Description

  • Ce manuscrit de la fin du XVIe siècle est ce qu'on appelle en arabe un Qundāq (du mot grec kontakion), qui signifie livre liturgique. Le texte est en partie en arabe, en partie en syriaque, un dialecte araméen autrefois parlé dans de nombreuses régions du Croissant fertile. Le manuscrit est abondamment rubriqué, mais l'encre noire a dégorgé en de nombreux endroits. Il est particulièrement intéressant de voir que l'écriture syriaque de ce codex appartient au type connu sous le nom de melkite, qui est un peu plus anguleuse que l'écriture serto plus couramment observée. Le manuscrit appartient toujours au monastère où il fut copié, Notre-Dame de Balamand, un monastère orthodoxe antiochien situé sur un plateau à environ huit kilomètres au sud de Tripoli, dans l'actuel Liban. Fondé en 1157 en tant qu'abbaye pour des cisterciens français, Notre-Dame de Balamand tire son nom de l'expression française bel mont (belle montagne). En 1604, le monastère passa sous l'autorité de moines orthodoxes locaux.

Date de création

Langue

Titre dans la langue d'origine

  • كتاب القناديق

Lieu

Période

Thème

Mots-clés supplémentaires

Type d'élément

Collection

Institution