61 résultats en français
Esquisse des théories occidentales sur le corps humain
Le texte de Taixi ren shen shuo gai (Esquisse des théories occidentales sur le corps humain) fut à l'origine dicté par Deng Yuhan (nom chinois du missionnaire jésuite allemand Johann Schreck, également appelé Johannes Terentius, 1576−1630), qui traduisit et compila l'ouvrage. Il fut par la suite édité par Bi Gongchen (mort en 1644). Schreck fut le premier scientifique de l'Occident à introduire en Chine des ouvrages occidentaux sur la physiologie et l'anatomie. L'édition manuscrite présentée ici, en deux juan, est basée sur Theatrum anatomicum ...
Recueil d'ordonnances efficaces de Hong, en cinq juan
La cour impériale de la dynastie Song accordait une importance particulière à la médecine. Même les fonctionnaires savants compilaient des livres médicaux. Hong Zun (1120−1174), le compilateur de cet ouvrage intitulé Hong shi ji yan fang (Recueil d'ordonnances efficaces de Hong), recherchait et rassemblait des ordonnances médicales durant son temps libre après sa journée de travail. L'ouvrage contient 167 ordonnances, qui s'avérèrent utiles et efficaces, recueillies au fil de nombreuses années de recherche. Gravé la 6 e  année du règne de Qiandao (1170), il fut ensuite ...
Nouvelle édition du manuel des points d'acupuncture sur une statue de bronze, en sept juan
L'acupuncture est l'un des traitements caractéristiques de la médecine chinoise traditionnelle. La science de l'acupuncture et de la moxibustion, ainsi que la théorie des méridiens et des canaux collatéraux, se développèrent au cours des dynasties Song du Nord et du Sud (960−1279). Cette science fut ensuite peu à peu systématisée et standardisée. L'ouvrage Xin kan tong ren zhen jiu jing (Nouvelle édition du manuel des points d'acupuncture sur une statue de bronze) était en réalité un chapitre sur l'acupuncture, intitulé « Zhen jing », inclus ...
Recueil sur les plantes médicinales essentielles de la pharmacopée
Ben cao pin hui jing yao (Recueil sur les plantes médicinales essentielles de la pharmacopée) fut compilé et illustré sur ordre impérial de l'empereur Xiaozong (règne : 1487−1505) de la dynastie Ming. Le manuscrit fut achevé la 18e et dernière année de son règne, appelé Hongzhi (1505). Il s'agissait de l'unique publication officielle sur la pharmacopée. Après la mort de l'empereur Xiaozong, la cour impériale conserva le manuscrit, et plus de quatre siècles s'écoulèrent avant qu'il ne fût réimprimé. Toutefois, plusieurs manuscrits soigneusement ...
Pharmacopée illustrée tibéto-mongole de l'Ayurveda par 'Jam-dpal-rdo-rje de Mongolie
Dri med śel phreṅ nas bśad pa'i sman gyi 'khruṅs dpe mdzes mtshar mig rgyan (Pharmacopée illustrée tibéto-mongole de l'Ayurveda par 'Jam-dpal-rdo-rje de Mongolie) est un livre tibétain, au format paysage, constitué de feuilles mobiles non reliées. Il fut écrit au cours de la première moitié du XIXe siècle en tibétain et en mongol, avec des écritures supplémentaires chinoises, par 'Jam-dpal-rdo-rje (également appelé Ye-śes-don-grub-bstan-pa'i-rgyal-mtshan). Cet ouvrage est surtout un livre tibéto-mongol dans la tradition indo-ayurvédique, qui inclut également des références chinoises et des légendes en chinois ...
Présentation illustrée des pays au-delà des mers
Hai guo tu zhi (Présentation illustrée des pays au-delà des mers) est une géographie et une histoire complètes et systématiques du monde. Il s'agit du premier grand chef-d'œuvre de l'histoire moderne chinoise. L'ouvrage prend pour source Si zhou zhi (Encyclopédie des quatre continents), écrite par Lin Zexu (1785−1850), érudit, fonctionnaire et figure importante des campagnes de la première guerre de l'opium (1839−1842). Il fut compilé à partir de documents historiques et de nomenclatures géographiques, ainsi que de textes publiés depuis les Ming, notamment ...
