24 résultats en français
La nouvelle médecine chimique inventée par Paracelse
Philippus Aureolus Theophrastus Bombastus von Hohenheim, ou Paracelse (mort le 24 septembre 1541), fut un alchimiste, un médecin et un réformateur médical suisse alémanique de l'époque de la Renaissance. Al-Ṭibb al-jadīd al-kīmiyā'ī alladhī ikhtara'ahu Barākalsūs (La nouvelle médecine chimique inventée par Paracelse) est une anthologie d'ouvrages d'alchimie d'Europe. La première partie est composée d'une traduction arabe de Paracelse, incluant une introduction, et quatre chapitres (chacun divisé en sections). Dans l'introduction, Hermès Trismégiste, appelé « l'Égyptien », présente l'invention de l'alchimie, la ...
Contribution Bibliothèque Wellcome
Les merveilles de la création
'Ajā'ib al-makhlūqāt wa-gharā'ib al-mawjūdāt (Les merveilles de la création, ou littéralement, Les merveilles des choses créées et les aspects miraculeux des choses existantes) par Zakriya ibn Muhammad al-Qazwini (1203−1283 env.) compte parmi les textes les plus connus du monde islamique. L'ouvrage est souvent appelé « La cosmographie ». Il débute par une introduction, suivie de deux parties : la première abordant les créatures supraterrestres et la deuxième les créatures terrestres. Al-Qazwini termine son ouvrage par une partie sur les monstres et les anges. Le genre de l'Aja'ib ...
Contribution Bibliothèque Wellcome
Rétablissement après la maladie et remède contre les douleurs
L'auteur de Shifā' al-asqām wa dawā' al-ālām (Rétablissement après la maladie et remède contre les douleurs), de son nom complet Khidr ibn 'Ali ibn Marwan ibn'Ali ibn Husam al-Din, initialement appelé al-Qunawi, également connu sous les noms d'Hajji Pasha al-Aidini et d'al-Misri, était originaire de Konya, en Turquie. Dans l'introduction de Shifā' al-asqām wa dawā' al-ālām, il décrit son long séjour en Égypte, où il pratiqua la médecine au célèbre Bimaristan Al Mansouri et dans d'autres hôpitaux, acquérant l'appellation al-Misri (l'Égyptien). L ...
Contribution Bibliothèque Wellcome
Indices dans la science de l'interprétation des rêves
Ghars al-Din Khalil Ibn Shahin al-Zahiri naquit en 1410−1411, probablement à Jérusalem (ou au Caire). Son père était un mamelouk du premier sultan burjite (al-Malik al-Zahir) Sayf al-Din Barquq, duquel la nisba (nom indiquant la provenance) al-Zahiri dérive. Ghars al-Din Khalil étudia au Caire et, sous les sultans mamelouks Barsbay et Jaqmaq, il eut une remarquable carrière d'administrateur, servant au Caire (en tant que vizir), ainsi qu'à Alexandrie, Karak, Safed et Alep (comme nazir, ou superviseur). Al-Ishārāt fī 'ilm al-'ibārāt (Indices dans la science de l ...
Contribution Bibliothèque Wellcome
Commentaire sur Le petit canon
Qānūnjah (également intitulé en persan Qānūncha), livre médical de Mahmud ibn Muhammad al-Jaghmini, fut écrit à la fin du XIIe siècle ou au début du XIIIe inspiré, comme le nom l'indique, par l'ouvrage encyclopédique d'Avicenne, al-Qānūn fī al-ṭibb (Canon de la médecine). L'ouvrage d'al-Jaghmini fit lui-même l'objet d'un grand intérêt et inspira à son tour de nombreux commentaires. Le commentaire présenté ici, sur Qānūnjah, fut composé par 'Ali ibn Kamal al-Din al-Astarabadi sous le sultan ottoman Bajazet II (règne : 1481–1512 ...
Contribution Bibliothèque Wellcome
La luminosité de l'explication et les mystères des preuves dans la compréhension des paradigmes de la science des poids et des mesures. Première partie
Ce manuscrit contient la première partie de Anwār al-bayān wa asrār al-burhān fī fahm awzān 'ilm al-mīzān (La luminosité de l'explication et les mystères des preuves dans la compréhension des paradigmes de la science des poids et des mesures). Il fut composé par l'alchimiste persan Aidamur ibn 'Ali ibn Aidamur al-Jaldaki (ou al-Gildakī, mort en 1342 env.). Le nom de l'auteur indique qu'il naquit à Jaldak, en actuel Afghanistan. Pendant 17 ans, al-Jaldaki voyagea en Irak, en Asie Mineure, en Afrique de l'Ouest, en Égypte ...
