Description

  • Le sacramentaire était un livre liturgique destiné au célébrant durant le Haut Moyen Âge, qui renfermait les oraisons, préfaces et canons de la messe. Drogon (801-855), évêque de Metz, fils de Charlemagne et illustre mécène de son temps, possédait un somptueux exemplaire réalisé à Metz vers 845-855. Le manuscrit, sur vélin, est l’œuvre de plusieurs artistes qui travaillaient pour la cour impériale. Il est écrit d’une écriture latine claire et contient certains des plus beaux fleurons jamais produits à Metz. Le décor, formé d’initiales historiées, d’arcatures décoratives et de lettres dorées, se distingue autant par la finesse et le dynamisme du traitement des personnages que par la délicatesse des coloris vert émeraude, bleu ciel, violet et pourpre et par un goût prononcé pour l’ornementation végétale. L’iconographie de la décoration, centrée sur la vie du Christ, répond à celle des plats d’ivoire de la reliure. Exécutés à la même époque que le manuscrit et issus du même atelier, les plats avant et arrière sont divisés tous deux en neuf plaquettes sculptées à jour. Les plaquettes d’ivoire représentent les principaux sacrements (plat supérieur) et des scènes de la liturgie épiscopale (plat inférieur). Le sacramentaire aurait été utilisé dans la cathédrale carolingienne de Metz et offre ainsi un précieux témoignage sur les pratiques liturgiques de l’époque, et sur les accessoires utilisés durant la liturgie. Au XVIe siècle, les plats ont été remontés sur le manuscrit sur une couvrure de velours vert et enchâssés dans une bordure d’argent ornée de feuilles d’acanthe.

Contributeur

Informations d'édition

  • Metz

Langue

Titre dans la langue d'origine

  • Sacramentarium. [Sacramentaire dit de Drogon]

Lieu

Période

Thème

Mots-clés supplémentaires

Type d'élément

Description matérielle

  • Parchemin, 130 feuillets ; 26,5 x 14,5 cm. Reliure velours bleu et ivoire.

Notes

  • Le présent liber sacramentorum comporte quatre sections : le Canon de la messe, les principaux jours fériés (temporaux et sanctoraux) ; les canons des saints et messes votives et la liste des évêques de Metz. Les messes se présentent ainsi : oratio, secreta, praefatio, ad complendum (suivant la communion). En règle générale, le texte suit la version grégorienne mais comprend des ajouts gallicans et ambrosiens.

Institution