Abrégé des archives du monde
Ying huan zhi lue (Abrégé des archives du monde), de Xu Jiyu, et Hai guo tu zhi (Présentation illustrée des pays au-delà des mers), de Wei Yuan, sont les deux premiers grands chefs-d'œuvre de la Chine moderne sur l'histoire mondiale. Ces deux importants recueils sur la géographie de l'Asie furent produits au milieu du XIXe siècle. Le livre de Xu Jiyu, en 10 juan et 200 000 caractères, fut terminé la 28e année du règne de Daoguang (1848). Après sa publication, il devint très populaire ...
Plan du Bureau général de la manufacture de Jiangnan
Le document présenté ici est le plan du Bureau général de la manufacture de machinerie de Jiangnan, situé à Shanghai. Son titre, Jiangnan zhi zao zong ju ping mian tu (Plan du Bureau général de la manufacture de Jiangnan), apparaît dans la partie supérieure. Le Bureau était connu sous les noms abrégés Jiangnan zhi zao ju (Bureau de la manufacture de Jiangnan) et Jiangnan zhi zao zong ju (Bureau général de la manufacture de Jiangnan). Il était également appelé Shanghai ji qi ju (Bureau de la machinerie de Shanghai). Bâti ...
Biographie de Zou Rong
Zou Rong (1885−1905), de son vrai nom Zou Shaotao, fut également appelé Guiwen et Weidan, son prénom social. Originaire de Baxian, au Sichuan, il prit le nom de Zou Rong lorsqu'il étudiait au Japon. En 1903, il publia un petit livre intitulé Ge ming jun (L'armée révolutionnaire), appelant le peuple chinois à mener une révolution, renverser le régime mandchou et établir une république chinoise. Zhang Taiyan (1869−1936), philologue, philosophe et révolutionnaire chinois, en écrivit la préface. L'ouvrage parut dans Su bao (journal du Jiangsu). Pour ...
Estampes calligraphiques de Jiangzhou
Jiang tie (Estampes calligraphiques de Jiangzhou) est une anthologie d'estampes calligraphiques en 20 juan. Pan Shidan, fonctionnaire Song de Jiangzhou, d'où le nom de lieu dans le titre, réalisa les estampes. Pan fut actif sous les règnes de Huangyou et de Jiayou (1049−1063) des Song du Nord. Il s'agit ici du plus ancien exemple d'anthologie d'estampes calligraphiques, produit par une personne privée. À l'exception de quelques additions et omissions, l'ouvrage fut compilé à partir de Chunha ge tie (Les estampes calligraphiques du ...
Explications illustrées du corps humain, en un juan
Ren ti tu shuo (Explications illustrées du corps humain) est un ouvrage sur l'anatomie, produit par des auteurs occidentaux. Il s'agit de la suite de Taixi ren shen shuo gai (Esquisse des théories occidentales sur le corps humain), à l'origine traduit conjointement par Deng Yuhan (nom chinois du missionnaire jésuite allemand Johann Schreck, également appelé Johannes Terentius, 1576−1630) et Long Huamin (nom chinois de Nicolas Longobardo, 1565−1655). Luo Yagu (nom chinois de Jacobus Rho, 1593−1638) continua et acheva l'ouvrage. Il s'agit ici ...
La stèle des niches de Bouddha de Yique
Ce livre contient des estampes des textes gravés sur la célèbre Yique fo kan bei (stèle des niches de Bouddha de Yique), également appelée stèle des trois niches ou stèle des trois niches de Longmen. La tablette fut érigée lors du 11e mois de la 15e année du règne de Zhenguan (641) pendant la dynastie Tang, dans la caverne de Binyang des grottes de Longmen, à Luoyang, dans la province du Henan. Les textes furent composés par Cen Wenben (595−645), et écrits par le célèbre calligraphe Chu ...
