Affiner les résultats:

Lieu

Période

Thème

Mots-clés supplémentaires

Type d'élément

Langue

Institution

74 résultats
Encyclopédie des médicaments
Ce livre est une édition imprimée du Pandectarum Medicinae (Encyclopédie des médicaments) de Matthaeus Sylvaticus (mort en 1342 env.), comportant une liste des médicaments (principalement d'origine végétale) par ordre alphabétique. Sylvaticus s'inspira de l'ouvrage de Simon de Gênes (actif à la fin du XIIIe siècle) qui inclut un lexique de termes médicaux latins, grecs et arabes dans son dictionnaire, le Clavis Sanationis. Sylvaticus se servit également des ouvrages d'autorités gréco-romaines telles que Galien, Dioscoride et Paul d'Égine (VIIe siècle). Parmi ses autres sources ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Qatar
La recension des Éléments d'Euclide
Cet ouvrage est une édition imprimée de Kitāb taḥrīr uṣūl li-Uqlīdus (La recension des Éléments d'Euclide) de l'un des intellectuels emblématiques du monde islamique, le polymathe persan Naṣīr al-Dīn Muḥammad ibn Muḥammad al-Ṭūsī (1201–1274). Après sa mort, al-Ṭūsī fut considéré comme al-mu'allim al-thālith (troisième maître, Aristote et Fārābī étant les premier et second, respectivement). Auteur extrêmement prolifique, al-Ṭūsī contribua de façon remarquable à la plupart des domaines intellectuels de son époque, écrivant sur la théologie, le mysticisme, la logique, l'astrologie, l'astronomie, la géomancie, les ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Qatar
« L'essai scientifique sur le besoin des remèdes composés » tiré du « Canon de la médecine »
Abū Alī al-Ḥusayn Ibn Sīnā (980–1037) fut l'un des intellectuels emblématiques de l'époque médiévale. Connu en Occident latin sous le nom d'Avicenne, ce polymathe persan est souvent appelé par les auteurs musulmans al-Shaykh al-Ra'īs, soulignant son rôle de savant comptant parmi les plus remarquables du monde islamique. Auteur prolifique, Ibn Sīnā écrivit sur des sujets variés, tels que la métaphysique, la théologie, la médecine, la psychologie, les sciences de la Terre, la physique, l'astronomie, l'astrologie et la chimie. Il doit sa renommée en ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Qatar
Le livre des chevaux
Cet ouvrage est un exemplaire manuscrit non daté du Faras-nāma (Le livre des chevaux) d'Abd Allāh Khān Bahādur Fīrūz. Vraisemblablement écrit pendant le règne de Shah Jahan (règne : 1628–1658), il est en partie basé sur le Shalihotra, une source versifiée en sanscrit de 16 000 shloka (couplets) datant d'entre 2500 et 1500 av. J.-C. La robe d'un cheval et ce qu'elle signifie (chapitre 2), la crinière du cheval (chapitre 3), les signes indiquant l'agilité d'un cheval sur le champ de bataille (chapitre ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Qatar
Éléments de chronologie et d'astronomie de Muḥammad al-Farghānī
Cet ouvrage est une traduction en latin de Kitāb jawāmi' 'ilm al-nujūm wa uṣūl al-ḥarakāt al-samāwīya (Livre des généralités de l'astronomie et des bases des mouvements des corps célestes), célèbre œuvre influente d'al-Farghānī. Astronome, Aḥmad ibn Moḥammad ibn Kathīr al-Farghānī servit à la cour des premiers califes abbassides, probablement celle d'al-Ma’mun. S'il s'agit de la même personne à qui al-Mutawakkil aurait confié la construction du nilomètre au Caire, il aurait été actif à partir des premières décennies du IXe siècle jusqu'à sa ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Qatar
La méthode de la médecine
