Affiner les résultats:

Lieu

Période

Thème

Mots-clés supplémentaires

Type d'élément

Langue

Institution

1 602 résultats
Panneau calligraphique gulzar
Ce panneau calligraphique exécuté en noir et rouge sur un fond blanc décoré d'or contient plusieurs prières (du'a's) adressées à Dieu, au prophète Mahomet et à son gendre Ali. Les lettres des plus grands mots sont exécutées en écriture nasta'liq et sont remplies de motifs décoratifs, d'animaux et de figures humaines. Ce style d'écriture remplie de divers motifs est appelé gulzar, ce qui signifie littéralement « jardin de roses » ou « plein de fleurs ». Il est habituellement appliqué à l'intérieur d'inscriptions écrites en nasta ...
Contribution
Bibliothèque du Congrès
Forteresse de Dio : Plans de Plazas et Forts des possessions portugaises en Asie et en Afrique
Ce dessin montre la forteresse de Diu, située sur une île au large de la côte nord-ouest de l'Inde. En 1509, les Portugais ont vaincu les forces du sultan de Gujarat à la bataille de Diu, s'assurant ainsi la domination sur les routes commerciales de l'Océan Indien. La construction de ce complexe (forteresse et garnison) a commencé en 1535, en vertu d'un accord avec le sultan ; mais l'accord a été rompu et les troupes du sultan ont attaqué le fort en 1537. La forteresse a ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Brésil
Forteresse de Chaul : Plans de Plazas et Forts des possessions portugaises en Asie et en Afrique
Ce dessin montre la forteresse de Chaul, l'un des complexes de défense portugais qui jalonnent la côte ouest de l'Inde. Les Portugais se sont installés à Chaul en 1521 et y ont implanté un fort, qui à été remodelé à plusieurs reprises. La structure représentée dans ce dessin est vraisemblablement celle construite en 1613, qui présentait des extensions des ouvrages de défense.
Contribution
Bibliothèque nationale du Brésil
Forteresse d'Ormuz: Plans de Plazas et Forts des possessions portugaises en Asie et en Afrique
Ce dessin montre le fort portugais d'Ormuz, situé sur l'île du golfe Persique qui porte le même nom. À son apogée, Ormuz était l'un des ports les plus importants au Moyen-Orient, contrôlant les voies commerciales entre l'Inde et l'Afrique de l'Est. Avant de passer sous contrôle portugais au début du XVIIe siècle, Ormuz était une ville-État qui s'est peu à peu transformée en royaume indépendant. Sa situation unique le long des routes de commerce en a fait l'une des villes les plus ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Brésil
Coran
Selon la croyance islamique, Dieu révéla le Coran au prophète Mahomet (570–632) par l'intermédiaire de l'archange Gabriel au cours d'une période de 22 ans. Le Coran aborde en termes forts et émouvants la réalité et les attributs divins, le monde spirituel, les desseins de Dieu pour l'humanité, la relation des hommes avec Dieu et leurs responsabilités envers lui, le jour du jugement dernier et la vie dans l'au-delà. Il contient également les règles de vie, les histoires des premiers prophètes et de leurs communautés ...
Contribution
Bibliothèque et archives nationales de la République islamique d'Iran
Les couplets spirituels
La contribution la plus importante de l'éminent poète et mystique iranien Jalāl ad-Dīn Muhammad Rūmī (plus connu sous le nom de Mawlānā en persan et de Rûmî en français, 1207–1273) à la littérature persane est probablement sa poésie, et plus particulièrement son célèbre ouvrage Masnavi (Les couplets spirituels). Cette œuvre, considérée comme l'exposé en vers le plus long sur le mysticisme toute langue confondue, aborde de nombreux problèmes complexes de métaphysique, de religion, d'éthique, de mysticisme, etc., et se propose de les résoudre. Masnavi met en ...
Contribution
Bibliothèque et archives nationales de la République islamique d'Iran
Le trésor de Khvarazm’Shah
Ismā‘īl ibn Ḥasan Jurjānī (1042–1136 env., également appelé Jorjānī et Gurjānī), plus connu sous le nom d'Hakim Jurjānī, fut l'un des médecins les plus renommés de l'Iran du XIIe siècle. De la conquête islamique à l'époque de Jurjānī, quasiment tous les ouvrages scientifiques iraniens étaient écrits en arabe, y compris des œuvres majeures comme al-Qānūn fī al-tibb (Le canon de la médecine) d'Ibn Sina (Avicenne). Premier grand livre médical de l'Iran postislamique écrit en persan, l'encyclopédie médicale de Jurjānī, Zakhīrah-i ...
Contribution
Bibliothèque et archives nationales de la République islamique d'Iran
Recueil de Molla Sadra