Éléments essentiels des ordonnances et des troubles du froid nocif, en deux juan
Li Cheng, de son prénom social Yuji, médecin pendant la dynastie Song du Sud, naquit à Gushu (dans l'actuelle province de l'Anhui). Bien qu'il officiât comme secrétaire du cabinet, Li fut surtout connu pour son savoir médical. Il réarrangea l'ouvrage du médecin de la dynastie Han Zhang Zhongjing (actif de 168 à 196), intitulé Shang han za bing lun (Traité sur les pathogènes froids et diverses maladies). L'œuvre de Zhang fut par la suite organisée par Jin et des médecins de la dynastie Song en ...
Nouvelle édition du classique de Wang sur le pouls, en dix juan
Xin kan Wang shi mai jing (Nouvelle édition du classique de Wang sur le pouls) fut écrit pas Wang Shuhe, éminent médecin impérial sous la dynastie des Jin de l'Ouest (265−316). Pour compiler cette œuvre, Wang utilisa un grand nombre d'anciens classiques sur le pouls. Ouvrage le plus ancien consacré au diagnostic par le pouls ayant survécu, il occupe une place essentielle dans l'histoire de la médecine chinoise. Une fois terminé, il fit l'objet de nombreuses éditions ultérieures de contenu varié. Durant la dynastie des ...
Nouvelle édition d'ordonnances inestimables du taoïste Sun pour une consultation facile
Cet ouvrage, intitulé Chong kan Sun zhen ren bei ji qian jin yao fang (Nouvelle édition d'ordonnances inestimables du taoïste Sun pour une consultation facile), souligne le fait que la vie d'un être humain est aussi importante et précieuse qu'un millier de pièces d'or. Par conséquent, sauver une vie grâce à une ordonnance démontre la grande vertu de celui qui l'écrit, idée exprimée dans le titre par les termes qian jin (inestimable, ou 1 000 pièces d'or). Ce classique majeur de la médecine chinoise ...
Principes essentiels médicaux ésotériques de la bibliothèque impériale
Le livre Wai tai mi yao fang (Principes essentiels médicaux ésotériques de la bibliothèque impériale) compile 69 classiques de la médecine publiés avant la dynastie Tang (618–907), et 6 900 entrées. Certaines parties des ouvrages d'origine aujourd'hui disparus sont donc préservées dans ce recueil. Ce dernier répertorie de nombreuses maladies et méthodes de diagnostic, et les méthodes des médicaments composés. Il aborde également, entre autres, l'acupuncture, les bains, les exercices médicaux, les soins d'urgence artificiels. Compilé par Wang Tao (670−755), l'ouvrage contribue de ...
Pharmacopée classée à partir des classiques historiques pour les cas urgents
Jing shi zheng lei bei ji ben cao (Pharmacopée classée à partir des classiques historiques pour les cas urgents), souvent appelé par le titre abrégé Zheng lei ben cao, est un ouvrage encyclopédique sur la pharmacopée. Le compilateur, le médecin Song Tang Shenwei, réunit systématiquement toutes les 365 plantes répertoriées dans Shennong ben cao jin (Pharmacopée de Shennong) des dynasties Qin et Han. Il étudia également les classiques des Liang et des Tang, tels que Ben cao jing ji zhu (Variorum du classique de la pharmacopée) par Tao Hongjing (452 ...
Édition Zhenghe révisée de pharmacopée pratique de base et classée reposant sur les classiques historiques
Chong xiu Zhenghe jing shi zheng lei bei yong ben cao (Édition Zhenghe révisée de Pharmacopée pratique de base et classée reposant sur les classiques historiques) est un ouvrage encyclopédique sur la pharmacopée par le médecin Song Tang Shenwei. Il puise notamment ses origines dans Shennong ben cao jing (Pharmacopée de Shennong) des dynasties Qin et Han, et dans une autre œuvre de Tang, Zheng lei ben cao (Plantes médicinales classées), publiée avant l'édition présentée ici. Le livre répertorie 1 746 plantes médicinales. Ouvrage très connu, il fut recommandé ...