Ce livre est un recueil d'ouvrages médicaux imprimé à Bâle en 1541 par l'atelier d'Heinrich Petri (1508–1579), également connu sous le nom latinisé Henricus Petrus. Il contient la traduction latine du 30e chapitre du célèbre Al-Taṣrīf li man 'ajiza al-ta’līf (La méthode [médicale] pour celui qui ne pourrait composer [un manuel pour lui-même]) de l'éminent médecin andalou Abū al-Qāsim ibn al-'Abbās al-Zahrawī. Le livre comporte également un ouvrage en quatre parties sur le traitement des blessures et des lésions, écrit par ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Qatar
Livre complet sur le jugement des étoiles
Ce livre est une traduction latine de l'ouvrage scientifique majeur d'Ibn al-Rijāl Abū al-Ḥasan al-Shaybānī al-Maghribī al-Qayrawānī, Kitāb al-bāri' fī aḥkām al-nujūm (Livre complet sur le jugement des étoiles). Également appelé en Occident latin Haly Abenragel, ou encore Haly Albohazen, Ibn al-Rijāl fut astrologue et haut fonctionnaire à la cour du prince ziride Mu'izz ibn Bādīs (1007 ou 1008–1062) à Qayrawān (aujourd'hui Kairouan, en Tunisie). Kitāb al-bāri' est composé de huit livres abordant différents types d'astrologie, notamment les interrogations, les nativités, les discussions ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Qatar
Commentaire sur le chapitre neuf du livre de médecine dédié à Mansur
Cet ouvrage est un commentaire en latin du professeur et médecin italien Giovanni Arcolani (mort en 1484, également appelé Ioannis Arculani) sur le neuvième livre de Kitāb al-ṭibb al-Manṣūrī (Livre de médecine dédié à Mansur), ouvrage du célèbre polymathe perse Abū Bakr Muḥammad ibn Zakarīyā Rāzī (865–925 env.). Connu en Occident latin sous le nom de Rhazès ou Rasis, Rāzī naquit à Rayy, au sud de Téhéran. Il est souvent considéré comme l'une des grandes figures de la médecine de l'époque médiévale. Son impact ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Qatar
Recueil d'ouvrages médicaux par Avenzoar et Averroès
Cet ouvrage est un recueil de traductions latines de plusieurs œuvres écrites par deux auteurs andalous célèbres du XIIe siècle : 'Abd al-Malik ibn Abī al-'Alā' Ibn Zuhr (mort en 1162), appelé Avenzoar en Occident latin, et Abu 'l-Walīd Muḥammad ibn Aḥmad ibn Muḥammad ibn Rushd, l'éminent Averroès (1126–1198) de l'Occident latin. Le célèbre traité médical d'Ibn Zuhr, Taysīr fi 'l-mudāwāt wa 'l-tadbīr (Manuel pratique des traitements et de l'alimentation) est présenté ici, ainsi que la fameuse œuvre médicale d'Ibn Rushd, Al-Kulliyāt fī ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Qatar
Recueil de textes médicaux de Mésué, accompagnés d'écrits d'autres auteurs
Le célèbre médecin nestorien perse Yūḥannā Ibn Māsawayh (777–857 env.), appelé Mésué en Occident latin, naquit à Samarra, aujourd'hui en Irak. Selon al-Qiftī, le père d'Yūḥannā, Abu Yūḥannā Māsawayh, médecin au fameux centre médical de Gundishapur (dans le sud-est de la Perse, près de l'actuelle ville de Dezfoul), fut chargé d'établir un hôpital à Bagdad sous le calife Hārūn al-Rashīd (règne : 786–809). Ibn Māsawayh poursuivit l'œuvre de son père à Bagdad, enseignant la médecine, composant des ouvrages médicaux et traitant des patients. Ibn ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Qatar
Les trois livres sur l'alchimie par Geber, grand philosophe et alchimiste
Jābir ibn Hayyan (également connu sous le nom latinisé Geber, 721–815 env.) fut un contemporain des premiers Abbassides, qui gouvernèrent de 750 à 800 environ, et l'un des principaux adeptes de l'alchimie au début de l'ère islamique. La plus ancienne biographie de Jābir, dans al-Fihrist, remonte au IXe siècle et fut écrite par Ibn al-Nadīm, érudit et bibliographe vivant à Bagdad. Bien que cette biographie contienne de nombreux éléments légendaires, des indications externes ont démontré que la plupart des ouvrages attribués à Jābir dans une ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Qatar
