1 009 résultats en français
Grandes routes commerciales du Sahara
Cette carte de 1889 des routes commerciales transsahariennes par l'explorateur français Edouard Blanc reflète la priorité croissante donnée par les Européens au commerce terrestre pendant la « ruée sur l'Afrique » impériale de la fin du XIXe siècle. Dans des articles sur son travail, Blanc souligna l'importance de l'identification de routes géographiques « naturelles » qui relieraient les possessions coloniales françaises en Afrique de l'Ouest, comme le Sénégal, à l'Algérie en Afrique du Nord et feraient le lien entre la côte méditerranéenne et le Soudan ainsi que l ...
Al-Zaura, n° 422, 28 février 1874
Al-Zaura fut créé à l'initiative de Midhat Pacha (règne : 1869–1872), Ottoman pro-occidental et progressiste qui fut wali (gouverneur) d'Irak. Il fonda le journal lorsqu'il ramena de Paris une presse à imprimer, la première en Irak, à l'occasion de son affectation à Bagdad en 1869. Le nom d'Al-Zaura fut inspiré d'un surnom de Bagdad, qui signifie littéralement coude ou courbe, car la ville est située dans un grand coude du Tigre. Le journal est probablement la source la plus importante sur l'histoire de ...
Afficher 49 numéros supplémentaires
Album d'objets religieux du musée d'archéologie religieuse de l'Académie de théologie de Kiev
Le thème de ce livre, le premier d'une série d'albums consacrés au musée d'archéologie religieuse de l'Académie de théologie de Kiev, est le recueil d'icônes du mont Sinaï et du mont Athos constitué par l'évêque Porphyre Uspensky (1804–1885). L'évêque Porphyre naquit en Russie, étudia à l'Académie de théologie de Saint-Pétersbourg et fut ordonné prêtre en 1829. En 1842, il fut envoyé par le synode de l'Église orthodoxe de Russie à Jérusalem pour renforcer les relations avec les chrétiens orthodoxes de ...
Atlas général de toutes les îles du monde
Islario general de todas las islas del mundo (Atlas général de toutes les îles du monde) est la plus grande œuvre d'Alonso de Santa Cruz (1505–1567), cosmographe de Séville. L'atlas fut commencé au cours du règne de Charles Quint, empereur du Saint Empire romain et roi d'Espagne, et fut achevé sous celui de son fils, le roi Philippe II, à qui l'ouvrage fut dédié. Il comporte 111 cartes représentant toutes les îles et péninsules du monde, et montrant toutes les découvertes faites par les explorateurs ...
La méthode suprême et la source pure des règles de notarisation
Juriste et érudit, Aḥmad ibn Yaḥyá al-Wansharīsī (1430 ou 1431–1508) appartenait à l'école malikite de la jurisprudence islamique. Il naquit au Jabal Wansharīs, mais lorsqu'il était enfant sa famille s'installa dans la ville voisine de Tlemcen, aujourd'hui dans l'ouest de l'Algérie, où il étudia le droit malikite, puis l'enseigna. Pour des raisons peu claires, sa relation avec le souverain de Tlemcen, le sultan Muhammad IV de la dynastie Banu abd al-Wad, se détériora et il dut s'enfuir à Fès, au Maroc ...
Le trésor lumineux et des réponses acceptables aux questions religieuses
Aḥmad ibn 'Abd al-Laṭīf ibn Aḥmad al-Bashbīshī (1631–1685), juriste islamique de l'école de jurisprudence shāfi'ī, naquit et mourut dans le village de Bashbīsh, à proximité d'El-Mahalla dans la région du delta du Nil, en Égypte. Il étudia la jurisprudence islamique au Caire et enseigna à la mosquée Al-Azhar du Caire, longtemps considérée comme la plus grande institution du monde musulman pour l'étude de la théologie sunnite. Al-Tuhfa al-Saniyya bi Ajwibat al-Masaa’il al-Mardhiyya (Le trésor lumineux et des réponses acceptables aux questions religieuses) est un ...