Ordonnances du Bureau de la gestion et de l'administration de la pharmacie, en dix juan
Tai ping hui min he ji ju fang (Ordonnances du Bureau de la gestion et de l'administration de la pharmacie) est le premier livre de médicaments brevetés de Chine et du monde. Il répertorie les ordonnances de médicaments brevetés compilés par la pharmacie officielle du Bureau impérial de médecine sous la dynastie des Song du Nord (960−1127). L'ouvrage compte 788 prescriptions réparties en 14 catégories, et il fournit, sous chaque prescription, des informations sur le remède prévu et les composants du médicament. Le livre, qui sert de ...
La rosée luxuriante des Annales des printemps et automnes
Attribué à l'érudit de la dynastie Han Dong Zhongshu (179−104 av. J.-C. env.), Chun Qiu fan lu (La rosée luxuriante des Annales des printemps et automnes) était une élaboration de l'œuvre Annales des printemps et automnes datant approximativement d'entre les années 720 et 480. L'ouvrage de Dong est consacré au Commentaire de Gongyang (sur les Annales) et à son école, dont la fondation précéda son ouvrage de plus d'un siècle, avec des références à la théorie des cinq éléments (le feu, la terre ...
Carte colorée des voies navigables du Grand Canal, de Yueyang à l'estuaire du fleuve Yang-Tsé et de Jiangyin à la Cité interdite, Pékin
Le fameux Grand Canal de Pékin à Hangzhou est la plus ancienne et la plus longue voie navigable artificielle du monde. Partant de Pékin, au nord, elle s'écoule vers le sud jusqu'à Hangzhou. La construction du canal, qui relie certains des réseaux fluviaux les plus importants de Chine, commença au Ve siècle avant Jésus-Christ. Au XIIIe siècle, la longueur totale du canal dépassait les 2 000 kilomètres. Aujourd'hui, il fait 1 794 kilomètres de long. Cette carte, réalisée dans le style traditionnel de peinture, montre ...
Livre de l'exhortation à la bienfaisance
Quan shan jing (Livre de l'exhortation à la bienfaisance), également appelé Tai shang gan ying pian (Traité du seigneur Lao Tseu sur les actions et les conséquences, ou Traité du seigneur Lao Tseu sur les récompenses et les punitions), est composé de deux parties. La première est une traduction du classique taoïste Tai shang gan ying pian, ouvrage attribué à Lao Tseu, l'un des fondateurs du taoïsme, qui aurait vécu au VIe siècle avant Jésus-Christ. La seconde est un exposé sur les normes de morale du peuple ...
Schémas et explications des machines merveilleuses de l'Occident lointain, en trois juan
Yuan xi qi qi tu shuo lu zui (Schémas et explications des machines merveilleuses de l'Occident lointain), souvent connu sous le titre abrégé Qi qi tu shuo (Illustrations et explications de machines merveilleuses), fut le premier livre produit en Chine à aborder le génie mécanique occidental. Écrit de façon systématique, l'ouvrage fut réalisé par Deng Yuhan, nom chinois du jésuite allemand Johann Schreck (également Johannes Terentius, 1576−1630), et par Wang Zheng (1571–1644). Il est composé de trois juan. Le premier contient une introduction à la nature ...
Machines hydrauliques de l'Occident, en six juan
Tai xi shui fa (Machines hydrauliques de l'Occident) est le premier ouvrage sur la technologie hydraulique agricole occidentale introduite en Chine. Il rassemble les principes fondamentaux du génie hydraulique classique européen. L'auteur, Xiong Sanba (Sabatino de Ursis, 1575–1620), était un missionnaire jésuite italien. Il dicta les textes, qui furent ensuite traduits en chinois par Xu Guangqi (1562−1633) et édités par Li Zhizao (1565−1630). Au début de cet exemplaire, publié pour la première fois en 1612, figurent trois préfaces de quatre auteurs Ming : la première écrite ...