Recueil de traductions latines de tables astronomiques en persan
Ce volume est un recueil de six ouvrages contenant les traductions latines de certaines parties de Zīj-i Sulṭānī, écrit par Muḥammad Ṭaraghāy ibn Shāhrukh ibn Tīmūr (1394–1449), également appelé Ulugh Beg. Les autres ouvrages incluent un extrait de Taqwīm al-Buldān (intitulé « Une description du Khwarezm et de la Transoxiane à partir des tables d'Abū al-Fidā' ») d'Abū al-Fidā' Ismā'īl Ibn 'Alī (1273-1331), ainsi qu'une table astronomique de Muhammad ibn Muhammad Tizīnī. Ulugh Beg (« grand commandant » en turc), petit-fils de Tīmūr (appelé Tamerlan en Occident), fut ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Qatar
Le grand luminaire
Ce volume contient Luminare maius (Le grand luminaire) et un Antidotarium (Livre des antidotes) de Joannes Jacobus de Manliis (1490). Il s'appuie sur les ouvrages du médecin nestorien perse Yūḥannā Ibn Māsawayh (777–857 env.), appelé Mésué en Occident latin, et « d'autres grands médecins ». Il inclut également une édition de Pandectarum medicinae (Encyclopédie des médicaments) par Matteo Silvatico (également connu sous le nom latinisé Mattheus Sylvaticus, 1280–1342 env.), comportant une liste de médicaments, principalement d'origine végétale, par ordre alphabétique. Sylvaticus s'inspira de l'ouvrage de ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Qatar
Les sept livres sur la méthode thérapeutique, soit l'art de la guérison, par Jean de Damas de la Décapole, autorité médicale majeure chez les arabes
Yúhānnā Ibn Sérapion était un médecin nestorien perse du IXe, appelé Sérapion en Occident latin. Il écrivit deux recueils médicaux (al-kunnāsh en arabe) dans sa langue natale, le syriaque. Le premier est composé de sept parties (Al-kunnāsh al-ṣaghīr) et le second de douze (Al-kunnāsh al-kabīr). Le plus long des deux recueils est conservé à Istanbul, sous la référence MS Ayasofya 3716. Le plus court fut traduit en arabe par le secrétaire Mūsā b. Ibrāhīm al-Ḥadīthī pour le médecin Abu 'l-Ḥasan b. Nafīs. Al-kunnāsh al-ṣaghīr fut traduit en ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Qatar
Commentaire sur la première partie de « Canon de la médecine » d'Avicenne et « Chapitre sur les membres » de Giano Matteo Durastante
Ce volume contient un commentaire en latin, écrit par le médecin et philosophe italien Giovanni Battista da Mónte (appelé Montano, 1498–1551) et publié à Venise en 1557, sur la première partie d'Al-Qānūn fī al-ṭibb (Canon de la médecine) d'Avicenne. Montano naquit à Vérone. Après avoir travaillé à Brescia, il enseigna la médecine à l'université de Padoue. Il traduisit plusieurs ouvrages grecs en latin et écrivit de nombreux commentaires sur des traités d'Hippocrate, de Galien et d'Avicenne, dont la plupart furent publiés ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Qatar
Abrégé des principes de la langue arabe
Filippo Guadagnoli (1596–1656) fut prêtre franciscain et orientaliste italien. Originaire de Magliano, dans la province de Toscane, il rejoignit l'ordre franciscain en 1612, et se consacra à l'étude de l'arabe et d'autres langues du Moyen-Orient. Il fut professeur d'arabe et d'araméen à l'Université « La Sapienza » de Rome. Ses écrits incluent notamment une traduction arabe de la Bible (qu'il acheva 27 ans après l'avoir commencée) et un ouvrage polémique intitulé Apologia pro religione christiana (Défense de la religion chrétienne) publié à ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Qatar