Contribution Bibliothèque Wellcome
La science de la physiognomonie à des fins de gestion
Shams al-Din Muhammad ibn Abi Talib al-Sufi al-Ansari al-Dimashqi (1256 ou 1257–1327), auteur islamique, produisit des ouvrages sur des sujets divers, de la cuisine à la théologie. Il fut connu comme le cheikh d'Hattin, puis d'al-Rabwa (en référence aux deux villages levantins où il servit en tant que cheikh soufi). Shams al-Din est plus célèbre pour son livre de cosmographie Nukhbat al-dahr fī ajā'ib al barr wa al-baḥr (Le choix de l'âge, sur les merveilles de la terre et de la mer), paru dans plusieurs ...
Contribution Bibliothèque Wellcome
Définitions des maladies
Muhammad Akbar, communément appelé 'Urf Muhammad Arzani, qui mourut à Delhi durant le mois de rabi'a ath-thani, en l'an 1134 après l'Hégire (janvier-février 1722), écrivit de nombreux textes médicaux en persan et en arabe. Il fut actif en Inde moghole, bien qu'il semble qu'il ait reçu une partie de sa formation médicale à Chiraz, en Perse. Ḥudūd al-Amrāḍ (Définitions des maladies) est composé d'une liste, classée par ordre alphabétique, des affections médicales accompagnées de leur définition. Si les termes médicaux sont principalement arabes, ils ...
Contribution Bibliothèque Wellcome
Capsula Eburnea : épître de la tombe d'Hippocrate
Ce court ouvrage contient un recueil de 25 maximes attribuées à Hippocrate (460−377 av. J.–C.). Les maximes portent exclusivement sur le pronostic des malades en phase terminale. La forme standard de la maxime est constituée d'un symptôme, suivi de la durée (en jours) avant la mort du patient, puis d'un symptôme secondaire confirmant le cas. Par exemple, selon la 14e maxime : « Si une pustule noire apparaît derrière l'oreille, le patient mourra 24 jours après le début de la maladie, qui est marqué par le ...
Contribution Bibliothèque Wellcome
La nouvelle médecine chimique inventée par Paracelse
Philippus Aureolus Theophrastus Bombastus von Hohenheim, ou Paracelse (mort le 24 septembre 1541), fut alchimiste, médecin et réformateur médical suisse alémanique de l'époque de la Renaissance. Al-Ṭibb al-jadīd al-kīmiyā'ī alladhī ikhtara'ahu Barākalsūs (La nouvelle médecine chimique inventée par Paracelse) est une anthologie d'ouvrages d'alchimie d'Europe. La première partie est composée d'une traduction arabe de Paracelse, incluant une introduction, et quatre chapitres (chacun divisé en sections). Dans l'introduction, Hermès Trismégiste, appelé « l'Égyptien », présente l'invention de l'alchimie, la transmission ultérieure de ...
Contribution Bibliothèque Wellcome
Le livre du rétablissement immédiat
Kitāb bur' al-sā'a (Le livre du rétablissement immédiat) est un bref traité médical du célèbre scientifique et médecin islamique Abu Bakr Mohammad Ibn Zakariya al-Razi (mort en l'an 925 environ). L'ouvrage compte 24 courtes parties, qui répertorient les remèdes des affections courantes. Il inclut des parties sur les maux de tête (al-ṣudā'), le mal de dent (waj' al-asnān) et l'épuisement (al-i'yā wa al-ta'ab). Le colophon indique le nom du scribe, Ghulam Muhammad Pursururi, et la date d'achèvement du manuscrit, le 17 dhou al ...
Contribution Bibliothèque Wellcome
Guérison rapide
Sadr al-Din Ali al-Gilani al-Hindi (mort le 10 avril 1609) fut un médecin célèbre du XVIe siècle. Son oncle, également médecin, fut son premier professeur. Sadr al-Din acheva ses études en Perse (probablement dans sa région natale du Gilan), puis il émigra en Inde et servit à la cour d'Akbar Ier (règne : 1556–1605). L'ouvrage présenté ici est un manuscrit du XVIIIe siècle d'al-Shifā' al-'ājil (Guérison rapide) par Sadr al-Din. Dans l'introduction, l'auteur déclare qu'il composa son ouvrage en réponse ...