Les restes algébriques uniques du commentaire de Sibṭ sur le Yāsamīnīyya
Cet ouvrage est une élaboration du commentaire écrit par le mathématicien égyptien Sibṭ al-Māridīnī (c'est-à-dire, un commentaire sur un autre commentaire) sur l'introduction en vers, ou urjūzah, de la science de l'algèbre, composée à l'origine par le mathématicien berbère et homme de lettres Abū Muḥammad ‘Abd-Allāh al-Ishbīlī al-Marrakushī, aussi connu sous le nom d'Ibn al-Yāsamīn, qui mourut en 1204 (en l'an 600 après l'Hégire). Al-Yāsamīn récapitula ses connaissances mathématiques dans un traité appelé le Yāsamīnīyya (Le traité d'al-Yāsamīn). Vers la fin du ...
Al-Irak, n° 1, 1er juin 1920
‎‏‎‏Al-Irak, quotidien consacré à l'actualité politique, littéraire et économique, parut pour la première fois à Bagdad, le 1er juin 1920. Sous la direction de Razzuq Dawood Ghannam, le journal se démarqua dès ses premiers numéros par une tendance éditoriale indépendante. Au cours de son existence, il documenta l'histoire politique, sociale et économique de l'Irak, et fut considéré comme la première et dernière source d'informations sur les problèmes d'ordre national et leurs causes. Le journal ne représentait pas l'élite anticoloniale nationaliste émergente, mais il ...
Afficher 499 numéros supplémentaires
Histoire de Byzance
Ce manuscrit grec sur parchemin, réalisé du XIIe au XIIIe siècle, compte parmi les codex les plus précieux de la Bibliothèque nationale d'Espagne pour la richesse de ses enluminures. Cet ouvrage de Johannes Scylitza (actif en 1081) est une histoire des empereurs byzantins de 811 à 1057, abordant les événements qui se déroulèrent entre la proclamation de Michel Ier Rhangabé en 811 et le règne de Michel VI de 1056 à 1057. Le manuscrit contient 577 miniatures de la main de différents artistes. La plupart des ...
Le recueil des grâces et la fontaine de charmes
Ce manuscrit du XVIIe siècle contient le texte de Majmoo’a al-Latā’if wa-Yanbu‘ al-Zarā’if (Le recueil des grâces et la fontaine de charmes), recueil de prières ésotériques et mystiques. L'ouvrage comporte de nombreux chapitres, non numérotés et ne comptant souvent que quelques pages, avec des rubrications indiquant le début de chacun d'entre eux. Il porte sur l'opportunité spirituelle de la prière effectuée d'une façon particulière, un certain mois islamique et jour de la semaine, ou lors d'une occasion religieuse, citant les paroles ...
La Jérusalem délivrée
La Gerusalemme liberata (La Jérusalem délivrée) est un poème épique du poète italien de la fin de la Renaissance Torquato Tasso, dit Le Tasse (1544–1595). Composé de huit strophes en ligne, forme courante de la poésie italienne de la Renaissance, ce chef-d'œuvre de Le Tasse est connu pour la beauté de son langage, l'expression d'émotions profondes et un souci de fidélité historique. Les thèmes du poème sont la première croisade, qui se déroula entre 1096 et 1099, et la quête menée par le chevalier franc Godefroy ...
« L'essai scientifique sur le besoin des remèdes composés » tiré du « Canon de la médecine »
Abū Alī al-Ḥusayn Ibn Sīnā (980–1037) fut l'un des intellectuels emblématiques de l'époque médiévale. Connu en Occident latin sous le nom d'Avicenne, ce polymathe persan est souvent appelé par les auteurs musulmans al-Shaykh al-Ra'īs, soulignant son rôle de savant comptant parmi les plus remarquables du monde islamique. Auteur prolifique, Ibn Sīnā écrivit sur des sujets variés, tels que la métaphysique, la théologie, la médecine, la psychologie, les sciences de la Terre, la physique, l'astronomie, l'astrologie et la chimie. Il doit sa renommée en ...