Recherches sur les phénomènes de l'atmosphère, en deux juan
Kong ji ge zhi (Recherches sur les phénomènes de l'atmosphère) est un ouvrage scientifique de Gao Yizhi (nom chinois d'Alfonso Vagnoni, 1566−1640). Le livre, en deux juan, présente en détail la théorie occidentale des quatre éléments : la terre, l'air, le feu et l'eau, qui sont abordés dans le premier juan. Dans le second juan, Gao aborde les différents phénomènes naturels associés aux quatre éléments, tels que les météores, les météorites, le tonnerre et l'éclair, les comètes, la Voie lactée, les couleurs du ciel, les ...
Précis de peinture du jardin du grain de moutarde, en cinq juan
Jieziyuan hua zhuan (Précis de peinture du jardin du grain de moutarde), également intitulé Jie zi yuan hua pu, fut compilé au début de la dynastie Qing. L'ouvrage fut commandé par Shen Xinyou, gendre du célèbre dramaturge Li Yu (1611−1680 env.), dont la maison à Nanjing, dans la province du Zhejiang, était appelée Jieziyuan (Jardin du grain de moutarde). Son compilateur et éditeur, l'artiste paysagiste local Wang Gai (actif de 1677 à 1705), fut assisté par ses frères Wang Shi et Wang Nie. Le précis présente de ...
Archives d'Yangshi Lei, 1. Plan vertical de la porte circulaire de la Bibliothèque Lüxin Shuwu
Le document présenté ici est l'élévation verticale d'une porte circulaire décorative de la Bibliothèque Lȕxin Shuwu (Bibliothèque de la préservation de la foi), située à l'un des angles du Yuanmingyuan (l'ancien palais d'Été), vaste complexe de jardins et de palais construits au XVIIIe et au XIXe siècle dans la banlieue nord-ouest de Pékin. Une bibliothèque impériale était souvent le lieu où collecter des livres et tenir des conférences, des débats ou les examens de l'administration publique. L'empereur avait également la possibilité ...
Archives d'Yangshi Lei, 2. Plan de Jiuzhou Qing Yan au Yuanmingyuan
Le document présenté ici est le plan du site du pavillon de Jiuzhou Qing Yan, l'un des 40 sites pittoresques du Yuanmingyuan (l'ancien palais d'Été), vaste complexe de jardins et de palais construits au XVIIIe et au XIXe siècle dans la banlieue nord-ouest de Pékin. Situé entre les lacs avant et arrière, il s'agissait du centre de la belle région de Jiuzhou. Ensemble de bâtiments le plus grand de la zone du lac arrière, il fut initialement un lieu où séjournaient les empereurs et ...
Archives d'Yangshi Lei, 3. Plan des sites de Pai Yun Dian (pavillon des nuages dissipés) et de Fo Xiang Ge (pagode du parfum de Bouddha) du palais d'Été
Le document présenté ici est le plan des sites de deux des complexes de bâtiments les plus importants du palais d'Été : le Pai Yun Dian (le pavillon des nuages ordonnés) et le Fo Xiang Ge (la pagode du parfum de Bouddha). Le palais d'Été est un vaste paysage de jardins, de palais et de lacs de la cité impériale de Pékin, dont le Pai Yun Dian et le Fo Xiang Ge possèdent les aménagements architecturaux les plus complets. Ils sont également le groupe de bâtiments le plus riche ...
Peinture de la réunion au pavillon des orchidées pendant la fête de purification du printemps
Ce rouleau estampé combine deux ouvrages : Lanting xu tie (Calligraphie de la préface au recueil de poèmes du pavillon des orchidées) de Wang Xizhi (321−379) et Liu shang tu (Les coupes flottantes), à l'origine une peinture, de l'artiste Song Li Gonglin (1049−1106). L'empereur Qianlong (règne : 1736−1795) commanda le rouleau, qui fut réimprimé à partir de l'estampe Song en ajoutant les parties manquantes, basé sur le fragment de Lanting tu (Illustrations de Lanting) de Zhu Yiyin (1536−1603), prince Yi de la dynastie Ming ...