Muḥammad ibn Ibrāhīm Ṣadr al-Dīn Shīrāzī (1571–1640), plus connu sous le nom de Molla Sadra, fut le philosophe, théologien et mystique islamique persan qui mena la renaissance culturelle iranienne au XVIIe siècle. Figure de proue du mouvement illuminatif, ou ishrâqî, école de philosophes mystiques, Molla Sadra est généralement perçu par les iraniens comme le plus grand penseur que l'Iran ait produit, et il est probablement le philosophe le plus important et le plus influent du monde musulman des quatre derniers siècles. Il appartient à l'école de ...
Contribution
Bibliothèque et archives nationales de la République islamique d'Iran
Le livre des rois
Shahnameh Baysonqori est un exemplaire de Shahnameh (Le livre des rois), composé par le poète iranien hautement vénéré Abū al-Qāsim Firdawsī (940–1020). L'importance de Shahnameh dans le monde de langue persane est comparable à celle de l'épopée d'Homère en Occident. Le livre raconte en vers l'histoire mythologique de la Perse antique, et inclut des contes de héros et de personnalités célèbres de l'histoire iranienne, de l'époque légendaire au règne d'Yazdgard III, dernier roi de la dynastie sassanide, au VIIe siècle. Ces ...
Contribution
Bibliothèque et archives nationales de la République islamique d'Iran
Traité sur la guerre sainte
L'imprimerie persane fit son apparition à Tabriz, en Iran, en 1816. Le premier livre publié s'intitulait Jihādīyyah (Traité sur la guerre sainte) et fut écrit par Abu al-Qasim ibn 'Isá Qa'im'maqam Farahani (1779–1835 env.), Premier ministre de Perse à cette époque. Au cours du règne du roi Fath Ali Shah (1772–1834, règne : 1797–1834), lorsque le gouvernement kadjar était enlisé dans la gestion de l'instabilité nationale, les puissances coloniales européennes rivales tentèrent d'imposer leur hégémonie dans la région. Les Britanniques cherchèrent à ...
Contribution
Bibliothèque et archives nationales de la République islamique d'Iran
Recueil abrégé des hadiths authentiques d'al-Bukhāri
Cette œuvre est le plus ancien manuscrit arabe de la Bibliothèque nationale de Bulgarie. Incomplet et fragmentaire, il s'agit d'une copie de 1017 du troisième volume de Sahīh al-Bukhārī (Hadiths authentiques d'al-Bukhārī). Muhammad ibn Ismā‘īl al-Bukhārī (810–870) naquit à Boukhara, en Ouzbékistan actuel, et mourut à Khartank, près de Samarcande. Les musulmans sunnites le considèrent comme le plus grand compilateur de hadiths, ensemble des paroles ou des actes attribués au prophète Mahomet. Cet ouvrage, réalisé en 846, est le recueil le plus connu d'al-Bukhārī ...
Contribution
Bibliothèque nationale de Bulgarie
La recension des Éléments d'Euclide
Cet ouvrage est une édition imprimée de Kitāb taḥrīr uṣūl li-Uqlīdus (La recension des Éléments d'Euclide) de l'un des intellectuels emblématiques du monde islamique, le polymathe persan Naṣīr al-Dīn Muḥammad ibn Muḥammad al-Ṭūsī (1201–1274). Après sa mort, al-Ṭūsī fut considéré comme al-mu'allim al-thālith (troisième maître, Aristote et Fārābī étant les premier et second, respectivement). Auteur extrêmement prolifique, al-Ṭūsī contribua de façon remarquable à la plupart des domaines intellectuels de son époque, écrivant sur la théologie, le mysticisme, la logique, l'astrologie, l'astronomie, la géomancie, les ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Qatar
« L'essai scientifique sur le besoin des remèdes composés » tiré du « Canon de la médecine »
Abū Alī al-Ḥusayn Ibn Sīnā (980–1037) fut l'un des intellectuels emblématiques de l'époque médiévale. Connu en Occident latin sous le nom d'Avicenne, ce polymathe persan est souvent appelé par les auteurs musulmans al-Shaykh al-Ra'īs, soulignant son rôle de savant comptant parmi les plus remarquables du monde islamique. Auteur prolifique, Ibn Sīnā écrivit sur des sujets variés, tels que la métaphysique, la théologie, la médecine, la psychologie, les sciences de la Terre, la physique, l'astronomie, l'astrologie et la chimie. Il doit sa renommée en ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Qatar
Éléments de chronologie et d'astronomie de Muḥammad al-Farghānī
Cet ouvrage est une traduction en latin de Kitāb jawāmi' 'ilm al-nujūm wa uṣūl al-ḥarakāt al-samāwīya (Livre des généralités de l'astronomie et des bases des mouvements des corps célestes), célèbre œuvre influente d'al-Farghānī. Astronome, Aḥmad ibn Moḥammad ibn Kathīr al-Farghānī servit à la cour des premiers califes abbassides, probablement celle d'al-Ma’mun. S'il s'agit de la même personne à qui al-Mutawakkil aurait confié la construction du nilomètre au Caire, il aurait été actif à partir des premières décennies du IXe siècle jusqu'à sa ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Qatar
Commentaire sur le chapitre neuf du livre de médecine dédié à Mansur
