Le missel de Kiev

Description

Datant de la deuxième moitié du Xe siècle, le Missel de Kiev est généralement considéré comme le plus ancien manuscrit de texte cohérent de l'ancienne Église slave. Le manuscrit consiste en un texte de sept feuillets écrits en glagolitique contenant des parties d'un missel de l'Église romaine (sacramentaire), livre de textes utilisé par le prêtre au cours de la messe. Écrit à trois mains, il comprend une lecture de l'épître aux romains de l'apôtre Paul (chapitre XIII, versets 11 à 14 et chapitre XIV, versets 1 à 4), une prière à la Sainte Vierge pour l'Annonciation et diverses prières destinées à la messe. Le missel est l'une des œuvres les plus anciennes de l'ancienne langue écrite slave et constitue une valeur linguistique et esthétique inestimable pour le monde culturel. Le manuscrit fut offert à l'Académie de théologie de Kiev en 1872 par l'Archimandrite Antonin Kapustin, le chef de la mission orthodoxe russe à Jérusalem et ancien étudiant de l'école. Selon certaines sources, Kapustin aurait découvert les feuillets au monastère Sainte-Catherine situé sur le Mont Sinaï. La couverture du manuscrit comprend l'inscription du Père Antonin : « À l'attention de l'Académie de théologie de Kiev. Jérusalem. 1872. » La majorité du texte du missel est écrite en noir, indiquant que les textes étaient destinés à être prononcés. Les passages écrits en rouge sont les instructions adressées au prêtre quant à la conduite de la messe.

Dernière mise à jour : 23 janvier 2012