Estampes des inscriptions de tambour de pierre sur une pierre à encre
Ce rouleau contient les estampes des inscriptions initialement découvertes sur d'anciens tambours de pierre. Sous le règne de Jiajing de la dynastie Ming (1522−1566), Gu Congyi (1523−1588) sculpta les inscriptions sur une pierre à encre en suivant le nombre exact, le même ordre des caractères et la forme dans laquelle elles apparaissaient dans une estampe Song. Il diminua leur taille proportionnellement de façon à les ajuster à la surface de la pierre à encre, tout en préservant les caractéristiques d'origine de l'estampe Song des inscriptions ...
Estampes des inscriptions sur le Mao Gong Ding, tripode du duc Mao
Le Mao Gong Ding, chaudron tripode en bronze, fut mis au jour à la fin de la période Daoguang (1821−1850) dans le comté de Qishan, dans la province du Shaanxi. Les ding, largement utilisés comme réceptacles rituels, devinrent des symboles hiérarchiques sous la dynastie Zhou (1046−256 av. J.-C. env.). Les estampes présentées ici sont celles des inscriptions sur le ding le plus célèbre, qui appartint à l'origine à Mao Gong. La paroi intérieure du réceptacle contient 497 caractères, l'inscription sur bronze la plus longue connue ...
Classique de la voie et de la vertu, par Lao Tseu
Dao de jing (Classique de la voie et de la vertu) est également appelé Laozi. Il s'agit de l'ouvrage majeur de Lao Tseu, philosophe, poète et fondateur du taoïsme, qui aurait vécu au VIe siècle avant Jésus-Christ. Il contient deux parties : Dao jing (Livre de Dao, la voie), en 37 courts chapitres, et De jing (Livre de De, la vertu), en 44 chapitres. Comptant environ 5 000 caractères, le livre est également appelé Laozi wu qian wen (Les 5 000 caractères de Lao Tseu). Il prend pour ...
Le pinceau de fer par Ju Kungao, deux juan
Ju Lühou (1723−1786), de son prénom social Kungao, originaire de Fengxian, à Shanghai, fut graveur de sceaux. La gravure de sceaux faisait partie des quatre compétences essentielles d'un érudit. Ju produisit également plusieurs ouvrages, dont Kungao tie bi (Le pinceau de fer par Kungao), en deux juan, Kungao tie bi yu ji (Autres œuvres de Kungao), en cinq juan, et Yin wen kao lue (Courte étude des inscriptions sur sceaux), en un juan. Cet ouvrage est un manuel sur les sceaux que Ju collecta. Ces sceaux contiennent des ...
Recueil des œuvres littéraires de Li Taibai
Li Bo (également Li Bai, 701−762), de son prénom de courtoisie Taibai et de son prénom social Qinglian Jushi, fut appelé, entre autres surnoms, Shi xian (poète immortel) et Shi xia (poète chevalier errant). Son ouvrage Li Taibai ji (Recueil des œuvres littéraires de Li Taibai) fut transmis de génération en génération. La première édition fut compilée par Wei Hao, Li Yangbing et Fan Chuanzheng, trois érudits Tang, mais elle n'existe plus aujourd'hui. La première édition imprimée, qui date de la 3e année de l'ère ...
Les nobles chevaliers errants du récit des berges, avec les commentaires de Li Zhuowu, en 100 juan
L'ouvrage présenté ici est le premier chapitre d'une éminente version de l'un des grands classiques de la littérature chinoise, Shui hu zhuan (Le récit des berges), attribué à Shi Nai'an (1290−1365 env.). Les premières éditions de cet ouvrage furent publiées sous deux formes : une version intégrale et une autre concise. Le texte intégral parut avec une organisation en 70, 100 ou 120 juan (chapitres), le plus anciens comptant 100 chapitres. Cette édition, Li Zhuowu xian sheng pi ping Zhong yi shui hu zhuan, 100 juan ...