Le livre des chevaux
Cet ouvrage est un exemplaire manuscrit non daté du Faras-nāma (Le livre des chevaux) d'Abd Allāh Khān Bahādur Fīrūz. Vraisemblablement écrit pendant le règne de Shah Jahan (règne : 1628–1658), il est en partie basé sur le Shalihotra, une source versifiée en sanscrit de 16 000 shloka (couplets) datant d'entre 2500 et 1500 av. J.-C. La robe d'un cheval et ce qu'elle signifie (chapitre 2), la crinière du cheval (chapitre 3), les signes indiquant l'agilité d'un cheval sur le champ de bataille (chapitre ...
Livre complet sur le jugement des étoiles
Ce livre est une traduction latine de l'ouvrage scientifique majeur d'Ibn al-Rijāl Abū al-Ḥasan al-Shaybānī al-Maghribī al-Qayrawānī, Kitāb al-bāri' fī aḥkām al-nujūm (Livre complet sur le jugement des étoiles). Également appelé en Occident latin Haly Abenragel, ou encore Haly Albohazen, Ibn al-Rijāl fut astrologue et haut fonctionnaire à la cour du prince ziride Mu'izz ibn Bādīs (1007 ou 1008–1062) à Qayrawān (aujourd'hui Kairouan, en Tunisie). Kitāb al-bāri' est composé de huit livres abordant différents types d'astrologie, notamment les interrogations, les nativités, les discussions ...
Commentaire sur le chapitre neuf du livre de médecine dédié à Mansur
Cet ouvrage est un commentaire en latin du professeur et médecin italien Giovanni Arcolani (mort en 1484, également appelé Ioannis Arculani) sur le neuvième livre de Kitāb al-ṭibb al-Manṣūrī (Livre de médecine dédié à Mansur), ouvrage du célèbre polymathe perse Abū Bakr Muḥammad ibn Zakarīyā Rāzī (865–925 env.). Connu en Occident latin sous le nom de Rhazès ou Rasis, Rāzī naquit à Rayy, au sud de Téhéran. Il est souvent considéré comme l'une des grandes figures de la médecine de l'époque médiévale. Son impact ...
Recueil de textes médicaux de Mésué, accompagnés d'écrits d'autres auteurs
Le célèbre médecin nestorien perse Yūḥannā Ibn Māsawayh (777–857 env.), appelé Mésué en Occident latin, naquit à Samarra, aujourd'hui en Irak. Selon al-Qiftī, le père d'Yūḥannā, Abu Yūḥannā Māsawayh, médecin au fameux centre médical de Gundishapur (dans le sud-est de la Perse, près de l'actuelle ville de Dezfoul), fut chargé d'établir un hôpital à Bagdad sous le calife Hārūn al-Rashīd (règne : 786–809). Ibn Māsawayh poursuivit l'œuvre de son père à Bagdad, enseignant la médecine, composant des ouvrages médicaux et traitant des patients. Ibn ...
Les trois livres sur l'alchimie par Geber, grand philosophe et alchimiste
Jābir ibn Hayyan (également connu sous le nom latinisé Geber, 721–815 env.) fut un contemporain des premiers Abbassides, qui gouvernèrent de 750 à 800 environ, et l'un des principaux adeptes de l'alchimie au début de l'ère islamique. La plus ancienne biographie de Jābir, dans al-Fihrist, remonte au IXe siècle et fut écrite par Ibn al-Nadīm, érudit et bibliographe vivant à Bagdad. Bien que cette biographie contienne de nombreux éléments légendaires, des indications externes ont démontré que la plupart des ouvrages attribués à Jābir dans une ...
Recueil de traductions latines de tables astronomiques en persan
Ce volume est un recueil de six ouvrages contenant les traductions latines de certaines parties de Zīj-i Sulṭānī, écrit par Muḥammad Ṭaraghāy ibn Shāhrukh ibn Tīmūr (1394–1449), également appelé Ulugh Beg. Les autres ouvrages incluent un extrait de Taqwīm al-Buldān (intitulé « Une description du Khwarezm et de la Transoxiane à partir des tables d'Abū al-Fidā' ») d'Abū al-Fidā' Ismā'īl Ibn 'Alī (1273-1331), ainsi qu'une table astronomique de Muhammad ibn Muhammad Tizīnī. Ulugh Beg (« grand commandant » en turc), petit-fils de Tīmūr (appelé Tamerlan en Occident), fut ...
