de l'empereur Jiajing de la dynastie Ming
Le Da Ming Jiajing san nian datong li (calendrier impérial ou grand système universel de calcul de l'astronomie) est basé sur le système d'astronomie calendaire mis au point par l'astronome Guo Shoujing pendant la dynastie Yuan (1279-1368). Il fut officiellement adapté par le Bureau d'astronomie des Ming en 1384. Il spécifiait les phases de la lune et contenait des prédictions sur les dates des éclipses lunaires et solaires. Le grand navigateur chinois Zheng He se servit des méthodes de Guo Shoujing pour déterminer la latitude et ...
Contribution
Bibliothèque du Congrès
Histoire illustrée du monde (petite édition)
Cet ouvrage fut réalisé par Nan Huairen, nom chinois de Ferdinand Verbiest (1623–1688), jésuite belge qui rejoignit l'ordre en 1641 et qui fut envoyé en Chine en tant que missionnaire en 1655. Verbiest arriva à Macao en 1658, avec Wei Kuangguo (nom chinois de Martin Martini, 1614–1661), puis il fut transféré à Xiaxi. En 1660, alors qu'il était dans la province du Shaanxi, il fut appelé à Pékin pour aider le missionnaire jésuite allemand Johann Adam Schall von Bell à réaliser un calendrier. La première grande ...
Contribution
Bibliothèque centrale nationale
Première Guerre mondiale
Cette photographie provenant des archives de la Société des Nations montre un soldat tué durant la Première Guerre mondiale. Le conflit fit rage pendant plus de quatre ans, entre août 1914 et novembre 1918, avec un bilan en pertes humaines dépassant les neuf millions de combattants. En outre, pas moins de sept millions de civils périrent pendant la guerre ou moururent de ses conséquences. À la conférence de paix de Paris de 1919, le président américain Woodrow Wilson et les dirigeants d'autres pays fondèrent, dans l'espoir de garantir ...
Contribution
Bibliothèque de l'Office des Nations Unies à Genève
Au Congrès universel de la paix à Stockholm
Les Congrès universels de la paix, réunions internationales visant à promouvoir la paix, se déroulèrent dans différentes capitales européennes à la fin du XIXe siècle et au début du XXe. Ils établirent le pacifisme libéral comme un système de pensée alternatif dans la politique européenne et une force importante dans les relations internationales pendant plusieurs décennies. Des groupes pacifistes religieux, des organisations syndicales, des fonctionnaires gouvernementaux, des auteurs et d'autres notables assistaient à ces congrès, dont la participation augmenta jusqu'à la Première Guerre mondiale, lorsqu'ils ...
Contribution
Bibliothèque de l'Office des Nations Unies à Genève
Sir Eric Drummond
Sir Eric Drummond (1876–1951) fut le premier secrétaire général de la Société des Nations. Formé à Eton College, Drummond entra au ministère britannique des Affaires étrangères en 1900. Il devint secrétaire particulier du ministre des Affaires étrangères sir Edward Grey en 1915–1916, et il conserva ce poste sous le successeur de Grey, Arthur Balfour, de 1916 à 1918. Alors qu'il était membre de la délégation britannique à la conférence de paix de Paris de 1919, il participa à l'ébauche du Pacte de la Société des Nations ...
Contribution
Bibliothèque de l'Office des Nations Unies à Genève
Joseph Avenol
Joseph Avenol (1879–1952), diplomate français, fut secrétaire général de la Société des Nations pendant les années qui précédèrent la Seconde Guerre mondiale. Après une carrière au ministère des Finances français, il fut nommé secrétaire général adjoint de la Société en 1923, spécifiquement chargé de coordonner la reconstruction financière au lendemain de la Première Guerre mondiale. Le 1er juillet 1933, il succéda à l'ancien diplomate britannique sir Eric Drummond (1876–1951), secrétaire général de la Société des Nations depuis sa création en 1919. Avenol entra en fonction quatre ...
Contribution
Bibliothèque de l'Office des Nations Unies à Genève
Sean Lester
Sean Lester (1888–1959), fonctionnaire du gouvernement et journaliste irlandais, occupa d'importants postes au sein de la Société des Nations. Protestant formé à l'université méthodiste de Belfast, il soutenait toutefois l'indépendance irlandaise et fut membre du Sinn Féin. Après la formation de l'État libre d'Irlande en 1922, il rejoignit le ministère des Affaires étrangères du pays et devint en 1929 le représentant de l'Irlande auprès de la Société des Nations. Il présida les comités qui tentèrent de résoudre les différends territoriaux entre le Pérou ...
Contribution
Bibliothèque de l'Office des Nations Unies à Genève
Convention relative à l'esclavage
La Convention relative à l'esclavage de 1926 fut un accord passé entre les États membres de la Société des Nations obligeant les signataires à mettre fin à l'esclavage, à la traite des esclaves et au travail forcé dans leurs territoires. Elle définissait l'esclavage comme l'état ou la condition d'un individu sur lequel s'exercent les attributs du droit de propriété, la traite des esclaves comme tout acte de capture, de vente ou de transport d'un individu en vue de le réduire en esclavage, et ...
Contribution
Bibliothèque de l'Office des Nations Unies à Genève
Ratification par la Chine de la Convention pour la répression du trafic illicite des drogues nuisibles
La Convention de La Haye, signée par 42 nations en 1912, constitua la première tentative d'envergure mondiale visant à contrôler le trafic d'opium et d'autres drogues dangereuses (comme la morphine, l'héroïne et la cocaïne). Les États signataires convinrent d'autoriser uniquement l'importation de ce type de drogues lorsque leur utilisation était considérée nécessaire, et à des fins médicales ou scientifiques. La Première Guerre mondiale éclata avant l'application de la Convention, mais la Société des Nations fut chargée de relancer la Convention après la guerre ...
