Affiner les résultats:

Lieu

Période

Thème

Mots-clés supplémentaires

Type d'élément

Langue

Institution

623 résultats
Le premier imprimeur de livres russe, 1583
Ce livre, publié à Kiev en 1895, est une courte biographie d'Ivan Fyodorov (1510–1583 env.) destinée au grand public. Fyodorov est considéré, avec Schweipolt Fiol et Francysk Skaryna, comme l'un des pères de l'imprimerie dans la région slave de l'est. Diplômé de l'Université Jagellonne de Cracovie, en Pologne, Fyodorov travailla par la suite à Moscou où il publia, à l'aide de caractères mobiles, les premiers livres liturgiques imprimés en Russie. Expulsé de Moscou par des scribes qui redoutaient la concurrence de son innovation ...
Contribution
Bibliothèque parlementaire nationale d’Ukraine
Le baptistère de la cathédrale Sainte-Sophie à Kiev
Ce livre est consacré au baptistère de la cathédrale Sainte-Sophie à Kiev. La cathédrale tire son nom de l'église du VIe siècle Sainte-Sophie à Constantinople (aujourd'hui Istanbul). Au lieu de désigner un dévouement à un saint particulier, ce nom signifie plutôt « sainte sagesse ». Appelée la « nouvelle Constantinople » pour représenter le christianisme oriental, Sainte-Sophie à Kiev fut initialement construite au XIe siècle. Le baptistère fut bâti dans le cloître quelques années plus tard et ses murs arborent encore les fresques des XIe et XIIe siècles ...
Contribution
Bibliothèque parlementaire nationale d’Ukraine
Un recueil du musée archéologique, utilisée pour l'enseignement durant les cours de perfectionnement pour femmes à Kiev
Cet ouvrage contient un mémoire et huit illustrations sur les vêtements et les ornementations portés par les femmes de l'ancienne Russie. Les informations s'inspirent des fouilles archéologiques effectuées dans les kurgans, ou tumulus, contenant des objets domestiques des anciens Slaves. Les objets décrits proviennent du musée archéologique de Kiev. Comme le titre l'indique, cet ouvrage fut utilisé pour enseigner aux femmes de Kiev. Des cours de perfectionnement pour femmes furent mis en place à Kiev et dans plusieurs autres villes ukrainiennes en 1878 et faisaient partie d ...
Contribution
Bibliothèque parlementaire nationale d’Ukraine
Forteresse de Brum au Pernambuco
Ce plan du XIXe siècle, dressé par un capitaine de l'inspection des forteresses de l'armée brésilienne, montre la forteresse de Brum, construite par les Hollandais et les Portugais au XVIIe siècle.
Contribution
Bibliothèque nationale du Brésil
Forteresse de Dio : Plans de Plazas et Forts des possessions portugaises en Asie et en Afrique
Ce dessin montre la forteresse de Diu, située sur une île au large de la côte nord-ouest de l'Inde. En 1509, les Portugais ont vaincu les forces du sultan de Gujarat à la bataille de Diu, s'assurant ainsi la domination sur les routes commerciales de l'Océan Indien. La construction de ce complexe (forteresse et garnison) a commencé en 1535, en vertu d'un accord avec le sultan ; mais l'accord a été rompu et les troupes du sultan ont attaqué le fort en 1537. La forteresse a ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Brésil
Forteresse de Chaul : Plans de Plazas et Forts des possessions portugaises en Asie et en Afrique
Ce dessin montre la forteresse de Chaul, l'un des complexes de défense portugais qui jalonnent la côte ouest de l'Inde. Les Portugais se sont installés à Chaul en 1521 et y ont implanté un fort, qui à été remodelé à plusieurs reprises. La structure représentée dans ce dessin est vraisemblablement celle construite en 1613, qui présentait des extensions des ouvrages de défense.
Contribution
Bibliothèque nationale du Brésil
Le trésor de Khvarazm’Shah
Ismā‘īl ibn Ḥasan Jurjānī (1042–1136 env., également appelé Jorjānī et Gurjānī), plus connu sous le nom d'Hakim Jurjānī, fut l'un des médecins les plus renommés de l'Iran du XIIe siècle. De la conquête islamique à l'époque de Jurjānī, quasiment tous les ouvrages scientifiques iraniens étaient écrits en arabe, y compris des œuvres majeures comme al-Qānūn fī al-tibb (Le canon de la médecine) d'Ibn Sina (Avicenne). Premier grand livre médical de l'Iran postislamique écrit en persan, l'encyclopédie médicale de Jurjānī, Zakhīrah-i ...
Contribution
Bibliothèque et archives nationales de la République islamique d'Iran
L'art de fabriquer des garde-temps mécaniques pour les clochers, les foyers et les poches