Les sept livres sur la méthode thérapeutique, soit l'art de la guérison, par Jean de Damas de la Décapole, autorité médicale majeure chez les arabes
Yúhānnā Ibn Sérapion était un médecin nestorien perse du IXe, appelé Sérapion en Occident latin. Il écrivit deux recueils médicaux (al-kunnāsh en arabe) dans sa langue natale, le syriaque. Le premier est composé de sept parties (Al-kunnāsh al-ṣaghīr) et le second de douze (Al-kunnāsh al-kabīr). Le plus long des deux recueils est conservé à Istanbul, sous la référence MS Ayasofya 3716. Le plus court fut traduit en arabe par le secrétaire Mūsā b. Ibrāhīm al-Ḥadīthī pour le médecin Abu 'l-Ḥasan b. Nafīs. Al-kunnāsh al-ṣaghīr fut traduit en ...
Huit traités d'Abū Ma‘shar sur les grandes conjonctions, les révolutions des années et leurs origines
Ja‘far ibn Muḥammad al-Balkhī (787–886), appelé Abū Ma‘shar (et Albumasar en Occident latin), fut l'un des astronomes les plus célèbres du Moyen Âge. Les nombreuses traductions latines de ses travaux astronomiques, à l'origine en arabe, lui valurent sa renommée en Europe. Il naquit dans la ville perse de Balkh (en actuel Afghanistan), le 20 safar de l'an 171 après l'Hégire (10 août 787). Il fut vraisemblablement éduqué initialement à Balkh avant de s'installer à Bagdad, car ses ouvrages sont souvent influencés par ...
Les quatre livres sur la médecine d'Octavius Horatianus et les trois livres d'Abū Al-Qāsim, le plus distingué des chirurgiens
Ce volume, imprimé à l'atelier Argentorati de Strasbourg en février 1532, inclut deux ouvrages. Le premier est la traduction en latin de Theodorus Priscianus (actif en l'an 400 env.) de son propre recueil sur la thérapeutique, Euporista (Remèdes faciles à préparer), à l'origine écrit en grec. Le second est la traduction d'une partie du célèbre ouvrage médical arabe d'Abu al-Qasim Khalaf ibn al-Abbas al-Zahrawi (également connu sous le nom latinisé Albucasis, 936–1013 env.), Al-Taṣrīf li man ‘ajiza al-ta’līf (La méthode [médicale] pour ...
Traité d'al-Qabīṣī sur les principes de l'astronomie judiciaire
'Abd al-'Azīz Ibn 'Uthmān, astrologue célèbre, comme le suggère un commentaire dans Fihrist, aurait été contemporain de Muḥammad ibn Isḥāq Ibn al-Nadīm (actif en 987). Probablement né à al-Qabīṣ, nom de lieu désignant deux sites en Irak, un près de Mosul et l'autre à proximité de Sāmarra, il était peut-être d'origine perse. Le principal ouvrage d'al-Qabīṣī existant encore aujourd'hui s'intitule al-Madkhal ilā ṣinā‘at aḥkām al-nujūm (Introduction à l'art du [savoir sur le] jugement des étoiles), dédié à Sayf al-Dawla, souverain hamdanide ...
Recueil de textes médicaux de Mésué, accompagnés d'écrits d'autres auteurs
Ce recueil de textes médicaux fut imprimé à Lyon, dans l'atelier de Benoît Bonyn (actif de 1523 à 1544) en 1523. La majeure partie du recueil et le texte le plus important furent écrits par le célèbre médecin nestorien perse Yūḥannā Ibn Māsawayh (777–857 env.). Celui-ci, appelé Mésué en Occident latin, naquit à Samarra, aujourd'hui en Irak. Selon al-Qiftī, le père d'Yūḥannā, Abu Yūḥannā Māsawayh, médecin au fameux centre médical de Gundishapur (dans le sud-est de la Perse, près de l'actuelle ville de Dezfoul), fut ...
