Affiner les résultats:

Lieu

Période

Thème

Mots-clés supplémentaires

Type d'élément

Langue

Institution

1 004 résultats
Grandes routes commerciales du Sahara
Cette carte de 1889 des routes commerciales transsahariennes par l'explorateur français Edouard Blanc reflète la priorité croissante donnée par les Européens au commerce terrestre pendant la « ruée sur l'Afrique » impériale de la fin du XIXe siècle. Dans des articles sur son travail, Blanc souligna l'importance de l'identification de routes géographiques « naturelles » qui relieraient les possessions coloniales françaises en Afrique de l'Ouest, comme le Sénégal, à l'Algérie en Afrique du Nord et feraient le lien entre la côte méditerranéenne et le Soudan ainsi que l ...
Contribution
Bibliothèque du Congrès
Al-Zaura, n° 422, 28 février 1874
Al-Zaura fut créé à l'initiative de Midhat Pacha (règne : 1869–1872), Ottoman pro-occidental et progressiste qui fut wali (gouverneur) d'Irak. Il fonda le journal lorsqu'il ramena de Paris une presse à imprimer, la première en Irak, à l'occasion de son affectation à Bagdad en 1869. Le nom d'Al-Zaura fut inspiré d'un surnom de Bagdad, qui signifie littéralement coude ou courbe, car la ville est située dans un grand coude du Tigre. Le journal est probablement la source la plus importante sur l'histoire de ...
Contribution
Bibliothèque et Archives nationales d’Irak
Afficher 49 numéros supplémentaires
Album d'objets religieux du musée d'archéologie religieuse de l'Académie de théologie de Kiev
Le thème de ce livre, le premier d'une série d'albums consacrés au musée d'archéologie religieuse de l'Académie de théologie de Kiev, est le recueil d'icônes du mont Sinaï et du mont Athos constitué par l'évêque Porphyre Uspensky (1804–1885). L'évêque Porphyre naquit en Russie, étudia à l'Académie de théologie de Saint-Pétersbourg et fut ordonné prêtre en 1829. En 1842, il fut envoyé par le synode de l'Église orthodoxe de Russie à Jérusalem pour renforcer les relations avec les chrétiens orthodoxes de ...
Contribution
Bibliothèque parlementaire nationale d’Ukraine
Atlas général de toutes les îles du monde
Islario general de todas las islas del mundo (Atlas général de toutes les îles du monde) est la plus grande œuvre d'Alonso de Santa Cruz (1505–1567), cosmographe de Séville. L'atlas fut commencé au cours du règne de Charles Quint, empereur du Saint Empire romain et roi d'Espagne, et fut achevé sous celui de son fils, le roi Philippe II, à qui l'ouvrage fut dédié. Il comporte 111 cartes représentant toutes les îles et péninsules du monde, et montrant toutes les découvertes faites par les explorateurs ...
Contribution
Bibliothèque nationale d'Espagne
La méthode suprême et la source pure des règles de notarisation
Juriste et érudit, Aḥmad ibn Yaḥyá al-Wansharīsī (1430 ou 1431–1508) appartenait à l'école malikite de la jurisprudence islamique. Il naquit au Jabal Wansharīs, mais lorsqu'il était enfant sa famille s'installa dans la ville voisine de Tlemcen, aujourd'hui dans l'ouest de l'Algérie, où il étudia le droit malikite, puis l'enseigna. Pour des raisons peu claires, sa relation avec le souverain de Tlemcen, le sultan Muhammad IV de la dynastie Banu abd al-Wad, se détériora et il dut s'enfuir à Fès, au Maroc ...
Contribution
Bibliothèque de l'université du Roi Abdulaziz
Le trésor lumineux et des réponses acceptables aux questions religieuses