Contribution Bibliothèque Wellcome
Le petit canon (de la médecine)
Le titre du texte médical de Mahmud ibn 'Umar al-Jaghmini, Qānūncha (ou Qānūnja en arabe), est une référence à l'ouvrage précurseur d'Avicenne sur la médecine, al-Qānūn (Canon). Le suffixe -cha est un diminutif en persan, par conséquent le titre de l'ouvrage d'al-Jaghmini peut être traduit par « Le petit canon ». Le Qānūncha est composé de dix chapitres : 1, al-Umūr al-ṭabi'iya (Sur la philosophie naturelle), 2. al-Tashriḥ (Sur l'anatomie), 3. Aḥwāl badan al-insān (Sur l'état du corps humain), 4. al-Nabḍ (Sur le pouls), 5. Tadbir ...
Contribution Bibliothèque Wellcome
Paul Ferdinand Gachet. Eau-forte de V. van Gogh, 1890
Paul Ferdinand Gachet (1828-1909) était un médecin non-conformiste qui pratiquait ce qu'on a par la suite appelé la médecine alternative. Il avait établi son cabinet à Paris et avait son domicile à Auvers-sur-Oise, en banlieue parisienne. Féru d'art, collectionneur et artiste amateur lui-même, il était l'ami de nombreux peintres, dont l'excentrique Hollandais Vincent Van Gogh (1853-90). Gachet et Van Gogh ne se fréquentèrent que pendant deux mois : du 20 mai 1890, date à laquelle Van Gogh s'est installé dans une pension à Auvers, jusqu'au ...
Contribution Bibliothèque Wellcome
Les muscles de la jambe gauche, vus de face, et les os et muscles de la jambe droite, vus de profil, et entre eux, une rotule. Dessin de Michelangelo Buonarroti, vers 1515-1520.
Ces dessins de jambe humaine sont dûs à l'artiste Michelangelo Buonarroti (1475-1564), dont les études d'anatomie sont attestées par ses premiers biographes, Vasari (1550) et Condivi (1553). On dit que Michel-Ange disséqua son premier cadavre à Florence vers 1495, après avoir été chargé de sculpter un crucifix en bois pour l'église de Santo Spirito. Le prieur de l'église mit à sa disposition des locaux dans lesquels il put, grâce à la dissection, travailler à rendre de façon convaincante les muscles du Christ mourant. La dernière dissection ...
Contribution Bibliothèque Wellcome
Henry Solomon Wellcome : portrait de trois-quart. Huile de Hugh Goldwin Riviere, 1906.
Henry S. Wellcome est né en 1853 dans une famille de fermiers pauvres à Almond, Wisconsin. À sa mort en 1936, fut créé le Trust Wellcome, une organisation caritative britannique. Des années plus tard, ce trust est devenu l'organisation caritative la mieux dotée au monde, avec des actifs estimés à plus de 15 milliards de livres. La prospérité de Wellcome s'explique par son succès en tant que fabricant et vendeur de médicaments. Après des études à la Faculté de pharmacie de Philadelphie, il se rendit en Angleterre en ...
Contribution Bibliothèque Wellcome
Le rêve du bedeau : Saint Côme et Saint Damien procédant à une guérison miraculeuse par la transplantation d'une jambe. Huile attribuée au Maître de Los Balbases, vers 1495.
Saint Côme et saint Damien sont des martyrs du début de la Chrétienté qui, selon la légende, pratiquaient gratuitement la médecine. Leur représentation pour le public a donc été celle d'un idéal en matière médicale. Sur ce retable espagnol, les deux saints, vêtus de la parure complète des médecins universitaires, sont représentés dans une vision miraculeuse où ils procèdent à la transplantation d'une jambe. Cette vision est décrite dans un livre écrit en 1275 par Jacques de Voragine. Legenda aurea (La légende dorée). Cette vision a été reçue ...
