Description

  • Tombouctou, fondée aux environs de 1100 pour servir de carrefour pour les échanges commerciaux à travers le désert du Sahara, fut également un grand siège de l'enseignement islamique à partir du XIVe siècle. Les bibliothèques de Tombouctou contiennent de nombreux manuscrits importants, dans différents styles d'écriture arabe, qui ont été écrits et copiés par les scribes et les érudits de Tombouctou. Ces œuvres représentent la contribution la plus célèbre et la plus durable de cette ville à la civilisation islamique et mondiale. Cet ouvrage porte sur l'empire Songhï qui prospéra en Afrique de l'Ouest au XIVe siècle et au XVe siècle. Il est constitué des réponses à sept questions posées à l'auteur par l'empereur du Songhaï. L'auteur dit à l'empereur qu'il est tenu d'appliquer strictement la loi islamique dans la gestion des affaires politiques et économiques de l'empire et que pour le faire correctement, il doit demander l'avis d’érudits dévots.

Créateur

Langue

Titre dans la langue d'origine

  • أسئلة إسكيا وأجوبة المغيلى

Lieu

Période

Thème

Mots-clés supplémentaires

Type d'élément

Description matérielle

  • Manuscrit, 42 pages

Notes

  • Autre titre : Droit et politique dans l'empire Songhaï
  • La dynastie des Askia était la troisième et dernière dynastie de l'empire Songhaï. Elle a succédé, consécutivement, aux dynasties des Dia et des Sonni, ou Sunnite.
  • Al-Maghili était un homme religieux controversé. Sa campagne visant à expulser les Juifs de sa ville natale de Tlemcen, dans le nord-ouest de l'Algérie, et son interprétation rigide et rigoriste de l'Islam, faisaient de lui un provocateur. Cependant, certains chercheurs musulmans lui attribuent le mérite d'avoir été un facteur de renouveau. Il aurait migré vers le sud jusqu'à Tombouctou à cause de sa déception à l'égard des dirigeants musulmans de l'époque et du fait qu’ils « n’appliquaient pas » la charia, mais également parce qu’il cherchait un public plus réceptif à ses opinions.

Institution