Aḥmad ibn 'Abd al-Laṭīf ibn Aḥmad al-Bashbīshī (1631–1685), juriste islamique de l'école de jurisprudence shāfi'ī, naquit et mourut dans le village de Bashbīsh, à proximité d'El-Mahalla dans la région du delta du Nil, en Égypte. Il étudia la jurisprudence islamique au Caire et enseigna à la mosquée Al-Azhar du Caire, longtemps considérée comme la plus grande institution du monde musulman pour l'étude de la théologie sunnite. Al-Tuhfa al-Saniyya bi Ajwibat al-Masaa’il al-Mardhiyya (Le trésor lumineux et des réponses acceptables aux questions religieuses) est un ...
Contribution
Bibliothèque de l'université du Roi Abdulaziz
Les restes algébriques uniques du commentaire de Sibṭ sur le Yāsamīnīyya
Cet ouvrage est une élaboration du commentaire écrit par le mathématicien égyptien Sibṭ al-Māridīnī (c'est-à-dire, un commentaire sur un autre commentaire) sur l'introduction en vers, ou urjūzah, de la science de l'algèbre, composée à l'origine par le mathématicien berbère et homme de lettres Abū Muḥammad ‘Abd-Allāh al-Ishbīlī al-Marrakushī, aussi connu sous le nom d'Ibn al-Yāsamīn, qui mourut en 1204 (en l'an 600 après l'Hégire). Al-Yāsamīn récapitula ses connaissances mathématiques dans un traité appelé le Yāsamīnīyya (Le traité d'al-Yāsamīn). Vers la fin du ...
Contribution
Bibliothèque de l'université du Roi Abdulaziz
Al-Irak, n° 1, 1er juin 1920
‎‏‎‏Al-Irak, quotidien consacré à l'actualité politique, littéraire et économique, parut pour la première fois à Bagdad, le 1er juin 1920. Sous la direction de Razzuq Dawood Ghannam, le journal se démarqua dès ses premiers numéros par une tendance éditoriale indépendante. Au cours de son existence, il documenta l'histoire politique, sociale et économique de l'Irak, et fut considéré comme la première et dernière source d'informations sur les problèmes d'ordre national et leurs causes. Le journal ne représentait pas l'élite anticoloniale nationaliste émergente, mais il ...
Contribution
Bibliothèque et Archives nationales d’Irak
Afficher 499 numéros supplémentaires
Histoire de Byzance
Ce manuscrit grec sur parchemin, réalisé du XIIe au XIIIe siècle, compte parmi les codex les plus précieux de la Bibliothèque nationale d'Espagne pour la richesse de ses enluminures. Cet ouvrage de Johannes Scylitza (actif en 1081) est une histoire des empereurs byzantins de 811 à 1057, abordant les événements qui se déroulèrent entre la proclamation de Michel Ier Rhangabé en 811 et le règne de Michel VI de 1056 à 1057. Le manuscrit contient 577 miniatures de la main de différents artistes. La plupart des ...
Contribution
Bibliothèque nationale d'Espagne
Le recueil des grâces et la fontaine de charmes
Ce manuscrit du XVIIe siècle contient le texte de Majmoo’a al-Latā’if wa-Yanbu‘ al-Zarā’if (Le recueil des grâces et la fontaine de charmes), recueil de prières ésotériques et mystiques. L'ouvrage comporte de nombreux chapitres, non numérotés et ne comptant souvent que quelques pages, avec des rubrications indiquant le début de chacun d'entre eux. Il porte sur l'opportunité spirituelle de la prière effectuée d'une façon particulière, un certain mois islamique et jour de la semaine, ou lors d'une occasion religieuse, citant les paroles ...
Contribution
Bibliothèque nationale de Bulgarie
La Jérusalem délivrée
La Gerusalemme liberata (La Jérusalem délivrée) est un poème épique du poète italien de la fin de la Renaissance Torquato Tasso, dit Le Tasse (1544–1595). Composé de huit strophes en ligne, forme courante de la poésie italienne de la Renaissance, ce chef-d'œuvre de Le Tasse est connu pour la beauté de son langage, l'expression d'émotions profondes et un souci de fidélité historique. Les thèmes du poème sont la première croisade, qui se déroula entre 1096 et 1099, et la quête menée par le chevalier franc Godefroy ...
