Description

  • En 1839, le navire négrier espagnol Amistad a quitté La Havane pour rejoindre Puerto Principe, à Cuba. Le navire transportait cinquante-trois Africains qui, quelques mois plus tôt, avaient été enlevés dans leur pays d'origine, l'actuelle Sierra Leone, pour être vendus à Cuba. Les captifs se sont révoltés contre l'équipage du navire, tuant, entre autres, le commandant , mais épargnant le navigateur afin qu'il puisse les remettre sur la route vers l'Afrique. Au lieu de cela, le navigateur a mis le cap au nord-ouest. Quelques semaines plus tard, un navire de la marine américaine a arraisonné l' Amistad au large des côtes de Long Island. Les Africains ont été transportés à New Haven, dans le Connecticut, afin d'être jugés pour mutinerie, meurtre, et piraterie. Ces charges ont été abandonnées par la suite, mais les Africains sont restés en prison quand le procès s'est recentré sur des problèmes d'indemnisation et de droits de propriété. Durant un procès instruits par le Tribunal de district fédéral, un groupe de planteurs cubains, le gouvernement de l'Espagne, et le commandant de bord de l' Amistad se sont tous revendiqués propriétaires des Africains. Après deux ans de bataille juridique, l'affaire a été portée devant la Cour suprême des États-Unis, qui a finalement ordonné que les prisonniers soient libérés. Trente-cinq des anciens prisonniers sont retournés dans leur pays natal, les autres ayant péri en mer ou en attente de jugement. William H. Townsend, un résident de New Haven a fait des dessins (et dans la plupart des cas, a noté les noms) des captifs de l' Amistad au moment de leur procès. Ces dessins sont conservés à la bibliothèque de l'Université de Yale.

Artiste

Informations d'édition

  • New Haven (Connecticut)

Langue

Lieu

Période

Thème

Mots-clés supplémentaires

Type d'élément

Description matérielle

  • 1 dessin, crayon ; environ 16,5 x 13,8 cm

Collection

Institution