La perle parfaite des merveilles et la perle précieuse des choses extraordinaires
Kharīdat al-'ajā’ib wa farīdat al-gharā'ib (La perle parfaite des merveilles et la perle précieuse des choses extraordinaires) de Sirāj al-Dīn Abū Ḥafṣ 'Umar Ibn al-Wardī (mort en 1457) est un recueil de textes, entre autres sur la géographie et l'histoire naturelle. Les textes géographiques constituent l'essentiel de l'ouvrage. Ils répertorient et décrivent différents lieux principalement au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, bien que des parties soient consacrées à la Chine et à l'Europe. La qualité des informations géographiques fournies varie considérablement, y ...
Les éclats de la révélation et les mystères de l'exégèse
Kitāb anwār al-tanzīl wa asrār al-ta’wīl (Les éclats de la révélation et les mystères de l'exégèse) est l'ouvrage le plus connu du savant du XIIIe siècle 'Abdallāh ibn 'Umar al-Bayḍāwī (mort en 1286 env.). Comme le titre l'indique, il aborde l'exégèse coranique. L'ouvrage commence par une introduction, dans laquelle al-Bayḍāwī fait l'éloge de l'al-tafsīr (exégèse) comme principale science religieuse et base de la charia (loi islamique), puis il continue avec le texte du Coran, où chaque ayah (verset), rédigé à l ...
Livre de l'impôt foncier
Kitāb al-kharāj (Livre de l'impôt foncier), texte classique sur le fiqh (jurisprudence islamique), fut écrit par Abū Yusūf Ya'qūb Ibrāhīm al-Anṣārī al-Kūfī (mort en 798, soit l'an 182 après l'Hégire) à la demande du calife abbasside Hārūn al-Rashīd (763 ou 766-809). Élève le plus célèbre d'Abū Ḥanīfa, Abū Yusūf est considéré, au même titre que son éminent professeur, comme l'un des fondateurs de l'école hanafite de droit islamique. Dans l'introduction du livre, Abū Yusūf raconte comment le calife lui demanda de produire ...
Supplication attribuée au calife Ali
Le calife 'Alī ibn Abī Ṭālib (601-661 environ) est l'un des personnages religieux et sacrés les plus vénérés de l'Islam. Son nom honorifique, Amīr al-Mu'minīn, signifie le « commandeur des croyants » en persan. Les œuvres écrites de 'Alī ibn Abī Ṭālib et les paroles qui lui sont attribuées sont sacrées pour les fidèles chiites, en particulier pour ceux de langue persane. Il s'agit ici d'une copie d'un manuscrit enluminé du XVIIIe siècle de la Munājāt (supplication) de 'Ali ibn Abī Ṭālib. Elle comprend le ...
Le joyau de la couronne
Ce manuscrit de Durrat al-tāj (Le joyau de la couronne) est un livre de prières chiite, consistant en prières à dire sur la tombe du calife 'Alī ibn Abī Ṭālib (601-661 environ). 'Alī ibn Abī Ṭālib est un des personnages religieux et sacrés les plus vénérés de l'Islam. Son nom honorifique, Amīr al-Mu'minīn, signifie le « commandeur des croyants » en persan. Les œuvres écrites de 'Alī ibn Abī Ṭālib et les paroles qui lui sont attribuées sont sacrées pour les fidèles chiites, en particulier pour ceux de langue ...
Ismā'īl, ambassadeur persan de Ṭahmāsp, roi de Perse
Melchior Lorck, ou Lorichs (1527–1590 env.), fut l'artiste graphique le plus brillant du Danemark au XVIe siècle. Il naquit à Flensbourg de parents distingués dont la demeure servait de résidence aux rois danois lorsqu'ils séjournaient dans la ville. En 1549, Lorck obtint le soutien financier du roi Christian III, lui permettant d'entreprendre un voyage éducatif. Son envie de voyager le mena à travers l'Europe et finalement à Vienne, où il servit auprès de l'empereur Charles V. De 1555 à 1559, Lorck fut l ...
