4 résultats
Thèse sur le miroir des cœurs
Khodzha Akhmed Iassavi (mort en 1166) était un philosophe, un mystique soufi, et le premier poète connu écrivant dans un dialecte turc. Il naquit dans la ville d'Isfijab (aujourd'hui Sayram, au Kazakhstan), mais vécut presque toute sa vie au Turkestan (également dans le sud du Kazakhstan). Il fut un disciple d'Arslan Baba, un célèbre prédicateur de l'islam. À une époque où la littérature et la vie publique étaient dominées par le farsi, Iassavi écrivait dans son dialecte natal, le tchaghataï, une langue turque ancienne. De son ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Kazakhstan
La généalogie de Khodzha Akhmed Iassavi
Nasab-nama (La généalogie de Khodzha Akhmed Iassavi) est considéré comme le seul document écrit au Kazakhstan confirmant l'arbre généalogique de Khodzha Akhmed Iassavi (mort en 1166), un philosophe et mystique soufi, mais également le premier poète connu écrivant dans un dialecte turc. L'auteur de cet ouvrage est Ibrakhim ibn Makhmud, le père de Khodzha Akhmed Iassavi et cheik bien connu à Isfijab (aujourd'hui Sayram, au Kazakhstan), la ville natale de Khodzha Akhmed Iassavi. De son vivant, Khodzha Akhmed Iassavi était connu comme une personne sainte et des ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Kazakhstan
Versets du poète kazakh Abai Ibrahim Kunanbaev
Le Kazakhstan avait une forte tradition orale dans la littérature jusqu'au milieu du XIXe siècle. Abai (Ibrahim) Kunanbaev (1845-1904) était poète et enseignant kazakh, et le personnage clé du développement d'une nouvelle littérature écrite nationale kazakhe. Son père, Kunanbai Uskenbaev, était propriétaire terrien, et sa famille avait de l'influence dans l'est du Kazakhstan. Abai étudia à la madrassa dirigée par le mollah Akhmet Riza à Semipalatinsk, et fréquenta également une école russe. Il parlait l'arabe, le persan et d'autres langues orientales. Abai Kunanbaev traduisit ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Kazakhstan
Carte des khanats de Boukhara, Khiva et Kokand et d'une partie du Turkestan russe
L'émirat de Boukhara et les khanats de Khiva et Kokand étaient des États indépendants qui passèrent sous l'égide de l'empire russe au cours des années 1860 et 1870. Le Turkestan russe était un gouvernorat général de l'empire russe établi en 1867, deux ans après le début de la conquête par les Russes de la région d'Asie centrale connue sous le nom de Turkestan. Cette carte de ces territoires, comprenant des parties du Kazakhstan, du Tadjikistan, du Turkménistan et de l'Ouzbékistan d'aujourd'hui, fut ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Kazakhstan