Contribution
Bibliothèque universitaire de Naples
« L'essai scientifique sur le besoin des remèdes composés » tiré du « Canon de la médecine »
Abū Alī al-Ḥusayn Ibn Sīnā (980–1037) fut l'un des intellectuels emblématiques de l'époque médiévale. Connu en Occident latin sous le nom d'Avicenne, ce polymathe persan est souvent appelé par les auteurs musulmans al-Shaykh al-Ra'īs, soulignant son rôle de savant comptant parmi les plus remarquables du monde islamique. Auteur prolifique, Ibn Sīnā écrivit sur des sujets variés, tels que la métaphysique, la théologie, la médecine, la psychologie, les sciences de la Terre, la physique, l'astronomie, l'astrologie et la chimie. Il doit sa renommée en ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Qatar
Le livre des chevaux
Cet ouvrage est un exemplaire manuscrit non daté du Faras-nāma (Le livre des chevaux) d'Abd Allāh Khān Bahādur Fīrūz. Vraisemblablement écrit pendant le règne de Shah Jahan (règne : 1628–1658), il est en partie basé sur le Shalihotra, une source versifiée en sanscrit de 16 000 shloka (couplets) datant d'entre 2500 et 1500 av. J.-C. La robe d'un cheval et ce qu'elle signifie (chapitre 2), la crinière du cheval (chapitre 3), les signes indiquant l'agilité d'un cheval sur le champ de bataille (chapitre ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Qatar
Livre complet sur le jugement des étoiles
Ce livre est une traduction latine de l'ouvrage scientifique majeur d'Ibn al-Rijāl Abū al-Ḥasan al-Shaybānī al-Maghribī al-Qayrawānī, Kitāb al-bāri' fī aḥkām al-nujūm (Livre complet sur le jugement des étoiles). Également appelé en Occident latin Haly Abenragel, ou encore Haly Albohazen, Ibn al-Rijāl fut astrologue et haut fonctionnaire à la cour du prince ziride Mu'izz ibn Bādīs (1007 ou 1008–1062) à Qayrawān (aujourd'hui Kairouan, en Tunisie). Kitāb al-bāri' est composé de huit livres abordant différents types d'astrologie, notamment les interrogations, les nativités, les discussions ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Qatar
Commentaire sur le chapitre neuf du livre de médecine dédié à Mansur
Cet ouvrage est un commentaire en latin du professeur et médecin italien Giovanni Arcolani (mort en 1484, également appelé Ioannis Arculani) sur le neuvième livre de Kitāb al-ṭibb al-Manṣūrī (Livre de médecine dédié à Mansur), ouvrage du célèbre polymathe perse Abū Bakr Muḥammad ibn Zakarīyā Rāzī (865–925 env.). Connu en Occident latin sous le nom de Rhazès ou Rasis, Rāzī naquit à Rayy, au sud de Téhéran. Il est souvent considéré comme l'une des grandes figures de la médecine de l'époque médiévale. Son impact ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Qatar
Recueil de textes médicaux de Mésué, accompagnés d'écrits d'autres auteurs
Le célèbre médecin nestorien perse Yūḥannā Ibn Māsawayh (777–857 env.), appelé Mésué en Occident latin, naquit à Samarra, aujourd'hui en Irak. Selon al-Qiftī, le père d'Yūḥannā, Abu Yūḥannā Māsawayh, médecin au fameux centre médical de Gundishapur (dans le sud-est de la Perse, près de l'actuelle ville de Dezfoul), fut chargé d'établir un hôpital à Bagdad sous le calife Hārūn al-Rashīd (règne : 786–809). Ibn Māsawayh poursuivit l'œuvre de son père à Bagdad, enseignant la médecine, composant des ouvrages médicaux et traitant des patients. Ibn ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Qatar