Constantinople
Cette esquisse de voyage colorée représente Constantinople (actuelle Istanbul) vue depuis la partie est de la ville de Scutari (aujourd'hui Üsküdar), de l'autre côté du détroit du Bosphore. Elle fut réalisée par le peintre Martinus Rørbye (1803–1848), figure centrale de « l'âge d'or » de l'art danois (1770–1900 env.). Après une formation à la Kunstakademiet, Rørbye voyagea longuement en France, en Italie, en Grèce et en Turquie. En 1833, il fut l'un des premiers artistes à peindre dans la ville de Skagen, à la ...
Le Livre précieux des dates remarquables
Ce court ouvrage, intitulé Kitāb al-yawāqīt fī ma‘rifat al-mawāqīt et copié par un scribe anonyme à Shawwal en juin et juillet 1775 (AH 1168), est attribué à Husayn (ou Hasan) b. Zayd b. Ali al-Jaḥḥāf, qui l'aurait dédié à Abou Ali Mansour al-Hakim bi-Amr Allah, le sixième souverain fatimide (mort en 996). Ce manuscrit dresse la liste des 12 mois de l'année, à raison d'un mois par feuille, à la façon d'un almanach. La dernière page est un guide de l'interprétation des rêves qui ...
Le livre des vendredis
Publié à Venise en 1512 par Hakob Meghapart (Jacob le Pécheur), l'ouvrage Urbatagirk (Le livre des vendredis) fut le premier livre imprimé en arménien. On sait peu de choses sur Hakob Meghapart, ou la raison pour laquelle il se fit appeler « le Pécheur » (ou « le Misérable »). À l'époque, l'Arménie était sous la domination des Turcs ottomans, et la communauté diasporique joua un rôle essentiel pour la préservation de la tradition littéraire et de la langue arméniennes. Écrit en grabar (arménien classique), le livre contient principalement des prières ...
Calendrier liturgique arménien
Parzatumar (Calendrier liturgique arménien) fut le second livre imprimé en arménien, après Urbatagirk (Le livre des vendredis). Ces deux livres furent publiés par Hakob Meghapart (Jacob le Pécheur), qui rejoignit la communauté arménienne de Venise où il établit la première imprimerie arménienne en 1512. Ils sont tous les deux reliés dans cet exemplaire conservé à la Bibliothèque nationale d'Arménie. On sait peu de choses sur Hakob Meghapart, ou la raison pour laquelle il se fit appeler « le Pécheur » (ou « le Misérable »). À l'époque, l'Arménie était sous la ...
Livre de chansons d'Hakob Meghapart
Tagharan (Livre de chansons), recueil d'odes dédiées à l'âme et au corps, fut l'un des cinq premiers livres publiés par Hakob Meghapart (Jacob le Pécheur), qui établit la première imprimerie arménienne à Venise en 1512. On sait peu de choses sur Hakob Meghapart, ou la raison pour laquelle il se fit appeler « le Pécheur » (ou « le Misérable »). À l'époque, l'Arménie était sous la domination des Turcs ottomans, et la communauté diasporique joua un rôle essentiel pour la préservation de la tradition littéraire et de la ...
Lettres, essais et sermons de saint Grégoire de Nazianze
Ce manuscrit du XVIIIe siècle est un recueil de lettres, d'essais et de sermons de saint Grégoire de Nazianze (mort en 389 env.). Considéré comme la première traduction arabe de l'ouvrage d'origine en grec, il n'avait pas encore été édité ou publié. Il s'agit ici du second volume d'une œuvre qui en comptait deux. Grégoire de Nazianze, également appelé Grégoire le Théologien, est reconnu comme un Père de l'Église dans les traditions orientales et occidentales. Il naquit à Cappadoce (Anatolie orientale), où ...