Contribution Bibliothèque Wellcome
Croquis de la double hélice de l'ADN par Francis Crick
L'image emblématique de la double hélice - l'échelle déformée porteuse des codes pour l'immense variété des formes de vie présentes sur la terre - remonte à 1953, et ce modèle en métal fait à la main a été créé par le scientifique britannique Francis Crick et son collaborateur américain, James Watson. Décidés à résoudre l'énigme posée par le résultat des recherches de l'époque, ils ont pu porter un regard neuf sur le sujet en visualisant la structure d'une molécule complexe grâce à la réalisation d'une ...
Contribution Bibliothèque Wellcome
Une Femme laissant tomber sa tasse à thé d'horreur en découvrant le contenu monstrueux d'une goutte d'eau grossie de la Tamise révélant l'impureté de l'eau potable à Londres.
Cette caricature de 1828 montre une femme regardant dans un microscope pour observer les monstres nageant dans une goutte d'eau de Londres. Dans les années 1820, une grande partie de l'eau potable de Londres venait de la Tamise, qui était fortement polluée par les égouts de la ville qui s'y déversaient. Une Commission sur l'approvisionnement en eau de Londres qui fut nommée pour enquêter sur cette situation publia un rapport en 1828, résultant en diverses améliorations. Les cinq compagnies d'eau qui desservaient la rive nord ...
Contribution Bibliothèque Wellcome
Un Médecin portant un habit de protection contre la peste au 17ème siècle.
Cette aquarelle représente le costume porté par les médecins traitant des patients atteints par la peste au 17ème siècle. Le costume a été décrit par Jean-Jacques Manget (1652-1742) dans son Traité de La Peste, publié à Genève en 1721. La blouse du costume était faite en cuir du Maroc, sous laquelle étaient portées une jupe, une culotte et des bottes, toutes en cuir et ajustées les unes aux autres. La pièce de nez en forme de long bec d'oiseau était empli de substances aromatiques et les orbites étaient recouverts ...
Contribution Bibliothèque Wellcome
Chine: une mariée mandchoue
Cette photographie du grand voyageur écossais, géographe et photographe John Thomson (1837-1921) montre une jeune femme de l'ethnie mandchoue dans sa robe de mariée. Elle est vêtue d'un costume richement brodé et d'une grandes coiffe florale avec des glands. Son visage est poudré de blanc. En tant qu'ethnographe, Thomson a pris de nombreuses photographies de mariées dans des costumes somptueux, mais il a aussi exprimé une vision sombre quand à la vie future des épouses, qu'il comparait à l'esclavage. "Aucune jeune fille mandchoue ne ...
Contribution Bibliothèque Wellcome
Papyrus Johnson
Les herbiers sont des répertoires de plantes, de leurs propriétés et de leurs utilisations médicinales. Les premiers herbiers n'étaient probablement pas illustrés, mais à la fin de l'Antiquité ils ont acquis des illustrations. Ce fragment d'une feuille d'un herbier illustré de l’Égypte hellénistique montre une plante qui est peut-être une Symphytum officinale, ou consoude. L'herbier est en papyrus, une plante qui fleurit dans la vallée du Nil, et le texte est en grec, la langue de la science dans toute la Méditerranée orientale à ...
Contribution Bibliothèque Wellcome
Livre de recettes de cuisine de Lady Ann Fanshawe
Lady Ann Fanshawe (1625-80) était l'épouse de Sir Richard Fanshawe (1608-66), un fidèle de Charles Ier. Les Fanshawes subirent l'emprisonnement et l'exil après l'exécution de Charles en 1649 et l'établissement du Commonwealth sous Oliver Cromwell . Lorsque la monarchie a été restaurée en 1660, Sir Richard fut nommé ambassadeur à Madrid, la première ambassade permanente à l'étranger entretenue par la Couronne. Ce livre appartenait à Lady Ann et contient des recettes médicales, culinaires et autres. Les premières entrées datent de 1651 et sont de la ...
Contribution Bibliothèque Wellcome
Feuilles volantes anatomiques d'un squelette, personnage masculin et personnage féminin
Ces planches anatomiques en gravure sur bois de figures masculines et féminines, publiées en Allemagne en 1573, reflètent l'état des connaissances anatomiques à l'époque. Les textes explicatifs sur chaque feuille sont en latin, avec certains noms de parties anatomiques également donnés en grec. Les planches disposent de volets mobiles qui peuvent être soulevés pour montrer des plans de coupe des viscères sous-jacents. Les planches disposent de figures accessoires qui illustrent les différentes parties du corps, avec des textes explicatifs correspondants.
Contribution Bibliothèque Wellcome