Description

  • Cette œuvre d'Abu al-‛Abbās Ahmad b. Yūsuf al-Qaysī al-Tīfāshī, un écrivain et minéralogiste du 13e siècle né en Tunisie et qui a travaillé en Égypte, décrit les pierres précieuses découvertes dans les trésors des rois et des dirigeants. L'auteur établit une liste de 25 pierres précieuses et consacre un chapitre à chacune d'entre elles. On y trouve le rubis(yāqūt), l'émeraude(zumurrud), le topaze (zabarjad), le diamant (almās), la turquoise (fīrūzaj), la magnétite (maghnātīs), l'agate (‛aqīq), le lapis-lazuli (lāzward), le corail (marjān) et le quartz (talq). Dans chaque chapitre, l'auteur expose les origines de la formation de la pierre précieuse, sa provenance, les critères d'appréciation des spécimens,les qualités et usages de la pierre, et son prix moyen. Ces indications concernant le prix rendaient ce livre exceptionnel aux yeux des experts à l'époque où il a été écrit, et en font une source d'informations inestimable pour les historiens. Dans le chapitre consacré aux turquoises, al-Tīfāshī affirme que les plus belles pierres proviennent de mines dans les montagnes de Nishapur. Il décrit la turquoise comme une pierre "froide" et "sèche" permettant d'améliorer l'acuité visuelle et des affections ophtalmiques telles que l'amblyopie et l'œdème papillaire. Il se réfère à une lettre d'Aristote à Alexandre, dans laquelle le philosophe fait l'éloge de cette pierre et de son utilisation par les rois de Perse. Il affirme en outre que le prix des turquoises (fuss) varie considérablement. Deux pierres peuvent paraître semblables, mais l'une peut coûter un dīnār et l'autre seulement un dirham. les souverains berbères pouvaient payer jusqu'à dix dīnārs Maghribī pour une seule turquoise qu'ils portaient montée en bague ou utilisaient comme ornement sur le fourreau de leur épée. Le même type d'information est fourni pour chaque pierre.

Auteur

Scribe

Date de création

Langue

Titre dans la langue d'origine

  • أحجار الملوكية

Lieu

Période

Thème

Mots-clés supplémentaires

Type d'élément

Description matérielle

  • 128 folios de texte ; 12,5 x 16 cm

Notes

  • Les feuillets sont libres, écrits en noir, avec des titres en rouge, ainsi que des énumérations et des commentaires dans les marges.

Institution