Rêve de la chambre rouge, en 120 chapitres
L'ouvrage Xin jian quan bu xiu xiang Hong lou meng (Nouvelle édition complète imprimée et illustrée de Rêve de la chambre rouge) est également connu sous le nom d'édition Cheng-A. Il s'agit de la première édition imprimée du roman classique écrit par Cao Xueqin (1715−1763 env.), un des plus grands écrivains de Chine. La préface et les commentaires de Zhang Ruzhi dans la partie supérieure des pages, la table des matières et trois chapitres sont présentés ici. Le livre appartint à la collection de Zheng Zhenduo ...
Explication et analyse des caractères, en 15 juan
L'ouvrage Shuo wen jie zi (Explication et analyse des caractères), souvent connu sous le titre abrégé Shuo wen, fut compilé par Xu Shen (58−147 env.), linguiste et érudit confucianiste de la dynastie Han de l'Est. Cet ouvrage est le premier dictionnaire chinois à utiliser le principe de l'organisation en parties avec des composants communs, appelés bu shou (radicaux), et à analyser la forme, le sens et la prononciation de chaque caractère en s'appuyant sur la théorie liu shu (six catégories de caractères chinois) afin de ...
Nomenclature de Lin'an pendant l'ère Xianchun des Song du Sud
Cet ouvrage est une nomenclature locale des Song du Sud, qui parut la 4e année (1268) de l'ère Xianchun de l'empereur Song Duzong. L'auteur collecta de nombreux documents et, en s'appuyant sur deux anciennes nomenclatures, Qiandao Lin'an zhi (Nomenclature de Lin'an pendant l'ère Qiandao) et Chunyou Lin'an zhi (Nomenclature de Lin'an pendant l'ère Chunyou), il développa le texte et publia la nomenclature de Lin'an en 100 juan. Les 15 premiers juan répertorient les résidences impériales et fournissent des ...
« Discussions de pinceau depuis un petit ruisseau de rêve », conservé dans la collection familiale de Chen Guyu, en 26 juan
Mengxi bi tan (Discussions de pinceau depuis un petit ruisseau de rêve), écrit au format encyclopédique, est une compilation de centaines d'articles de Shen Kuo (1031−1095), polymathe, scientifique, homme d'État et artiste Song. L'ouvrage fut produit au jardin de Mengxi (ruisseau de rêve), propriété de Shen Kuo à Runzhou (près de l'actuelle ville de Zhenjiang, dans la province du Jiangsu), d'où le titre. Il traite de thèmes extrêmement variés, dont l'astronomie, la physique, les mathématiques, la géologie, la géographie, la médecine biologique, la ...
Recueil de médecine chinoise, 52 juan, avec illustrations, en deux juan
Ben cao gang mu (Recueil de médecine chinoise) est une encyclopédie systématique sur la médecine chinoise traditionnelle avant le XVIe siècle. L'ouvrage, en 52 juan de texte et deux juan d'illustrations, compte 1 892 entrées, dont 374 furent ajoutées par l'auteur et compilateur Li Shizhen (1518−1593). Il contient également 11 000 prescriptions. L'ouvrage, héritage inestimable du trésor de la médecine chinoise, est aujourd'hui encore applicable. Bien que Li Shizhen achevât la première ébauche du texte en 1578, il parut à titre posthume, la ...
Les vents des quatre directions
Cet os d'oracle datant d'environ 1200 avant J.-C contient 24 caractères en quatre groupes dans un style énergique et solide, typique du groupe Bin des devins sous le règne de Wu Ding (vers 1200-1189 avant J.-C.). Il consigne les dieux des quatre directions et des quatre vents. Les vents des quatre directions reflètent les équinoxes de printemps et d'automne, les solstices d'été et d'hiver, et les changements des quatre saisons. Les quatre vents sont le vent d'est, appelé Xie, le vent du ...