Franciscain espagnol, Manuel del Río était considéré comme un horloger talentueux, qui s'initia au métier probablement à Porto, au Portugal, avec Tomás Luis de Sáa. Del Río était issu de la communauté franciscaine de Santiago, où il publia Arte de los reloxes de ruedas (L'art de fabriquer des garde-temps mécaniques) en 1759. Cet ouvrage fut réédité en 1789 à Madrid par Ramón Durán, disciple de del Río. Il s'agit de l'édition présentée ici. Le prologue indique que le manque de manuels sur le sujet fut l ...
Contribution
Bibliothèque nationale d'Espagne
Histoire de la composition du corps humain
Anatomiste médical espagnol, Juan Valverde naquit à Amusco, aujourd'hui dans la province de Palencia, en 1525 environ. Il s'installa en Italie vers 1542 et, par la suite, il pratiqua la médecine et enseigna à Rome. Il fut le grand disciple espagnol de la nouvelle anatomie fondée par André Vésale en 1543 avec l'œuvre De humani corporis fabrica (À propos de la structure du corps humain). Vésale fut le précurseur d'une nouvelle approche du corps humain dans le monde moderne. Valverde participa à la diffusion de cette ...
Contribution
Bibliothèque nationale d'Espagne
Traité sur les fortifications de campagne
Giovan Battista Belluzzi (1506–1554), natif de Saint-Marin, officia comme ingénieur militaire en chef auprès de Cosme Ier de Médicis (1519–1574), duc de Florence. Ce manuscrit, dont on pense qu'il fut écrit par Belluzzi lui-même, fut créé pour Stefano IV Colonna, général florentin servant également la famille Médicis. Il contient les instructions relatives à la construction de fortifications militaires dans les régions éloignées, utilisant uniquement les ressources locales, telles que la terre et le bois comme éléments structurels. Le texte inclut un traité sur l'évaluation de ...
Contribution
Bibliothèque Riccardiana de Florence
Encyclopédie des médicaments
Ce livre est une édition imprimée du Pandectarum Medicinae (Encyclopédie des médicaments) de Matthaeus Sylvaticus (mort en 1342 env.), comportant une liste des médicaments (principalement d'origine végétale) par ordre alphabétique. Sylvaticus s'inspira de l'ouvrage de Simon de Gênes (actif à la fin du XIIIe siècle) qui inclut un lexique de termes médicaux latins, grecs et arabes dans son dictionnaire, le Clavis Sanationis. Sylvaticus se servit également des ouvrages d'autorités gréco-romaines telles que Galien, Dioscoride et Paul d'Égine (VIIe siècle). Parmi ses autres sources ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Qatar
« L'essai scientifique sur le besoin des remèdes composés » tiré du « Canon de la médecine »
Abū Alī al-Ḥusayn Ibn Sīnā (980–1037) fut l'un des intellectuels emblématiques de l'époque médiévale. Connu en Occident latin sous le nom d'Avicenne, ce polymathe persan est souvent appelé par les auteurs musulmans al-Shaykh al-Ra'īs, soulignant son rôle de savant comptant parmi les plus remarquables du monde islamique. Auteur prolifique, Ibn Sīnā écrivit sur des sujets variés, tels que la métaphysique, la théologie, la médecine, la psychologie, les sciences de la Terre, la physique, l'astronomie, l'astrologie et la chimie. Il doit sa renommée en ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Qatar
Le livre des chevaux
Cet ouvrage est un exemplaire manuscrit non daté du Faras-nāma (Le livre des chevaux) d'Abd Allāh Khān Bahādur Fīrūz. Vraisemblablement écrit pendant le règne de Shah Jahan (règne : 1628–1658), il est en partie basé sur le Shalihotra, une source versifiée en sanscrit de 16 000 shloka (couplets) datant d'entre 2500 et 1500 av. J.-C. La robe d'un cheval et ce qu'elle signifie (chapitre 2), la crinière du cheval (chapitre 3), les signes indiquant l'agilité d'un cheval sur le champ de bataille (chapitre ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Qatar
La méthode de la médecine
Ce livre est un recueil d'ouvrages médicaux imprimé à Bâle en 1541 par l'atelier d'Heinrich Petri (1508–1579), également connu sous le nom latinisé Henricus Petrus. Il contient la traduction latine du 30e chapitre du célèbre Al-Taṣrīf li man 'ajiza al-ta’līf (La méthode [médicale] pour celui qui ne pourrait composer [un manuel pour lui-même]) de l'éminent médecin andalou Abū al-Qāsim ibn al-'Abbās al-Zahrawī. Le livre comporte également un ouvrage en quatre parties sur le traitement des blessures et des lésions, écrit par ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Qatar
Commentaire sur le chapitre neuf du livre de médecine dédié à Mansur
