Le drame d'Akbar

Description

Muḥammad Ḥusain Āzād (également appelé Ehsan Azad, 1834–1910 env.) fut un poète ourdou renommé et un écrivain à la prose vivante, particulièrement dans ses écrits historiques. Il naquit à Delhi, où son père, Muhammad Baqir, dirigea le premier journal ourdou Delhi Urdu Akhbar. La participation de Muhammad Baqir à la révolte de 1857 (également connue sous le nom de révolte des Cipayes) mena à son exécution par les Britanniques. Plusieurs années plus tard, son fils s'installa à Lahore, où il enseigna l'arabe à l'université publique, et par la suite, l'ourdou et le persan à l'université orientale. Auteur de près de 20 livres, dont certains furent publiés à titre posthume, Āzād est un maître renommé de la prose ourdoue. Ses ouvrages les plus importants incluent une histoire de la poésie ourdoue, des contes sur l'histoire médiévale de l'Inde, des essais allégoriques et l'œuvre présentée ici, Darbar-e-Akbari (Le drame d'Akbar), une histoire de l'époque d'Akbar le Grand (1556–1605). Ce drame en 12 parties fut d'abord publié en 1910 et il se concentre particulièrement sur le fils d'Akbar, Salim, également appelé Jahangir (« conquérant du monde » en persan), qui régna sur l'Empire moghol de 1605 à 1627. Mehr-un-Nisaa, belle veuve intelligente d'un officier rebelle, rejoignit la cour où, des années plus tard, en 1611, l'empereur l'épousa et lui octroya le titre de Nur Jahan, qui signifie « lumière du monde ». Elle se dévoua à Jahangir, et ce dernier était tellement attaché à elle qu'il lui confia la majeure partie de la gouvernance de l'empire. Dans ce drame, les dialogues donnent vie aux personnages et l'amour est représenté comme une force magique.

Dernière mise à jour : 3 décembre 2012