Pentateuque
Ce manuscrit est une traduction arabe des cinq premiers livres de l'Ancien Testament (Pentateuque), appelé sur la première feuille « sainte Torah ». Il fournit peu d'informations sur sa production, à l'exception d'une note à la fin du livre indiquant son origine copte. Les motifs cruciformes encadrés dans la partie supérieure de la première feuille sont les seules illustrations de l'œuvre. Le manuscrit comporte des en-têtes de verset et de chapitre à l'encre rouge, ainsi que des mots repères et des instructions occasionnelles pour la récitation ...
Lettres, enseignements pédagogiques et paroles de saint Antoine d'Égypte
Ce manuscrit débute par les 20 lettres « aux fils qui suivent son [Antoine] humble chemin…et prières pour nous protéger de l'exemple de Satan ». La plupart des lettres sont courtes et ne dépassent pas cinq feuillets. Selon une note d'introduction, elles sont adressées aux hommes et aux femmes. L'ouvrage fut écrit dans un style audacieux et fluide. Chaque lettre ou autre partie importante est mise en évidence à l'encre rouge. L'ouvrage ne comporte aucune glose marginale contemporaine, mais des commentaires et des corrections (certaines en ...
Livres historiques de l'Ancien Testament
Ce manuscrit biblique contient des parties des livres historiques de Josué, des Juges, de Samuel et des Rois de l'Ancien Testament. Le début et la fin du volume sont incomplets. Le scribe, dont le nom était peut-être écrit dans le colophon désormais disparu, n'est pas connu. L'ouvrage fut copié en 1748 (Josué) et en 1749 (second livre des Rois). Il contient des mots repères, mais les pages ne sont pas numérotées, et le marquage des chapitres n'est pas cohérent. L'ouvrage, d'une écriture soignée, semble ...
Évangile de saint Marc
Cette copie manuscrite de l'évangile de saint Marc date du XVIIIe siècle. Le texte, d'une écriture claire, est encadré de deux lignes rouges. Les feuillets sont numérotés avec des chiffres coptes. Le manuscrit comporte de nombreuses notes marginales et références à l'Ancien Testament en arabe, et des chiffres coptes sont utilisés pour les citations des versets et des chapitres. Les notes de marge furent probablement ajoutées par Wadi' Muftah, dont le nom apparaît sur les pages de garde. Le texte est complet et en excellent état ...
Évangile de saint Luc
Ce manuscrit de l'évangile de saint Luc date du XVIIIe siècle. Le texte, d'une écriture claire, est encadré de deux lignes rouges. Les feuillets sont numérotés avec des chiffres coptes. Le manuscrit comporte de nombreuses notes marginales et références à l'Ancien Testament en arabe, et des chiffres coptes sont utilisés pour les citations des versets et des chapitres. Les notes de marge furent probablement ajoutées par Wadi' Muftah, dont le nom apparaît sur les pages de garde. Le texte est complet et en excellent état, bien ...
Évangile de saint Jean
Ce manuscrit arabe de l'évangile de saint Jean date du XVIIIe siècle. Le texte, d'une écriture claire, est encadré de deux lignes rouges. Les feuillets sont numérotés avec des chiffres coptes. Le manuscrit comporte de nombreuses notes marginales et références à l'Ancien Testament en arabe, et des chiffres coptes sont utilisés pour les citations des versets et des chapitres. Les notes de marge furent probablement ajoutées par Wadi' Muftah, dont le nom apparaît sur les pages de garde. Le texte est complet et en excellent état ...
L'histoire des provinces romaines du Proche-Orient
Ce manuscrit arabe est une histoire des provinces romaines du Proche-Orient, avec une référence particulière au roi Hérode le Grand et la dynastie qu'il fonda. De nombreuses pages sont manquantes au début et à la fin du manuscrit. La partie restante aborde l'histoire de la Palestine romaine au Ier siècle avant J.-C., jusqu'à la destruction du temple par l'empereur romain Titus en 70 après J.-C. L'auteur, le titre et la date de la copie ne sont pas connus. L'ouvrage a été ...