Huit traités d'Abū Ma‘shar sur les grandes conjonctions, les révolutions des années et leurs origines
Ja‘far ibn Muḥammad al-Balkhī (787–886), appelé Abū Ma‘shar (et Albumasar en Occident latin), fut l'un des astronomes les plus célèbres du Moyen Âge. Les nombreuses traductions latines de ses travaux astronomiques, à l'origine en arabe, lui valurent sa renommée en Europe. Il naquit dans la ville perse de Balkh (en actuel Afghanistan), le 20 safar de l'an 171 après l'Hégire (10 août 787). Il fut vraisemblablement éduqué initialement à Balkh avant de s'installer à Bagdad, car ses ouvrages sont souvent influencés par ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Qatar
Les quatre livres sur la médecine d'Octavius Horatianus et les trois livres d'Abū Al-Qāsim, le plus distingué des chirurgiens
Ce volume, imprimé à l'atelier Argentorati de Strasbourg en février 1532, inclut deux ouvrages. Le premier est la traduction en latin de Theodorus Priscianus (actif en l'an 400 env.) de son propre recueil sur la thérapeutique, Euporista (Remèdes faciles à préparer), à l'origine écrit en grec. Le second est la traduction d'une partie du célèbre ouvrage médical arabe d'Abu al-Qasim Khalaf ibn al-Abbas al-Zahrawi (également connu sous le nom latinisé Albucasis, 936–1013 env.), Al-Taṣrīf li man ‘ajiza al-ta’līf (La méthode [médicale] pour ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Qatar
Le triple lys de l'arithmétique pratique
Johannes Huswirth (Sanensis), arithméticien allemand, fut actif en 1500 environ. On ne sait rien de sa vie. Il est parfois appelé Sanensis, suggérant qu'il fut peut-être originaire de Sayn, en Allemagne. Arithmetice lilium triplicis practice (Le triple lys de l'arithmétique pratique) présente les opérations arithmétiques de base, telles que l'addition et la multiplication pour les nombres entiers et les fractions. Il aborde les mêmes thèmes qu'Huswirth traita dans son ouvrage antérieur Enchirdion algorismi (Manuel des algorithmes). Le livre comporte deux illustrations gravées sur bois, l'une ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Qatar
Une explication claire de l'introduction du commentaire d'Averroès sur « Analytica posterior » d'Aristote
Cet ouvrage est un commentaire, écrit par le médecin et philosophe italien Giovanni Bernardino Longo (1528–1599) et publié à Naples en 1551, sur le prologue du commentaire d'Ibn Rushd sur Analytica posterior (Analytiques postérieurs) d'Aristote. Muhammad ibn Ahmed ibn Rushd (1126–1198), connu en Occident sous le nom latinisé Averroès, fut un intellectuel emblématique du monde islamique. Bien qu'il écrivît abondamment sur les sciences religieuses, les sciences naturelles, la médecine et la philosophie, il doit surtout sa réputation en Occident à ses commentaires sur Aristote. Issu ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Qatar
Traité d'al-Qabīṣī sur les principes de l'astronomie judiciaire
'Abd al-'Azīz Ibn 'Uthmān, astrologue célèbre, comme le suggère un commentaire dans Fihrist, aurait été contemporain de Muḥammad ibn Isḥāq Ibn al-Nadīm (actif en 987). Probablement né à al-Qabīṣ, nom de lieu désignant deux sites en Irak, un près de Mosul et l'autre à proximité de Sāmarra, il était peut-être d'origine perse. Le principal ouvrage d'al-Qabīṣī existant encore aujourd'hui s'intitule al-Madkhal ilā ṣinā‘at aḥkām al-nujūm (Introduction à l'art du [savoir sur le] jugement des étoiles), dédié à Sayf al-Dawla, souverain hamdanide ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Qatar