Cet ouvrage est un commentaire en latin du professeur et médecin italien Giovanni Arcolani (mort en 1484, également appelé Ioannis Arculani) sur le neuvième livre de Kitāb al-ṭibb al-Manṣūrī (Livre de médecine dédié à Mansur), ouvrage du célèbre polymathe perse Abū Bakr Muḥammad ibn Zakarīyā Rāzī (865–925 env.). Connu en Occident latin sous le nom de Rhazès ou Rasis, Rāzī naquit à Rayy, au sud de Téhéran. Il est souvent considéré comme l'une des grandes figures de la médecine de l'époque médiévale. Son impact ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Qatar
Recueil d'ouvrages médicaux par Avenzoar et Averroès
Cet ouvrage est un recueil de traductions latines de plusieurs œuvres écrites par deux auteurs andalous célèbres du XIIe siècle : 'Abd al-Malik ibn Abī al-'Alā' Ibn Zuhr (mort en 1162), appelé Avenzoar en Occident latin, et Abu 'l-Walīd Muḥammad ibn Aḥmad ibn Muḥammad ibn Rushd, l'éminent Averroès (1126–1198) de l'Occident latin. Le célèbre traité médical d'Ibn Zuhr, Taysīr fi 'l-mudāwāt wa 'l-tadbīr (Manuel pratique des traitements et de l'alimentation) est présenté ici, ainsi que la fameuse œuvre médicale d'Ibn Rushd, Al-Kulliyāt fī ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Qatar
Recueil de textes médicaux de Mésué, accompagnés d'écrits d'autres auteurs
Le célèbre médecin nestorien perse Yūḥannā Ibn Māsawayh (777–857 env.), appelé Mésué en Occident latin, naquit à Samarra, aujourd'hui en Irak. Selon al-Qiftī, le père d'Yūḥannā, Abu Yūḥannā Māsawayh, médecin au fameux centre médical de Gundishapur (dans le sud-est de la Perse, près de l'actuelle ville de Dezfoul), fut chargé d'établir un hôpital à Bagdad sous le calife Hārūn al-Rashīd (règne : 786–809). Ibn Māsawayh poursuivit l'œuvre de son père à Bagdad, enseignant la médecine, composant des ouvrages médicaux et traitant des patients. Ibn ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Qatar
Le grand luminaire
Ce volume contient Luminare maius (Le grand luminaire) et un Antidotarium (Livre des antidotes) de Joannes Jacobus de Manliis (1490). Il s'appuie sur les ouvrages du médecin nestorien perse Yūḥannā Ibn Māsawayh (777–857 env.), appelé Mésué en Occident latin, et « d'autres grands médecins ». Il inclut également une édition de Pandectarum medicinae (Encyclopédie des médicaments) par Matteo Silvatico (également connu sous le nom latinisé Mattheus Sylvaticus, 1280–1342 env.), comportant une liste de médicaments, principalement d'origine végétale, par ordre alphabétique. Sylvaticus s'inspira de l'ouvrage de ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Qatar
Les sept livres sur la méthode thérapeutique, soit l'art de la guérison, par Jean de Damas de la Décapole, autorité médicale majeure chez les arabes
Yúhānnā Ibn Sérapion était un médecin nestorien perse du IXe, appelé Sérapion en Occident latin. Il écrivit deux recueils médicaux (al-kunnāsh en arabe) dans sa langue natale, le syriaque. Le premier est composé de sept parties (Al-kunnāsh al-ṣaghīr) et le second de douze (Al-kunnāsh al-kabīr). Le plus long des deux recueils est conservé à Istanbul, sous la référence MS Ayasofya 3716. Le plus court fut traduit en arabe par le secrétaire Mūsā b. Ibrāhīm al-Ḥadīthī pour le médecin Abu 'l-Ḥasan b. Nafīs. Al-kunnāsh al-ṣaghīr fut traduit en ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Qatar
Commentaire sur la première partie de « Canon de la médecine » d'Avicenne et « Chapitre sur les membres » de Giano Matteo Durastante
Ce volume contient un commentaire en latin, écrit par le médecin et philosophe italien Giovanni Battista da Mónte (appelé Montano, 1498–1551) et publié à Venise en 1557, sur la première partie d'Al-Qānūn fī al-ṭibb (Canon de la médecine) d'Avicenne. Montano naquit à Vérone. Après avoir travaillé à Brescia, il enseigna la médecine à l'université de Padoue. Il traduisit plusieurs ouvrages grecs en latin et écrivit de nombreux commentaires sur des traités d'Hippocrate, de Galien et d'Avicenne, dont la plupart furent publiés ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Qatar
Les quatre livres sur la médecine d'Octavius Horatianus et les trois livres d'Abū Al-Qāsim, le plus distingué des chirurgiens
Ce volume, imprimé à l'atelier Argentorati de Strasbourg en février 1532, inclut deux ouvrages. Le premier est la traduction en latin de Theodorus Priscianus (actif en l'an 400 env.) de son propre recueil sur la thérapeutique, Euporista (Remèdes faciles à préparer), à l'origine écrit en grec. Le second est la traduction d'une partie du célèbre ouvrage médical arabe d'Abu al-Qasim Khalaf ibn al-Abbas al-Zahrawi (également connu sous le nom latinisé Albucasis, 936–1013 env.), Al-Taṣrīf li man ‘ajiza al-ta’līf (La méthode [médicale] pour ...
Contribution
Bibliothèque nationale du Qatar