Description

  • Cette photographie du début du 20e siècle montre les difficiles conditions de travail des prisonniers afro-américains pris dans le système des travaux forcés de l'État de la Floride, tristement célèbre pour la sévérité de ce système. Dans le sud américain, les Afro-Américains étaient beaucoup plus susceptibles que les Blancs d'être incarcérées pour des délits mineurs, l'emprisonnement et le travail forcé étaient des outils utilisés par le gouvernement local et de l'État pour faire appliquer les restrictions raciales de Jim Crow. Des accords entre des établissements correctionnels et des sociétés privées telles que des sociétés d'exploitation forestière et des fabricants de térébenthine permirent à des entreprises d'utiliser le travail des forçats pour réduire considérablement les coûts du travail dans un état qui avait déjà des coûts salariaux très bas. Les entreprises qui ont bénéficié du système apportaient un soutien tacite et direct aux barrières sociales et juridiques dressées à l'encontre des citoyens noirs. Certaines de ces relations, comme celles qui permettaient ce système de prêt de forçats, étaient officielles. D'autres étaient non officielles, comme lorsque les Afro-Américains étaient arrêtés pour des infractions mineures ou artificielles, puis loués à des propriétaires fonciers, des entreprises de construction ou à des exploitations forestières en échange de pots de vin dans ce qui constituait une forme moderne de servage.

Date de création

Titre dans la langue d'origine

  • Convicts Leased to Harvest Timber

Lieu

Période

Thème

Mots-clés supplémentaires

Type d'élément

Description matérielle

  • 1 épreuve photographique : noir et blanc ; 8 x 10 pouces

Institution