Description

  • Matteo Ricci naquit en 1552 à Macerata, en Italie. En 1571, il entra chez les Jésuites et commença son noviciat au Collège de Rome, où il étudia la théologie et la philosophie, ainsi que les mathématiques, la cosmologie et l'astronomie. En 1577, Ricci demanda à être envoyé comme missionnaire en Asie. Il arriva à Goa en terre portugaise (aujourd'hui en Inde) en septembre 1578, où il fut ordonné en juillet 1580. Il travailla à Goa et à Cochin (aujourd'hui Kochi, en Inde) pendant quatre ans, jusqu'à ce qu'il soit appelé à rejoindre la récente mission jésuite de Chine. Il arriva à Macao en août 1582 et passa le reste de sa vie en Chine, vivant à Zhaoqing, à Shaozhou, à Nanjing et à Beijing. Il passa les dernières années de sa vie à Beijing, entre 1601 et 1610, où son compagnon jésuite Diego Pantoja et lui furent les premiers occidentaux autorisés à pénétrer dans la Cité interdite. La méthode de Ricci pour réussir à convertir les Chinois au catholicisme consistait, en partie, à faire découvrir aux érudits et aux fonctionnaires les réalisations scientifiques et culturelles de l'Europe chrétienne. Une grande carte occidentale du monde était affichée dans sa maison de Zhaoqing. Ses visiteurs chinois étaient stupéfaits en voyant la Terre représentée comme une sphère et en découvrant que l'empire Chinois occupait une partie relativement peu importante du monde. Ils demandèrent à Ricci de traduire la carte en chinois, et celle-ci fut gravée et imprimée en 1584. Toutes les copies de la carte de 1584 furent perdues, comme le furent celles d'une seconde version réalisée par Ricci à Nanjing en 1599. La carte présentée ici est l'une des six copies connues de la troisième version de la carte, faite par Ricci en 1602 à la demande de Li Zhizao, un ami chinois qui était lui-même cartographe. La version de 1602 est la plus ancienne carte existante en chinois représentant les Amériques et reflétant les connaissances géographiques acquises lors des voyages de découverte européens des XVe et XVIe siècles. La carte montre les cinq continents : l'Europe, la Libye (l'Afrique), l'Asie, l'Amérique et le continent austral de Magellanica, dont on supposait l'existence. Les quatre océans (Atlantique, Pacifique, Indien et Arctique) sont également représentés. Ricci compléta la carte avec d'ingénieuses annotations en chinois indiquant les informations (parfois erronées) dont disposait alors l'Occident concernant divers pays. Il décrivait le Nil comme étant « le plus long fleuve du monde. Il lui faut sept mois pour se jeter dans la mer. Dans ce pays, il n'y a ni nuages, ni pluie tout au long de l'année, si bien que ses habitants possèdent des connaissances en astronomie ». En parlant du Canada, il écrivit : « Ses habitants sont bienveillants et hospitaliers avec les étrangers. Généralement, leurs habits sont confectionnés à partir de peaux, et ils vivent de la pêche. » En plus de ces remarques portant sur des lieux particuliers, la carte comporte des informations géographiques et astronomiques très précises et sophistiquées, dont un traité sur la taille et la forme de la Terre, une explication des variations de durée du jour et de la nuit, un tableau montrant les distances des planètes par rapport à la Terre, ainsi que des cartouches où figurent des cartes en projection polaire (nord et sud) destinées à montrer que la Terre est ronde.

Créateur

Date de création

Informations d'édition

  • Pékin, en Chine

Langue

Titre dans la langue d'origine

  • 坤輿萬國全圖

Lieu

Période

Thème

Mots-clés supplémentaires

Type d'élément

Description matérielle

  • 1 carte sur 6 volets, 167,5 x 371,2 centimètres, feuilles de 167 x 61,5 centimètres ou moins

Notes

  • Achetée en 2009 par le trust James Ford Bell pour la bibliothèque James Ford Bell de l'Université du Minnesota.
  • Échelle approximative 1:12 500 000 au niveau de l'équateur. 1⁰ = 250 li ; (O 180⁰--E 180⁰/N 90⁰--S 90

Institution

Références

  • J. F. Baddeley, “Matteo Ricci’s Chinese World-Maps, 1584-1608,” Geographical Journal 50, number 4 (October 1917).
  • E. Heawood, "The Relationships of the Ricci Maps," Geographical Journal 50, number 4 (October 1917).
  • Matteo Ricci and Lionel Giles, "Translations from the Chinese World Map of Father Ricci," Geographical Journal  52, number 6 (December 1918).
  • Matteo Ricci and Lionel Giles, “Translations from the Chinese World Map of Father Ricci (Continued),” Geographical Journal 53, number 1 (January 1919).