Cet ouvrage est un commentaire en latin du professeur et médecin italien Giovanni Arcolani (mort en 1484, également appelé Ioannis Arculani) sur le neuvième livre de Kitāb al-ṭibb al-Manṣūrī (Livre de médecine dédié à Mansur), ouvrage du célèbre polymathe perse Abū Bakr Muḥammad ibn Zakarīyā Rāzī (865–925 env.). Connu en Occident latin sous le nom de Rhazès ou Rasis, Rāzī naquit à Rayy, au sud de Téhéran. Il est souvent considéré comme l'une des grandes figures de la médecine de l'époque médiévale. Son impact ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Qatar
Les trois livres sur l'alchimie par Geber, grand philosophe et alchimiste
Jābir ibn Hayyan (également connu sous le nom latinisé Geber, 721–815 env.) fut un contemporain des premiers Abbassides, qui gouvernèrent de 750 à 800 environ, et l'un des principaux adeptes de l'alchimie au début de l'ère islamique. La plus ancienne biographie de Jābir, dans al-Fihrist, remonte au IXe siècle et fut écrite par Ibn al-Nadīm, érudit et bibliographe vivant à Bagdad. Bien que cette biographie contienne de nombreux éléments légendaires, des indications externes ont démontré que la plupart des ouvrages attribués à Jābir dans une ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Qatar
Recueil de traductions latines de tables astronomiques en persan
Ce volume est un recueil de six ouvrages contenant les traductions latines de certaines parties de Zīj-i Sulṭānī, écrit par Muḥammad Ṭaraghāy ibn Shāhrukh ibn Tīmūr (1394–1449), également appelé Ulugh Beg. Les autres ouvrages incluent un extrait de Taqwīm al-Buldān (intitulé « Une description du Khwarezm et de la Transoxiane à partir des tables d'Abū al-Fidā' ») d'Abū al-Fidā' Ismā'īl Ibn 'Alī (1273-1331), ainsi qu'une table astronomique de Muhammad ibn Muhammad Tizīnī. Ulugh Beg (« grand commandant » en turc), petit-fils de Tīmūr (appelé Tamerlan en Occident), fut ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Qatar
Le grand luminaire
Ce volume contient Luminare maius (Le grand luminaire) et un Antidotarium (Livre des antidotes) de Joannes Jacobus de Manliis (1490). Il s'appuie sur les ouvrages du médecin nestorien perse Yūḥannā Ibn Māsawayh (777–857 env.), appelé Mésué en Occident latin, et « d'autres grands médecins ». Il inclut également une édition de Pandectarum medicinae (Encyclopédie des médicaments) par Matteo Silvatico (également connu sous le nom latinisé Mattheus Sylvaticus, 1280–1342 env.), comportant une liste de médicaments, principalement d'origine végétale, par ordre alphabétique. Sylvaticus s'inspira de l'ouvrage de ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Qatar
Commentaire sur la première partie de « Canon de la médecine » d'Avicenne et « Chapitre sur les membres » de Giano Matteo Durastante
Ce volume contient un commentaire en latin, écrit par le médecin et philosophe italien Giovanni Battista da Mónte (appelé Montano, 1498–1551) et publié à Venise en 1557, sur la première partie d'Al-Qānūn fī al-ṭibb (Canon de la médecine) d'Avicenne. Montano naquit à Vérone. Après avoir travaillé à Brescia, il enseigna la médecine à l'université de Padoue. Il traduisit plusieurs ouvrages grecs en latin et écrivit de nombreux commentaires sur des traités d'Hippocrate, de Galien et d'Avicenne, dont la plupart furent publiés ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Qatar
Huit traités d'Abū Ma‘shar sur les grandes conjonctions, les révolutions des années et leurs origines
Ja‘far ibn Muḥammad al-Balkhī (787–886), appelé Abū Ma‘shar (et Albumasar en Occident latin), fut l'un des astronomes les plus célèbres du Moyen Âge. Les nombreuses traductions latines de ses travaux astronomiques, à l'origine en arabe, lui valurent sa renommée en Europe. Il naquit dans la ville perse de Balkh (en actuel Afghanistan), le 20 safar de l'an 171 après l'Hégire (10 août 787). Il fut vraisemblablement éduqué initialement à Balkh avant de s'installer à Bagdad, car ses ouvrages sont souvent influencés par ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Qatar
Traité d'al-Qabīṣī sur les principes de l'astronomie judiciaire
'Abd al-'Azīz Ibn 'Uthmān, astrologue célèbre, comme le suggère un commentaire dans Fihrist, aurait été contemporain de Muḥammad ibn Isḥāq Ibn al-Nadīm (actif en 987). Probablement né à al-Qabīṣ, nom de lieu désignant deux sites en Irak, un près de Mosul et l'autre à proximité de Sāmarra, il était peut-être d'origine perse. Le principal ouvrage d'al-Qabīṣī existant encore aujourd'hui s'intitule al-Madkhal ilā ṣinā‘at aḥkām al-nujūm (Introduction à l'art du [savoir sur le] jugement des étoiles), dédié à Sayf al-Dawla, souverain hamdanide ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Qatar