Les trois livres sur l'alchimie par Geber, grand philosophe et alchimiste
Jābir ibn Hayyan (également connu sous le nom latinisé Geber, 721–815 env.) fut un contemporain des premiers Abbassides, qui gouvernèrent de 750 à 800 environ, et l'un des principaux adeptes de l'alchimie au début de l'ère islamique. La plus ancienne biographie de Jābir, dans al-Fihrist, remonte au IXe siècle et fut écrite par Ibn al-Nadīm, érudit et bibliographe vivant à Bagdad. Bien que cette biographie contienne de nombreux éléments légendaires, des indications externes ont démontré que la plupart des ouvrages attribués à Jābir dans une ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Qatar
Recueil de traductions latines de tables astronomiques en persan
Ce volume est un recueil de six ouvrages contenant les traductions latines de certaines parties de Zīj-i Sulṭānī, écrit par Muḥammad Ṭaraghāy ibn Shāhrukh ibn Tīmūr (1394–1449), également appelé Ulugh Beg. Les autres ouvrages incluent un extrait de Taqwīm al-Buldān (intitulé « Une description du Khwarezm et de la Transoxiane à partir des tables d'Abū al-Fidā' ») d'Abū al-Fidā' Ismā'īl Ibn 'Alī (1273-1331), ainsi qu'une table astronomique de Muhammad ibn Muhammad Tizīnī. Ulugh Beg (« grand commandant » en turc), petit-fils de Tīmūr (appelé Tamerlan en Occident), fut ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Qatar
Les sept livres sur la méthode thérapeutique, soit l'art de la guérison, par Jean de Damas de la Décapole, autorité médicale majeure chez les arabes
Yúhānnā Ibn Sérapion était un médecin nestorien perse du IXe, appelé Sérapion en Occident latin. Il écrivit deux recueils médicaux (al-kunnāsh en arabe) dans sa langue natale, le syriaque. Le premier est composé de sept parties (Al-kunnāsh al-ṣaghīr) et le second de douze (Al-kunnāsh al-kabīr). Le plus long des deux recueils est conservé à Istanbul, sous la référence MS Ayasofya 3716. Le plus court fut traduit en arabe par le secrétaire Mūsā b. Ibrāhīm al-Ḥadīthī pour le médecin Abu 'l-Ḥasan b. Nafīs. Al-kunnāsh al-ṣaghīr fut traduit en ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Qatar
Huit traités d'Abū Ma‘shar sur les grandes conjonctions, les révolutions des années et leurs origines
Ja‘far ibn Muḥammad al-Balkhī (787–886), appelé Abū Ma‘shar (et Albumasar en Occident latin), fut l'un des astronomes les plus célèbres du Moyen Âge. Les nombreuses traductions latines de ses travaux astronomiques, à l'origine en arabe, lui valurent sa renommée en Europe. Il naquit dans la ville perse de Balkh (en actuel Afghanistan), le 20 safar de l'an 171 après l'Hégire (10 août 787). Il fut vraisemblablement éduqué initialement à Balkh avant de s'installer à Bagdad, car ses ouvrages sont souvent influencés par ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Qatar
Les quatre livres sur la médecine d'Octavius Horatianus et les trois livres d'Abū Al-Qāsim, le plus distingué des chirurgiens
Ce volume, imprimé à l'atelier Argentorati de Strasbourg en février 1532, inclut deux ouvrages. Le premier est la traduction en latin de Theodorus Priscianus (actif en l'an 400 env.) de son propre recueil sur la thérapeutique, Euporista (Remèdes faciles à préparer), à l'origine écrit en grec. Le second est la traduction d'une partie du célèbre ouvrage médical arabe d'Abu al-Qasim Khalaf ibn al-Abbas al-Zahrawi (également connu sous le nom latinisé Albucasis, 936–1013 env.), Al-Taṣrīf li man ‘ajiza al-ta’līf (La méthode [médicale] pour ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Qatar