Contribution
Bibliothèque de l'Office des Nations Unies à Genève
Passeport Nansen avec timbres
Certificat émis par l'Office international Nansen pour les réfugiés, le passeport Nansen était un document international remplaçant le passeport, qui permettait aux apatrides ou à ceux privés de leur passeport national d'entrer et de circuler dans les autres pays. L'Office international Nansen succéda à la Haute Commission pour les réfugiés, première agence internationale chargée des réfugiés fondée en juin 1921 par la Société des Nations sous la direction de l'explorateur et homme d'État norvégien Fridtjof Nansen (1861–1930). Le Secrétariat de la Société avait la ...
Contribution
Bibliothèque de l'Office des Nations Unies à Genève
Convention pour la prévention et la répression du terrorisme
Le document présenté ici est la copie d'archives de la Convention pour la prévention et la répression du terrorisme, qui fut adoptée par 24 États membres de la Société des Nations le 16 novembre 1937. Les représentants de ces États ont apposé leur signature sur les dernières pages du document. Pour certains d'entre eux, leur signature est accompagnée de réserves dactylographiées ou écrites à la main. À la suite de l'assassinat du roi Alexandre Ier de Yougoslavie perpétré par les séparatistes croates et macédoniens à Marseille ...
Contribution
Bibliothèque de l'Office des Nations Unies à Genève
Convention relative au statut international des réfugiés
Ce document contient le texte d'origine dactylographié de la Convention relative au statut international des réfugiés, qui fut ratifiée le 28 octobre 1933 par cinq pays, à savoir la Belgique, la Bulgarie, l'Égypte, la France et la Norvège, puis adoptée par plusieurs autres États. Cette Convention fut la tentative la plus ambitieuse de la Société des Nations visant à définir les responsabilités des États envers les réfugiés. Elle est le fruit de quatre accords multilatéraux de la Société signés entre 1922 et 1928 pour résoudre les problèmes des ...
Contribution
Bibliothèque de l'Office des Nations Unies à Genève
Protocole pour le règlement pacifique des différends internationaux
Le document présenté ici est une copie d'archives du Protocole pour le règlement pacifique des différends internationaux. Il fut adopté par résolution de l'Assemblée de la Société des Nations lors de sa cinquième session le 1er octobre 1924, puis ouvert à la signature des États membres le lendemain. Les quatre dernières pages du document contiennent les signatures datées des ambassadeurs des 19 pays adhérant au Protocole, notamment la France, la Belgique et d'autres États européens, ainsi que l'Éthiopie et des pays d'Amérique latine. L ...
Contribution
Bibliothèque de l'Office des Nations Unies à Genève
Pollution marine par le pétrole. Ébauche des réponses des gouvernements sur le projet de convention
Avec le développement de l'industrie pétrolière internationale au début du XXe siècle, la pollution marine par le pétrole devint une question d'intérêt international. En juillet 1934, le gouvernement du Royaume-Uni souleva ce problème dans une lettre adressée au Secrétaire général de la Société des Nations après une campagne de sensibilisation menée par plusieurs organisations de la société civile soulignant comment le secteur maritime, le tourisme, et la faune et la flore étaient endommagés et menacés. Au mois de novembre 1934, le Conseil de la Société des Nations ...
Contribution
Bibliothèque de l'Office des Nations Unies à Genève
Société des Nations : étude illustrée
Le livret Société des Nations : étude illustrée, publié en 1925 par la section d'informations du Secrétariat de la Société et mis à jour en 1928, visait à éduquer le grand public sur la nature et les objectifs de la Société des Nations. Il explique la structure organisationnelle de la Société et de ses principales institutions (l'Assemblée, le Conseil et le Secrétariat permanent), ainsi que des organes associés, par exemple l'Organisation internationale du Travail et la Cour permanente de Justice internationale. À la page 9, un organigramme montre ...
Contribution
Bibliothèque de l'Office des Nations Unies à Genève
Signalisation internationale. Comité permanent sur le trafic routier
L'Organisation des communications et du transit était un organe technique de la Société des Nations chargé de promouvoir la coopération internationale dans les domaines tels que le trafic routier international, le transport ferroviaire et la navigation intérieure, la navigation portuaire et maritime, l'unification de la signalisation routière et maritime, la simplification des procédures d'obtention de passeports et de visas, et la transmission d'électricité au-delà des frontières nationales. Elle établit plusieurs comités temporaires et permanents responsables de domaines d'action spécifiques, tels que le Comité permanent sur ...
Contribution
Bibliothèque de l'Office des Nations Unies à Genève
Conférence internationale sur l'utilisation de l'espéranto
L'espéranto est une langue construite inventée par l'ophtalmologiste polonais Ludwik Lazar Zamenhof (1859–1917), qui publia en 1887 un opuscule en russe, en polonais, en français et en allemand, décrivant l'espéranto et le proposant comme une seconde langue facile à apprendre. Un mouvement international espérantophone se développa dans les années 1890, aboutissant au premier Congrès mondial de l'espéranto en 1905. Après la Première Guerre mondiale, la Société des Nations envisagea d'adopter l'espéranto comme langue de travail et de recommander son enseignement dans les écoles ...
Contribution
Bibliothèque de l'Office des Nations Unies à Genève